11 novembre 2015

Migration

 

Ce blog aura 6 ans dans quelques jours.
Pour fêter cela et parce que Canalblog ne me satisfait plus du tout avec ses dysfonctionnements à répétition depuis maintenant plusieurs années, j'ai décidé de sauter le pas et de migrer vers une autre plateforme. J'ai choisi WORDPRESS.
J'ai dû modifier légèrement le nom du blog car quelqu'un a déjà la même URL que moi (mais n'a jamais publié!!).

Le nouveau nom du blog sera donc milleetunelecturesdemaeve.wordpress.com

Le chantier est en cours et le blog encore inaccessible pour l'instant. Mais l'ouverture est pour bientôt, pour de nouvelles aventures bloguesques et livresques qui méritent mieux qu'une plateforme trop souvent en carafe.

Ce blog ne sera pas supprimé tant que je n'aurai pas transféré tous les articles vers la nouvelle plateforme où je publierai dorénavant.

Posté par maevedefrance à 14:47 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


03 octobre 2015

Septembre sous les étoiles

 

Un mois littérairement pétillant pour la fan de littérature irlandaise que je suis : en à peine quinze jours, j'ai assisté à deux rencontres littéraires.

L'adorable Robert McLiam Wilson nous a présenté l'incroyable Paul Lynch, dans une ambiance très convivale. Le duo nous a fait rire et captivés.

Très grandePaul Lynch&RMcLW

Paul Lynchcredit

Si vous n'avez pas encore lu La neige noire, le roman qui m'a scotchée en cette rentrée littéraire, je ne peux que vous inciter à le faire. La plume de Paul Lynch est vraiment magistrale (il me reste à lire son premier roman, ce qui ne saurait tarder!)

Et puis, samedi dernier, par une belle soirée de pleine lune (!!), avec, entre autres,  ma copine de Lettres d'irlande et d'ailleurs,  nous avons pu écouter une dame de plume et de caractère, et pas des moindres : Edna O'Brien ! Elle n'a rien perdu de son humour ni de sa verve !

Ednaobriencredit

 

Elle était interviewée par une journaliste du Monde, dans le cadre du Festival des écrivains du monde. Mais en fait, dès qu'elle a commencé à parler, il n'y avait plus beaucoup de place pour les questions !

ednaobriencredits2

Elle a eu une vie incroyable et aussi du courage ! Un destin hors norme dont on peut se rendre compte en lisant son autobiographie, Fille de la campagne.
(en complément, un très bel article d'un journaliste Libé, écrit en 2013, à l'occasion de la sortie du livre, ici).

En tout cas, on peut remercier le Centre culturel irlandais de Paris de nous faire vivre ces beaux moments !
C'est que je m'habitue bien à ces petits rendez-vous littéraires - en compagnie de fans de littérature irlandaise, de surcroît !
Alors quand on est bien gâté, évidemment, on se demande : "La prochaine fois, c'est quand ??" :-)
Je cherche désespérément un podcast sur le site de France Culture, radio qui était présente pour l'événement... (Snif !)

Un sacré beau mois de septembre !

 

Posté par maevedefrance à 12:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

22 mars 2015

Salon du livre 2015 : un salon sur fond de revendications

 Oui, je suis finalement allée au Salon du livre, mais pas grâce à Reed Expositions, bien trop occupé à compter ses sous et à presser tout ce qui peut encore l'être comme un citron. Pourtant, j'ai bien regardé, à 12€ l'entrée, les murs ne sont pas en plaqué or, on ne marche pas sur de la moquette en poil d'astragan (je sais, ça n'existe pas)...
Bref, heureusement qu'il y a des gens qui ont pensé à moi et vraiment ça m'a fait plaisir !

