41AsofxZpGL__SL500_AA300_

4e de couverture : "Qui a vu l'engoulevent voit sa mort ", dit un proverbe tant suédois qu'iranien à propos d'un oiseau connu aussi pour annoncer le printemps. La ville tranquille d'Uppsala est le théâtre d'une série d'actes de vandalisme. Les vitrines de la rue commerçante volent en éclats et un jeune homme est retrouvé assassiné. Des groupes néo-nazis aux populations immigrées, tout le monde est suspecté, jusque dans les rangs de la police. À peine revenue de congé parental, la commissaire Ann Lindell partirait bien en vacances : elle peine à calmer les ardeurs de son collègue Ola, et on vient de l'inviter en voyage en Thaïlande. Qui ? Le bel Edvard. Son amant perdu, le seul homme avec lequel elle aurait bien voulu vieillir."

Que dire si ce n'est qu'une fois de plus, les Nordiques excellent dans le genre du polar "social". Après Mons Kallentoft, voici que je découvre Kjell Eriksson et je dois dire que j'ai a-do-ré !

L'écrivain allie avec brio le suspens à l'étude minutieuse de la société suédoise contemporaine. On croise dans ce roman un adolescent iranien et sa famille (qui se réume à une mère et à un attachant grand-père), des coeurs brisés, une commissaire toujours amoureuse d'un ex qu'elle croyait oublié, des immigrés, une police suédoise qui déraille, un assassin, des neo-nazis prêts à en découdre, des paysans suédois et le fameux engoulevent, cet oiseau si particulier, qui fait, dans le récit, le "lien" entre la Suède et l'Iran. Bref, un mélange détonant, un roman foisonnant, une étude au scalpel et une solution à l'énigme tout à fait suprenante ! Je ne peux pas en dire plus mais j'ai dévoré ce pavé de 381 pages sans m'ennuyer un seul instant.

Un coup de coeur pour mon jury, tout en sachant que l'autre roman policier proposé, dans un genre tout à fait différent, l'est également ! Dilemne cornélien ou ex-aequo, telle est la question...

Encore une série policière à suivre (d'autres livres du même auteur sont déjà parus en poche, avec le même personnage principal, la commissaire Ann Lindell.

Décidément, il y a de quoi être débordée avec les Nordiques : entre Arnaldur Indridason - qui devrait publier un nouveau roman en février 2011 -, Mons Kallentoft - nouveau roman en mars 2011 - et Kjell Eriksson, je ne sais plus où donner de la tête! Trop dure la vie :).

Du coup, j'en ai oublié l'anniversaire de mon blog le 28 novembre : un an déjà et quelle belle aventure !
Merci à toutes (et tous, pour les rares de l'espèce masculine à mettre les pieds ici) pour vos avis, lectures et commentaires. Ma PAL a explosé, s'y ajoute l'expérience tout à fait géniale du Grand Prix Littéraire des Lectrices de ELLE et quelques partenariats forts sympathiques. Je dois dire que je n'en attendait pas tant en me lançant dans la blogosphère littéraire et que je suis la première surprise ! Je manque juste de temps pour m'investir encore davantage, mais c'est déjà pas mal...

Lu dans le cadre du

54020855_p