9782207261699_204x300

Le docteur Faraday, médecin d'une quarantaine d'années, issu d'un milieu modeste, est appelé par hasard dans le manoir où sa mère était domestique quand il était enfant, trente ans auparavant, et où avait lieu tous les ans la fête de l'Empire qui réunissait toute la noblesse du coin . Mais Hundreds Hall n'a plus la splendeur d'autrefois. C'est à présent une demeure délabrée où survit la famille Ayres, ou du moins ce qu'il en reste : la mère et ses deux enfants d'une vingtaine d'années, Caroline et Roderick, ainsi que le vieux chien Gyp. D'emblée, Betty, 14 ans, la toute jeune domestique de la maison pour qui il a été appelé, informe le docteur Faraday que la maison a quelque chose d'étrange qui l'effraie, qu'elle est froide, lugubre, malsaine. Hundreds Hall a en effet vu mourir son propriétaire et avant lui la première fille de la famille, Suzann. Roderick, le fils, est revenu de la guerre avec des troubles mentaux et une jambe abîmée que le docteur Faraday tentera de soigner. Faraday, dont on ne connaitra jamais le prénom, va ainsi lier des liens d'amitiés avec les Ayres et être le témoin impuissant de leur lente agonie. Au fur et à mesure, des phénomènes étranges se multiplient, mettant à mal le cartésianisme de la famille, sans pour autant ébranler celui de Faraday. Le lecteur oscille sans cesse entre ce que pensent les habitants du manoir (il est hanté) et l'avis du médecin qui est tout autre (même si à la fin il hésite dans son dernier verdict).

Sarah Waters, dans ce roman, flirte avec le fantastique sans toutefois franchir vraiment le pas. Elle laisse le lecteur se faire un avis sur la question. Elle reprend les codes du roman gothique victorien pour raconter l'agonie d'une famille noble incapable de s'adapter au monde moderne et hantée par ses fantômes jusqu'à la folie. Les personnages sont tous très attachants. Caroline est une jeune femme très forte et indépendante, mais également très attachée à son rang social : elle refusera le mariage avec Faraday, le modeste médecin de campagne, lui reprochant justement de se voir déjà comme châtelain. Ce qui n'est pas faux. Car on finit par se demander si Faraday est amoureux de Caroline ou de la maison, et si ce n'est pas plus ce qu'il deviendrait en épousant Caroline qui l'intéresse (ses "relances" auprès de Caroline finissent par agacer).

Sarah Waters parvient à merveille à envoûter le lecteur. Cependant, je suis un peu restée sur ma faim parce que j'ai le sentiment qu'elle abandonne parfois un peu trop facilement les pistes qu'elle ouvre (pourquoi le chien a mordu l'enfant ?, pourquoi y avait-il des traces de brûlures au plafond ?) et parfois on frôle l'invraisemblable (l'attitude des bonnes qui vont jusqu'à préparer la gamelle du chien et se demandent où il est passé avant de se rappeler qu'il a été euthanasié!). Un livre qui emprunte certes à Poe, Hoffmann, Brontë et tant d'autres, (j'ai pensé au Horla de Maupassant, pour le personnage de Roderick), mais sans vraiment aller plus loin dans la réflexion. Ce roman est donc une lecture plaisir, avec parfois quelques longueurs (je me suis parfois un peu ennuyée trouvant que le récit piétinait). On passe toutefois un bon moment et ça se lit très facilement, malgré les 700 pages.

C'est le premier roman que je lis de Sarah Waters. J'ai Du bout des doigts dans ma PAL, qui m'a l'air tout à fait différent.

Voir aussi les avis d'Ankya, de Liza Lou, d'Anyuka et d 'Aurore.

Lu dans le cadre du

54020855_p