Mon SDL mouture 2015 a pris, en partie, une dimension un peu inattendue : celle des revendications sociales des auteurs. Le Conseil Permanent des Ecrivains s'alarme de revenus à la baisse, de réformes sociales qui semblent préoccupantes, du droit d'auteur fragilisé par la politique européenne. Il tire de signal d'alarme : "Les auteurs de livres sont clairement en danger. Et à travers eux, c'est la création éditioriale qui est menacée, dans sa liberté et dans sa diversité". C'est vrai que dans l'imaginaire collectif, l'auteur se dessine sous une image très romantique et idyllique de celui qui vit de son oeuvre, tout tranquillement, sans soucis. C'est devenu une image d'Epinal. Auteur est, pour la plupart, un métier toujours plus précaire et les réformes à venir ne semblent guère réjouissantes. A travers eux, c'est toute une chaîne du livre qui peut se rompre.

Pour en savoir plus , voici la Lettre ouverte du CPE à ceux qui oublient qu'il faut des auteurs pour faire des livres  ICI.

En tout cas, ce n'est pas tous les jours qu'on assiste à une manif d'auteurs dans les travées du Salon du livre de Paris ! La marche revendicative organisée par le CPE s'est déroulée samedi en début d'après-midi, sur le thème "Pas d'auteurs, pas de livres", pas d'éditeurs, pas de lecteurs, pas de bibliothèques et... finalement pas de salon du livre !

 

DSC00178

 

 

DSC00184

DSC00188

 

 

On aurait pu craindre un flop, mais ce fut un franc succès. La presse en parle beaucoup ce matin : L'humanité, Le Monde, Livres Hebdo...
Les auteurs appellent au soutien des lecteurs. Ils ont le mien, vous l'aurez compris.

A part cela, j'ai eu un très joyeux salon, plein de belles rencontres et retrouvailles.
La perle inattendue étant la présence du Président de la République dans une allée, à un moment tout à fait cocasse pour moi : c'était pas lui que je cherchais depuis 20 minutes, hein, mais la vie est bizarrement faite parfois ! Bazardée sur le côté par les gardes du corps avant même que je comprenne ce qui se passait et qui était là, ça m'a laissé pliée de rire quand je m'en suis aperçue. Un souvenir qui restera gravé dans mes annales. :)

Comme pour l'instant, il y a heureusement encore des auteurs et des éditeurs, je suis partie en repérage de futures pépites à lire. J'ai atterri je ne sais pas trop comment au stand des Littératures du Bassin du Congo

DSC00158

DSC00155

Un petit tour par la Tunisie,qui a bien besoin de soutien en ce moment, et dont quelques écrivains étaient présents

DSC00154

 

Je suis allée voir quelques stands fétiches

DSC00161

DSC00146

J'ai croisé beaucoup de célébrités, dont Amélie Nothomb en train de dédicacer son dernier livre m'a tant fait rire (et qui évoque, entre autres, la situation des auteurs précaires)

DSC00170

Peter May, le plus frenchy des écrivains écossais littéralement assailli par ses fans
(finalement, je préfère quand il n'est pas annoncé : au moins on peut discuter 3 sercondes !)

DSC00210


Je suis rentrée avec pas mal de références et quelques bouquins

1662259_881843238524538_806244536475334059_n

Je serais bien malheureuse si je ne pouvais plus le faire pour cause de disparition d'écrivains ! 
Je laisse par ailleurs Reed Expositions méditer sur sa stratégie financière pas franchement convaincante et qui pourrait perdre de l'argent à force de vouloir toujours faire plus de profit.

DSC00214

 

 

 

Posté par maevedefrance à 20:19 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

13 mars 2015

Salon du Livre de Paris 2015 ou comment aller se rhabiller...


Si vous ne le savez pas (mais ça m'étonnerait), au mois de mars, à Paris, il y a un salon, qui se veut prestigieux, rameutant toute la France parmi ses visiteurs et une foule d'écrivains ultra-connus. Je parle du Salon du livre de Paris.

