28 novembre 2010

Les vies extraordinaires d'Eugène

41JTGNo58WL__SL500_AA300_

Ce roman est l'histoire d'un deuil. Celui de la perte d'un enfant. Le narrateur a perdu Eugène, son fils, grand prématuré né à six mois. Il est décédé quelques jours après sa naissance. Mais, comble de l'horreur, pas à cause de sa grande prématurité ! A cause d'un fichu staphilocoque doré qui s'est sans doute introduit dans le tube qui l'aidait à respirer dans sa couveuse. Sa femme en a perdu la parole, de douleur sans doute, mais surtout parce qu'il n'y a "plus rien à dire" après la perte d'un enfant. Pour rendre justice à son fils, pour lui (re)donner la vie et le rendre en quelque sorte immortel, le narrateur décide d'écrire sa vie. D'abord sa vie réelle, après un interrogatoire des personnels hospitaliers l'ayant côtoyé. Mais, comme cela ne suffit pas il décide d'inventer ce qu'aurait été la vie d'Eugène et pour cela mène une enquête à partir de la liste des enfants inscrits à la crèche du quartier. Il découvre les futurs copains et copines d'Eugène. Mais cela ne suffit toujours pas à combler le vide. Donc il va raconter son ascendance. D'autant plus que "papy Marcel", grand-père du narrateur, est au plus mal mais dans une lente agonie !

Cependant, un an après avoir commencé son journal et l'écriture de la vie de son fils, le narrateur en convient : il a échoué. Il ne peut pas faire revivre son fils et il doit l'abandonner pour faire son deuil. Pas vraiment d'autres solutions : "Je viens te demander pardon mon enfant (...) J'ai relu tout ce que j'ai écrit depuis un an. Rien. Rien qui ne te donne vie. J'ai échoué. (...) Je m'épuise à vouloir te raconter, il n'y a rien à raconter. Je t'ai cherché partout, je te jure, je ne te trouve pas mais je me perds. (...) Je te tue mon fils, pour vivre un peu".

Le lecteur découvre avec surprise que, malgré les apparences, c'est la mère de l'enfant qui est le plus lucide sur la situation et que c'est elle qui écrit son fils dans la lettre qu'elle lui adresse : "Ce n'est pas parce que tu es mort, petite tête, que tu vas devenir un objet de niaiserie. Nous allons rester dignes. Chacun chez soi, mon grand. Toi au cimetière, moi ici." (...) "Ce n'est pas un abandon, c'est une émancipation . (...) Inoubliable et légendraire, tu es le héros de toutes mes aventures (...). Tu as toutes les vies, tiens, je te les offre. Tes vies extraordinaires".

Isabelle Monin écrit ici un roman très sensible sur un thème qui l'est tout autant dans un style magistral. Un roman qui ne peut laisser indifférent. Elle aborde le thème contemporain des maladies nausocomiales, mais celui-ci reste en surface. C'est donc avant tout un texte sur la mort et le deuil. On accroche ou l'on n'accroche pas. Et je dois dire que j'ai un avis mitigé sans pour autant nier le talent d'écriture. La mort d'un bébé prématuré, c'est déjà difficile. On y ajoute une mort par maladie contractée à l'hôpital et un grand-père qui, par une lente agonie, lui ne parvient pas à quitter ce monde... Ca fait beaucoup. On ne sort pas vraiment en forme d'une telle oeuvre !

Lu dans le cadre du
54020855_p


22 novembre 2010

Semana portuguesa

58272629_p

Sur proposition de Cryssilda, j'ai accepté avec plaisir de vous faire découvrir une facette de ce petit pays, fort en caractère et en culture. Il fut ma dernière destination de vacances et j'en garde un excellent souvenir. Mes papilles et mes yeux ont été fortement sollicités. Parce que le Portugal, c'est, en plus d'être un pays magnifique, un pays où l'on mange et où l'on boit bien !

Et d'ailleurs on rencontre des familles d'origine écossaises dans le nord du Portugal !! Si, si ! Vous ne rêvez pas ! Ainsi dans la magnifique ville de Porto  j'ai eu le grand honneur de visiter l'un des caves à vin de qualité, à savoir la célebrissime maison  :

GRAHAM'S

(fondée par un Ecossais !)

