416wm90iAoL__SL500_AA300_

4e de couverture : « Dans l’anonymat d’une chambre d’hôtel, l’une des femmes les plus puissantes d’Allemagne se donna à un homme dont elle ne savait rien, qu’elle n’avait vu que deux fois dans sa vie… » Mais au bout de quelques mois, l’homme menace de révéler à la presse leur liaison : tous leurs ébats ont été filmés. Juliana Kant la milliardaire dénonce le gigolo. On l’emprisonne, la morale est presque sauve.Une affaire de mœurs chez les riches ? Une liaison amoureuse qui tourne au chantage sordide ? Karine Tuil, dans son roman le plus troublant, dévoile l’arrière-monde de cette aventure risquée : qui est à l’origine d’une telle fortune allemande ? Pourquoi le grand-père de Juliana, premier mari de Magda Goeb­bels, et militant nazi, n’a-t-il pas été arrêté à la Libération ? Sait-on que le père d’adoption de Magda était un juif qu’elle a renié puis laissé mourir ? Pourquoi les Kant ont-ils gardé le silence sur leurs activités industrielles sous le Reich ? Et si humilier sexuellement la jolie bête blonde était une forme de vengeance ? Les fils ont-ils d’ailleurs reconnu la faute des pères, les vivants ont-ils pardonné aux morts ?"

Alors là, chapeau ! C'est vraiment le mot qui m'est venu à l'esprit quand j'ai refermé le livre. Et pendant toute la lecture j'ai pensé à l'excellentissime Liseur de Bernhard Schlink.

Une fiction qui mêle réalité historique (les enrichissements personnels d'industriels avides qui ont collaboré avec le nazisme) et la petite histoire d'une destinée familiale pas très reluisante. Très franchement, aucune idée si le personnage de Magda a réellement été l'épouse de l'affreux ministre nazi Joseph Goebbels, mais quelle monstre elle était! On en reste pantois. Et Juliana a beau être la femme du plus riche industriel allemand, la femme la plus puissante d'Allemagne, n'empêche, elle est d'une bêtise affligeante, ce que lui fera bien sentir Herb Braun. J'ai bien aimé l'humour noir du narrateur, Karl Fritz, ex-conseiller de Philipp Kant, jeté comme un chien à la rue parce qu'il n'a pas su "protéger" Juliana. Parce qu'en plus elle avait besoin d'un conseiller jusque dans ses affaires de coeur extra-conjuguales, voyez-vous !

Un roman qui interroge les responsabilités individuelles et le poids du passé sur le présent. Un roman comme je les aime et dont je ne peux que vous conseiller la lecture. J'avais déjà lu Douce France du même auteur que j'avais aussi beaucoup apprécié.

Lu dans le cadre du

54020855_p