L'an dernier, alors que je n'avais jamais osé, mais parce que je voyais que les copines blogueuses le faisaient sans se gêner, j'ai demandé une accréditation presse (comprendre un pass qui vous donne droit d'aller et venir dans le salon, de ressortir, de rentrer de nouveau, le tout gratuitement). Je n'y croyais pas vraiment, je m'y suis prise très tard et en fin de compte, sans aucune difficultés, on donné le précieux sésame ! J'étais ravie ravie ravie !
Ca tombait bien, parce que ça faisait des années que je n'allais plus au Salon : le Pass Education ne fonctionne plus pour y rentrer ; je lis beaucoup et en tant que grande lectrice, je ne me voyais pas payer 10€ l'entrée et encore moins en ayant un blog de littérature... 
J'avais des souvenirs du salon d'un temps où les blogs n'existaient pas, où j'étais partie rejoindre une copine de fac en stage chez Grasset, retrouver des amis avec lesquels on harpentait les travées jusqu'à l'épuisement, pour repartir avec nos belles découvertes sous le bras. C'était l'époque où Amazon n'existait pas, Internet était balbutiant et donc, pour nous le Salon, c'était le moyen de voir tout ce qui était publié. Si je me rappelle bien, même à l'époque j'avais réussi à me débrouiller pour ne pas payer l'entrée...

Bref, cette année, avec le bon souvenir du salon de l'an dernier et de l'impulsion que ça a eu sur mon blog (qui est plus actif grâce aux débats auxquels j'ai assisté, aux rencontres que ça a enclenché et aux idées que cela m'a donné en matière de lectures), j'ai demandé l'accréditation dès le mois de janvier. Je ne me faisais pas trop de souci, j'étais confiante. Ouais, ils étaient sympas au salon, ils ont les moyens financiers...

Mais il y a quelques jours j'ai reçu le même email que 99,99% des "vieux" blogueurs littéraires que je connais ayant fait une demande : 

"Nous avons le regret de vous informer que votre dossier n°  n’a pas été validé

Cependant, si vous le souhaitez, il vous sera possible d'accéder au salon avec un tarif préférentiel (6€ au lieu de 12€).
Pour ce faire, il vous suffira de vous présenter à l’accueil PRESSE et de retirer une contremarque qui vous permettra de bénéficier du demi-tarif en caisse principale.
Pour toute question vous pouvez écrire à accreditationpresse@facondedepenser.com, en précisant votre n° de dossier.
Cordialement,
L’équipe du Salon du livre de Paris"

On ne connaît tous plus ou moins et on s'est rendu compte qu'on avait tous reçu cette réponse quasiment en même temps. (un publipostage d'une lettre type de refus, du moins ça y ressemble grandement).
Ne pouvant me satisfaire d'une réponse pareille, sans aucune explication (pour la cordialité, il faudra repasser), j'ai demandé une explication. Comme d'autres, d'ailleurs.
Elle est tombée hier soir et me laisse un mince espoir en lisant entre les lignes (mais franchement, ça me laisse assez perplexe parce que de toute façon je suis moi et je n'ai qu'un blog...).
D'autres ont reçu des réponses stupéfiantes, avec du Vigipirate inside.
Et puis hier, on nous dit qu'il y a eu 500 demandes d'accréditation et que 150 blogueurs littéraires ont été accrédités. Ah oui ? Mais alors sur quels critères ? Pourquoi certains et pas d'autres ? C'est un tirage au sort ?  Un chiffre qui paraît d'ailleurs assez énorme pour la blogo littéraire (si l'on s'en tient à ceux qui habitent en Région parisienne). Des chiffres un peu trop ronds de surcroît. Etrange.
La seule chose que je vois depuis hier soir, ce sont des places à gagner sur certains blogs. Et là ça me fait vraiment rire !!!
Il est hors de question que j'aille, en tant que blogueuse, aller jouer chez les copines pour gagner une place. Soit je suis accréditée, soit je ne viens pas.