Le porto est un vin qui se garde fort bien en cave, la preuve :

211

207

Alléchée par les commentaires d'un guide hors pair et étourdie par les vapeurs d'alcool, il a fallu que je goûte, c'était trop tentant :

216

Les plus vieux ont eu ma préférence. Le plus foncé étant le plus jeune, que j'ai trouvé un peu "râpeux"...

Puis c'est en titubant - légèrement! - et par 40°c à l'ombre, que je suis ressortie pour visiter la ville, toute en montée et en descente, toute en pavée (comme partout au Portugal : les escarpins et autres chaussures glissantes ne sont pas le meilleures amies ). On dit Porto, la 2e ville du pays, plus austère que Lisbonne. Eh bien, je dois dire que j'ai préféré Porto à Lisbonne et que point d'austérité je n'ai trouvé...

200

Déjà, l'un des gares vaut le détour avec ses azulejos du XIXe siècle :

194

D'ailleurs, on en trouve à chaque coin de rue au Portugal (attention à ne pas prononcer le mot à l'espagnol !)

195

201

Pour évacuer les 3 verres de porto, rien de tel qu'une petite balade en bateau sur le Douro. En général, ça met les idées au frais lorsque le bateau navigue à contre-courant (promis, c'est du vécu). Il y a même un pont construit par Gustave Eiffel (que je n'ai pu photographier) :

229

Je vous laisse admirer les couleurs magnifques de la ville.

230

224

227

223

Enfin, pour varier du porto, vous pouvez toujours aller visiter la région du vinho verde

268

ou alors déguster le "guignolet" portugais, le "ginja" que l'on vous sert dans une petite coupe en chocolat (j'adore !)

073

Enfin, outre d'excellents desserts, biscuits et gâteaux dont je suis incapable de me souvenir le nom, le Portugal peut revendiquer d'être un pays de fromages

094

J'en ai rapporté quelques-uns en France et ils ont eu un sacré succès.

Voilà pour la - petite - balade, j'espère qu'elle vous aura donné envie de chausser vos baskets et de visiter vous-même un pays que j'ai trouvé authentique et dont il me reste à découvrir le grand sud mais aussi sa littérature !

Rendez-vous sur les blogs de Cryssilda, EmmaDorian, et Kikine pour avoir d'autres échos de ce joli petit pays !

Posté par maevedefrance à 08:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

18 novembre 2010

Blues pour Elise

413xzZWetHL__SL500_AA300_

4e de couverture : "Qu'est-ce qui fait courir les personnages de Blues pour Elise ? C'est l'amour ! Celui qu'on désespère de trouver, comme Akasha qui ne se remet pas d'une peine de coeur. Celui qu'on croit avoir perdu, comme Amahoro, dont le compagnon a pris ses distances. Celui qu'on n'attendait pas, comme Shale, follement éprise d'un homme peu avenant. Celui dont on doute soudain, comme Malaïka, paniquée à la veille de son mariage. A travers le parcours de ces quatre femmes et de leurs proches, Blues pour Elise dresse le portrait coloré, urbain et charnel de la France noire. Celle qui, loin des clichés misérabilistes, adopte le mode de vie bobo, se nourrit de graines germées, se déplace en Vélib', recourt au speed dating pour rompre la solitude. Roman de société, Blues pour Elise parle avant tout d'amour. Celui de soi, celui de l'autre. "

C'est une belle découverte que j'ai fait là. Un écrivain que je ne connaissais pas pour un roman qui est passé inaperçu dans la rentrée littéraire.