Je ne vais pas me prostituer pour obtenir un pass, je pourrais payer 6€, ma vie ne va pas s'effonder si je n'y vais pas, mais franchement, je ne pense pas ruiner le salon en demandant à ce qu'on me laisse entrer sans payer. Le Salon du livre de jeunesse de Montreuil l'a fait sans problème. Merci le Conseil général de Seine-Saint-Denis !  Reed Expo est une entreprise privée. Il me semble qu'elle perd de vue le but d'un salon consacré à la littérature.
L'an dernier, la journée professionnelle consacrée à la traduction a été annulée parce que les participants devaient payer... pour participer.
Cette année, la journée professionnelle du monde des bibliothèques ne verra pas le jour pour le même problème.
Certains petits éditeurs n'ont pas les moyens de se payer un stand parce que c'est hors de prix.
Même le groupe Hachette a décidé de ne venir qu'une année sur deux.
L'entrée a augmenté de 2€ (10€ l'an dernier contre 12€ cette année) et devient plus chère qu'une place de cinéma. Ca devient rédibitoire comme tarif pour le visiteur lambda !

J'ai adoré Festival America (où je suis allée sans accréditation), je suis très intéressée par Etonnants Voyageurs et Les Boréales.  Je me dis que ces festivals littéraires semblent avoir une âme, contrairement au SDL qui la perd à force de ne penser qu'à engranger de l'argent. C'est du moins l'impression que ça donne. J'adore les rencontres en bibliothèque et en librairie (qui sont gratuites, plus intimistes et qui permettent un dialogue avec l'écrivain, beaucoup plus facilement qu'au SDL.

Personnellement, je n'ai pas l'impression que mon blog a été lu par les "accréditeurs" (on voit le nombre de pages lues par une même personne dans les statistiques de l'interface et même parfois d'où ça vient). Je pense que c'est surtout un coup du sort, un jeu de dés. Je regrette les billets que j'ai consacré au SDL l'an dernier. Je les laisse sur le blog parce que j'avais passé une belle journée grâce au programme que je m'étais concoctée. Je n'aurais fait que arpenter les allées, je supprimerais tout.

Je pense que les blogs littéraires participent à la diffusion de la littérature, même passivement. Les avis sont lus par des lecteurs réguliers ou occasionnels. Je lis entre 40 et 70 livres par an... (quand un Français achète en moyenne 5 livres, d'après une statistique récente).

stat-achat-livre-par-pays1



Voici les provenances des connexions d'aujourd'hui, juste par curiosité...

Paysblog



Voilà, c'était le récit d'une déception et d'une logique qui ressemble à de l'absurdité.
Heureusement, il reste les auteurs et les éditeurs, avec qui je partage de beaux moments toute l'année, sans compter. :)

Voir ce que pense George, une grand habituée du SDL, de tout ça ici


 

Posté par maevedefrance à 18:36 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

07 janvier 2015

"Je suis Charlie"

Tellement, tellement choquée par la nouvelle apprise en début d'après midi, alors que j'étais en train de déjeuner avec des collègues.Tellement sidérée que j'ai encore du mal à croire que c'est vrai.
Profondément indignée et triste devant ce monde de barbares...
Ils ont tué Cabu. Ils ont tué Wolinski. Ils ont tué Cherb. Ils ont tué Maris. Et tant d'autres. Pour des dessins. Ces cinglés. Ces malades. Ces monstres. Toujours en cavale.

10917398_10204535018008340_8176956197277791693_n

Aujourd'hui des illustrateurs presse, demain des écrivains, des journalistes, après demain des éditeurs, des librairies, des traducteurs, et ensuite des bloggueurs; etc.

Alors vive la liberté d'expression !
Des crayons et des mots pour anéantir l'intégrisme. Quelle que soit sa forme. Même pas peur !!

10891586_759929710726729_6691231091175754963_n

10387424_10205772032325276_4236042374542087889_n

Posté par maevedefrance à 18:54 - - Commentaires [8] - Permalien [#]


01 janvier 2015

Bonne année 2015

Je vous souhaite à tous une

92776226

de belles découvertes littéraires
et
des montagnes de lectures agréables!


Je me suis amusée à un petit bilan personnel pour l'année 2014.
Cela donne :
67 livres lus (je crois que j'ai battu un record !), quelques abandons en cours de lecture (3 ou 4), de merveilleuses découvertes, quelques livres franchement agaçants, mais globalement une année littéraire incroyablement agréable, remplie de bonnes surprises en tous genres.
J'espère la même chose pour 2015 voire encore mieux !

GastonLivres3

 

J'ai rédigé 71 billets.

Merci aussi à ceux qui ont effectivement participé au challenge Doris Lessing qui est tombé en désuétude en cours d'année. Bah, c'est pas grave - parce que c'est ma faute : je n'ai pas harcelé les inscrits, je n'ai pas fait de la propagande sur FB, bref en gros, c'est pas trop mon truc les challenges... Je préfère me laisser porter au gré de mes découvertes.

En tout cas, janvier 2015 s'annonce déjà palpitant. Je vous en recause bientôt !


 

 

 

Posté par maevedefrance à 16:50 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

02 décembre 2014

Retour sur Montreuil

 

Le Salon du livre et de la presse jeunesse vient de se clore. J'ai suivi mon programme pas trop préparé faute de temps, mais tout de même, samedi 10h, j'étais sur place. Parfait pour arpenter les allées sans la foule qui a sévi l'après-midi.

Comme par hasard, Orphans de Claire Gratias m'a d'emblée sauter dessus pour me rappeler que j'ai encore à lire le tome 3 de cette excellent thriller de science-fiction dont j'ai déjà parlé

10687091_818956274813235_4232308916820710533_n

Et puis, un peu plus loin, mon dernier coup de coeur, Le chat qui ne mangeait pas de souris, avait l'air de se porter comme un charme... et Hôtel Summertime se rappelle aussi à mon bon souvenir puisqu'il est déjà dans ma Pile et que je n'ai toujours pas eu le temps de le lire.

10698484_10152836429069350_2982100699287972434_n

Et puis voici les Grinche qui me font de l'oeil (eh, c'est bon les gars, vous êtes prévus prévus pour mon prochain billet, pas la peine de faire ces têtes...)


10450589_10152836429254350_2924444674843971392_n


Me sentant dans le viseur d'un grand nombre de personnages, j'ai rejoint la rencontre "Peurs et frissons à l'anglaise" qui réunissait les écrivains Erin Hunter (pour la série La guerre des clans), Joseph Delanay (la série L'épouvanteur), Sally Green  et Alan Snow. Tous sont auteurs de best-sellers. Je m'attendais à quelque chose de palpitant.

1618592_10152836439039350_8594027228070637059_n

10616638_10152836439194350_1563799435063501571_n



Pourtant, je suis restée sur ma faim. Seul Alan Snow a réussi à capter mon attention, avec sa saga se déroulant dans une ville anarchique sur fond de "guerre" du fromage. Pour La Guerre des Clans, qui met en scène des chats et des ours, je ne suis pas d'accord avec Erin Hunter qui considère qu'il est anormal que les ours soient présentés dans les livres pour enfants comme des "nounours", des êtres charmants : au contraire, j'aime l'image de douceur véhiculée par cet animal dans la littérature, ou celle de bestiole pataude, perdue dans l'univers impitoyable des hommes. Qui n'a pas lu Mais je suis un ours ! ? Et toutes les histoires d'ours de l'Ecole des Loisirs. Moi, c'est mon enfance et c'est avec ces histoires (déjà pas toutes neuves)  que j'ai appris à lire et à aimer la lecture. Je ne sus pas sûre que si on m'avait présenté un ours féroce (même si c'est la réalité), j'aurais eu envie de m'approcher de cet univers violent. Ses livres sont davantage destinés à des ados, mais tout de même, ce n'est pas une raison pour dégommer l'image de l'ours "gentil". Seule la dimension "écologique" qu'elle semble vouloir véhiculer dans ses livres semble intéressant. Deuxième désaccord : Erin Hunt a avoué qu'elle n'aime pas les chats ! Ca ne se discute même pas avec moi... :-).
J'ai écouté avec attention le discours du prolixe et sympathique Joseph Delanay, avec ses personnages issus du folkore et ses sorcières, mais je ne suis pas sûre d'avoir compris pourquoi il recourait à ces personnages-là, dans quel but, pour quoi faire etc... si ce n'est "peur" au jeune lecteur.
Quant à Alan Snow, sa saga de monstres (qui date de 2008) paraît amusante et j'aime son parcours. Peut-être que je tenterai la lecture