Pourtant, Léonora Miano propose ici un roman pétillant sur la vie d'une bande de jeune femmes "afropéennes", françaises, parisiennes. Un ensemble de portraits loin de tous clichés "prémâchés". Des jeunes femmes qui courent après l'amour mais qui ont aussi pour code d'honneur de se faire respecter par les hommes et peu de tabous entre elles. Une bonne dose d'humour, même quand l'heure est grave. C'est également un très beau roman sur l'intégration. J'ai été émue par l'histoire familiale de Shale. Et j'ai vraiment souri de l'interrogation existentielle de Michel à cause de la chose mystérieuse chose que lui a fait Amahoro et qui sème le doute dans sa pauvre tête d'homme...Un bon coup de grille aussi aux inventeurs du "mariage gris". Un livre tout en subtilités, où il n'y a pas d'un côté les "bons" et de l'autre les méchants pas beaux".

L'ambiance de chaque chapître est traduite par une série de sélections musicales en fin de châpitre (original !) et une rédaction épicée d'africanisme.

Bref, un très beau roman qui gagne à être découvert. Une belle parution pour la littérature française et l'un des meilleurs que j'ai lus pour l'instant dans le cadre du Grand Prix (mais ce n'est que mon humble avis !) avec . Une suite est à venir et je serai sans doute au rendez-vous des "Bigger than Life".

Lu dans le cadre du

54020855_p

Posté par maevedefrance à 19:34 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 novembre 2010

Tu ne m'attraperas pas

51DNvpbC_SL__SL500_AA300_

4e de couverture : "Une enfant qui disparaît, une communauté traumatisée, des secrets qui refont surface... Dans la torpeur d'une bourgade du Vermont, un polar à l'atmosphère troublante, par une nouvelle venue au talent exceptionnel. Infirmière d'une quarantaine d'années, Kate Cypher pensait bien ne jamais revenir à New Canaan. Un coup de fil la prévient que la santé mentale de sa mère s'est subitement altérée et la voilà de retour, sur les traces d'un passé qu'elle avait soigneusement enfoui : son enfance dans une ville trop tranquille, où tout le monde se connaît, sa difficile intégration à l'école et son amitié miraculeuse avec Del, jeune fille débordante de vie et de fantaisie. Et puis le drame : le meurtre de Del, jamais élucidé. Une tragédie qui, étrangement, a toujours laissé à Kate un inexplicable sentiment de culpabilité... Et voici que trente ans plus tard, une autre jeune fille est retrouvée assassinée... "

Très franchement, le meilleur thriller que j'ai lu depuis des années. Je crois que je n'ai pas eu aussi peur depuis Un bébé pour Rosemary. Une belle réussite, avec pour thèmes l'amitié, la trahison, la différence et l'impitoyable univers des enfants. Une incroyable histoire de fantômes dont on ne ressort pas indemne et où votre esprit cartésien en prend un coup.

Je ne peux que vous conseiller ce livre, le premier de Jennifer McMahon qui vient d'être traduit en français (il date de 2007)  dont le titre VO est Promise no to tell. En effet, il arrive de bien vilaines choses quand on ne tient pas ses promesses...

Jennifer McMahon réussit là un thriller où le suspens est à couper le souffle. Je pense qu'on entendra reparler d'elle...

Lu dans le cadre du

54020855_p

05 novembre 2010

En un monde parfait

41XuqfpRI9L__SL500_AA300_

4e de couverture : "Jiselle, trentenaire et toujours célibataire. croit vivre un véritable conte de fées lorsque Mark Dorn, un superbe pilote veuf et père de trois enfants, la demande en mariage. Sa proposition paraît tellement idyllique qu'elle accepte aussitôt, quittant les tracasseries de sa vie d'hôtesse de l'air pour celle, a priori plus apaisante, de femme au foyer. C'est compter sans les absences répétées de Mark, les perpétuelles récriminations des enfants et la mystérieuse épidémie qui frappe les Etats-Unis. lui donnant des allures de pays en état de guerre. Tandis que les événements s'accélèrent autour d'elle, l'existence de Jiselle prend un tour dramatique. l'obligeant à puiser dans ses ressources pour affronter cette situation inédite... "