au bonheur des monstres


Mais globalement, j'ai trouvé que cette rencontre a été finalement peu convaincante. Peut-être parce que le temps était court (une heure) et que l'on passait d'un écrivain à l'autre sans vrai dialogue entre eux.

Au contraire, j'ai adoré l'expo sur les illustrateurs ayant marqué la littérature jeunesse. Certaines oeuvres vous rappelleront forcément quelque chose. Mais dans quel livre les avez-vous vues ? C'est la question lancinante que je me posais en parcourant l'espèce de labyrinthe où elles étaient exposées.
Petit extrait :

10386760_10152836424309350_7864172014850647526_n

(par Philippe Corentin)

10418992_10152836423689350_6128595115645375441_n

(par Serge Bloch)

1888641_10152836423794350_3018569799410209261_n

10420175_10152836423934350_6415340503080925517_n
(mais à qui sont ces charmantes souris ?)

Et puis, un Quentin Blacke récent :

10689454_819021424806720_7556111316801947311_n

(lui-même en train de lire de la poésie française !)



Evidemment, j'ai encore quitté le salon avec un carnet bien rempli de références bibliographiques et de la doc.... 
En tout cas, vu la foule compacte qui commençait à se former en début d'après-midi, on aura du mal à me faire croire que les jeunes ne lisent plus ! Ca m'a fait prendre la fuite et "sécher" la rencontre de 15h, "Mondes connectés, mondes en dérive ?"... J'espère que je trouverai un compte rendu sur un blog !

 

 

 



Posté par maevedefrance à 21:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

15 novembre 2014

Salon du livre et de la presse de jeunesse de Seine-Saint-Denis (Montreuil)

 

Dans quelques jours, du 26 novembre au 1er décembre se tiendra le Salon de tout ce qui concerne les publications pour la jeunesse (mais il n'y a pas d'âge pour être jeune !) qui fêtera cette année ses 30 ans.

Le pire est à craindre pour ma pile Jeunesse/Young Adult qui ne cesse de croître de manière quasi-exponentielle mais je serai au salon (et par la grande porte, avec accréditation! Autant dire que je suis très contente !).

La chasse aux pépites est donc ouverte et je ne pense pas spécialement à moi dans cette histoire, mais à des petits monstres qui grandissent et qui commencent à me piquer directement mes vieux Harry Potter quand ils n'ont pas le nez dans Je Bouquine ou de bons romans innocemment réclamés, suggérés ou offerts... La bibliothèque ne suffit plus tout à fait et la vitesse supérieure a été enclenchée depuis quelques mois : ça dévore sec !

Côté programme, samedi 29 novembre, je ne me vois pas rater "Frissons à l'anglaise" à 11h, même si je ne connais pas les auteurs invités.
Et puis à 15h "Anticipation et manipulation : le monde en dérive? " parce que je lis la série Typos, écrite par plusieurs personnes.

Je me laisse aussi une bonne part d'improvisation selon l'humeur du moment, tout en traînant vers les stands avec mon oeil de lynx ( :-p )

Pour le programme tout est

Bientôt je vais vous parler des Grinche (de l'Anglais Philip Ardagh), du dernier John Boyne (Mon père est parti à la guerre) , du tome 1 de Hotel Summertime, du tome 2 du Maître des livres et puis début janvier d'un Dermot-Chouchou-Bolger. Bon, c'est sans compter sur ce que je vais dénicher à Montreuil...

En tout cas les deux prochains billets seront irlandais et "adultes" :-)


Posté par maevedefrance à 17:29 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

14 septembre 2014

Festival America 2014

 

affiche14-avec-orange

Ce week-end s'achève le septième Festival America qui se déroule tous les deux ans à Vincennes. J'y ai mis les pieds pour la première fois, curieuse. Je ne suis pas du tout une spécialiste en matière de romans américains et je n'en lis pas si souvent que ça, surtout depuis que j'ai découvert les Nordiques. Je connais davantage ce qu'on appelle désormais des classiques, comme Steinbeck, (que j'adore), Jack London, Faulkner etc. Dans ma Pile de la rentrée littéraire 2014, j'ai l'énorme pavé qu'est Le Fils de Philipp Meyer. C'est ce bouquin qui m'a décidé à aller au Festival, puisque son auteur est l'un des invités majeurs, aux côté de Joseph Boyden, (dont j'ai aussi le livre depuis un moment) et Richard Ford (même chose).

Le programme du festival est très chargé. Je n'y suis allée qu'une seule journée. J'ai sélectionné deux débats d'une heure trente chacun :

"L'histoire est un roman" qui réunissait Joseph Boyden, Gérard de Cortanze, Boris Fishman, Philippe Meyer et J. Courtney Sullivan

Ce premier débat n'était pas tout à fait à hauteur de mes attentes, un peu "bateau", mais néanmoins, les écrivains ont su le faire rebondir et capter l'attention. J'ai apprécié la dimension humaniste des interventions de Boyden, Meyer et la déclaration finale de Gérard de Cortanze sur la montée de l'intolérance en France. Il a d'ailleurs été chaleureusement applaudi.

J'ai été intriguée par Boris Fishman, écrivain américain d'origine biélorusse, j'ai aimé son humour pour comparer les USA, la France et les Russes dans leur manière de gérer leur Histoire et d'aller de l'avant. Les Américains foncent sans aucune retenue, les Russes reculent et les Français sont précautionneux. Il a mimé la chose, c'était tordant ! Ca m'a donné envie de découvrir son livre, Une vie d'emprunt.
Par contre, je ne pense pas lire un jour du J. Courtnay Sullivan : elle paraissait en retrait du débat. Un roman sur l'histoire du mariage, une idée qui lui est venue lors du débat sur le mariage homosexuel. Elle souhaite montrer qu'à travers le temps, le mariage a évolué. Mais j'avoue qu'un roman là-dessus n'est pas dans mes sujets de prédilection.

10696276_10152663462264350_574073613942430174_n

 

J'ai regretté que deux écrivains (J. Courtnay Sullivan et Philipp Meyer) s'en aillent avant la fin du débat parce qu'ils devaient intervenir dans un autre qui chevauchait celui-ci : c'est moyen, niveau organisation.

Le deuxième débat, "De la violence en Amérique" m'a beaucoup plus enthousiasmée. Un plateau de choix qui réunissait Philipp Meyer, Donald Ray Pollock, Justin Saint Germain, Joyce Maynard et David Vann. J'avais décidé d'y assister en raison de la présence de Philipp Meyer. Mais j'ai découvert qu'il y avait aussi deux autres écrivains formidables : Donald Ray Pollock, dont je connaissais à peine le nom. Devenu écrivain sur le tard, après avoir travaillé 32 ans comme ouvrier dans une usine de pâte à papier, il n'est pas trop apprécié par les politiques dans son pays : il est pour la réglementation du port des armes à feu et il a démontré comment le gouvernement s'est débrouillé pour rendre la chose impossible.