Dès le début , avec Mark Dorn, ce pilote de ligne sorti tout droit d'une publicité pour "Ultra bright", on sent l'entourloupe. Pourtant, Jiselle, trentenaire toujours célibataire accepte aussitôt sa demande en mariage, qui pourtant semble un peu trop rapide pour être tout à fait honnête, et renonce à sa vie d'hôtesse de l'air pour s'occuper des trois enfants de Monsieur... Ce conte de fée est une manière pour elle de fuir un univers professionnel stressant et de céder à la pression sociale au regard de son célibat. Pourtant une crise énergétique et sanitaire sans précédent (plus d'essence, plus d'électricité, une pandémie dite "grippe de Phoenix" ) va bouleverser ses projets alors que Jiselle, trop obnubilée par son mariage, n'y prête pas une oreille attentive. Pourtant, la réalité du monde extérieur rattrappe au fur et à mesure l'univers feutré de la jeune-femme, qui se rétrécit comme peau de chagrin.

J'ai trouvé intéressante la tentative de mélange des genres (conte de fée/fantastique gothique/science-fiction). Pourtant, trop de "grosses ficelles", trop de clichés pas vraiment rompus et des invraisemblances : par exemple, comment une petite peste comme Sara peut-elle devenir subitement un angelot ? Et je ne parle même pas de la mystérieuse disparition de Mark Dorn, retenu en quarantaine en Allemagne, qui disparaît sans que cela n'inquiète pas plus le reste de la famille... : on a l'impression que l'auteur s'est débarrassé du personnage ne sachant qu'en faire.

Par moments, le roman prend des allures de "thriller écologique". C'est à ce niveau-là que l'intensité dramatique est la plus forte et l'aspect du roman le plus intéressant. Les hommes sont réduits à vivre comme il y a des centaines d'années en arrière, renonçant, contraints et forcés, au confort moderne et à la société de consommation, obligés de tout économiser et de réfléchir avant d'agir et de dépenser.

C'est l'occasion pour l'écrivain de jouer avec la frontière du fantastique : des glapissements lointains et inquiétants surgissent dans la nuit sans que leur nature ne soit vraiment élucidée, la nature végétale reprend ses droits, transformant la ville en jungle dangereuse, les fantômes (ou hallucinations ?) apparaissent...

Pourtant, on a l'impression que Laura Kasischke ne va pas au bout de ses idées et du coup, le ton général du roman reste tiède voire mièvre.Le coup de griffe que l'on sentait ne vient pas. Le lecteur reste sur sa faim. C'est dommage, d'autant que ce roman, écrit dans un style fluide très agréable. Mais je suis restée sur ma faim.

Donc avis mitigé pour moi.  C'est le premier roman que je lis de l'auteur. Voir aussi l'avis de Canel.

Lu dans le cadre du

54020855_p

01 novembre 2010

Le dico féérique T2 "Le règne animal"

51WX_nsmreL__SL500_AA300_

Si vous voulez tout savoir sur la légende du Petit Chaperon Rouge ou encore des Black Dog qui ont notamment inspiré Sir Conan Doyle pour ses Chiens de Baskerville, ce livre est pour vous ! Mais peut-être préférerez-vous vous renseigner sur le Neko  du Japon, la Levrette du Berry ou les Ursik écossais ? Alors ce livre est pour vous aussi.

Richement illustré et d'une érudition étonnante mais très facile à lire, ce Dictionnaire de André-François Ruaud nous guide dans l'univers de l'Autre monde. Un indispensable pour toutes les amateurs de fantasy et de féérie.

Jai apprécié de me promener gré des pages parmi toutes ces créatures dont certaines peuplaient mon enfance (le Chat Botté, la Grenouille Bienfaisante de Mme d'Aulnoy ou Ysengrin le Renart, les Enfants du Roi Lir) mais aussi d'en découvrir une quantité phénoménale qui m'étaient parfaitement inconnues.

Une chose est sûre, après la lecture de ce livre, vous ne regarderez plus tous les animaux toute à fait de la même manière !

Je n'ai pas lu le premier volume de cette série de dico qui en compte trois et dont le prochain  a paraître sera  Le Règne végétal - le Dico des créatures oubliées. Je pense que je vais guetter ça de plus près !

Voici le 1er volume déjà paru :

51N5bCcz7OL__SL500_AA300_

Un grand merci à Babelio et à Les Moutons Electriques Editeur pour l'envoi.