10615508_10152663456664350_7992021956612094427_n

Lui et Philipp Meyer dialoguaient pour expliquer le pourquoi du mythe de la violence aux USA. Aux Etats-unis, on dit aux gens dès leur enfance qu'ils vivent dans un pays où tout est possible pour chacun d'entre eux, où tout le monde où l'on peut devenir astronaute, président, magistrat, médecin etc. Mais c'est faux (évidemment!). Selon eux, c'est la raison pour laquelle les gens qui échouent, par frustration, retournent en quelque sorte cette violence vers eux-mêmes par le biais de l'arme à feu tout puissante. L'image du mythe John Wayne n'est pas morte, parce que les gens baignent dedans dès leur prime enfance. Le mythe de la police qui est là pour protéger les citoyens est aussi un leurre. C'est du moins l'idée de David Vann chez qui tout est noir de chez noir et sans espoir : au moins lui, je sais que je ne lirai jamais ses livres : je n'aime pas le trop noir-sans-espoir !
J'ai découvert que le mentor de Justin Saint Germain (auteur de Son of Gun, autobiographique) n'est autre que Colm Toibin !
Enfin, l'intervention très enjouée de Joyce Maynard, qui parle français au point d'oublier qu'elle a une interprète, auteur très sympathique et accessible, m'a convaincue d'acheter L'homme de la montagne, tout simplement parce que je me demande ce qu'est la solution de son intrigue, sorte de Stand by me au féminin, qui l'a réveillée en pleine nuit ! L'animateur lui a réservé une question surprenante,  rien que pour elle (on se demande pourquoi) : "êtes-vous pour la peine de mort dans certains cas?" mais il n'a pas eu de réponse si ce n'est : "je suis une femme de gauche". Et bing !

Festival Amercia ce n'est pas que des débats : c'est aussi des projections de film (le matin, j'ai pas pu), un salon du livre où il y avait foule et des libraires sympathiques, légèrement débordés mais toujours prêts à conseiller, des dédicaces d'écrivains jonglant avec les interventions un peu partout

10612893_10152663444749350_547110090235541483_n

(oui mais il était à un débat avec Djian à ce moment-là)

10614109_10152663436579350_8724224921589256436_n

(la littérature indienne n'était pas en reste - ni Québécoise d'ailleurs)

Quelques belles voitures du côté de l'Hôtel de Ville,

10620626_10152663435809350_4541036079915997052_n

10702097_10152663435354350_6632950894098867000_n



des tipis pour les petits

10659434_10152663436849350_273041614281994040_n


des expos photos :

10370806_776263672415829_8928319383274985529_n

(les chats les plus américains du monde!)

J'ai dû faire des choix car une journée n'est pas tout à fait assez. Une journée réussie toutefois, avec la perspective de nouvelles lectures potentielles. Mais pour l'instant dans mon sac au retour, juste le dernier roman de Joyce Maynard :

index

Un beau voyage outre-Atlantique  le temps d'un week-end. Maintenant, il va falloir attendre 2 ans pour renouveler l'expérience.













 

 

 

 

Posté par maevedefrance à 17:26 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

12 juin 2014

A la Une

 

Intriguée par un pic de fréquentation, hier je découvre ceci : 

A la une juin 2014

(le commentaire de présentation n'est pas de ma plume, mais il est bien vu !)


C'est la deuxième fois en moins d'un an (la dernière fois c'était en novembre). Jusque-là, ça arrivait une fois par an dans le meilleur des cas.


Hier,  je pensais que le blog était seulement à la Une pour la journée ...  Mais je découvre qu'il l'est toujours aujourd'hui dans la catégorie Littérature et poésie !

12 juin 2014

Et je suis 12e/100 dans le "top" des meilleurs blogs "littérature poésie"

top2

 

 

J'avoue que ça fait plaisir !!
(même si cela ne concerne que la plate-forme Canalblog - mais c'est plus de 14000 blogs littéraires, quand même !!)

Merci à ceux qui me lisent ! Décidément, j'aime bien 2014 !

 

 

Posté par maevedefrance à 18:56 - - Commentaires [4] - Permalien [#]