08 mai 2014

Sarah Thornhill

51Pp906VUsL

Sarah vit en Australie, au début du XIXe siècle, au bord du long fleuve tortueux Hawkesbury, en Nouvelle Galles du Sud. Sa mère est morte quand elle était toute petite. Son père, un Anglais banni pour vol, est maintenant affranchi. Il est propriétaire terrien, s'est remarié à une femme que Sarah appelle Ma. Ils vivent aux côtés d'Aborigènes (même si ce nom n'est jamais écrit explicitement), des "naturels", comme ils disent, de pauvres hères en guenilles. Sarah a pour meilleur ami Jack Langland, un métisse de père anglais et de mère "naturelle". Pour Sarah, cela n'a aucune importance. Elle finira par tomber amoureuse de son ami d'enfance. Ils prévoyaient de se marier. Mais voilà que son frère Will trouve la mort en mer, alors qu'il était parti pêcher en Nouvelle-Zélande avec Jack. Un premier secret est révélé et ce sera la fin de la vie tranquille et innocente de Jack et Sarah...

Si vous avez besoin de vous aérer l'esprit, de changer d'air, je ne peux que vous conseiller ce roman incroyable, qui m'a emportée loin pendant les quelques jours qu'il m'a fallu pour le dévorer ! Une fresque familiale et une histoire d'amour (sans mièvrerie), certes, mais aussi un roman sur l'ambiance de l'Australie de cette époque où le racisme et les préjugés sont encore monnaie courante et dont on parle ainsi du passé de l'île :
"Y avait partout des noirs, à l'époque. Les gens parlaient de sauvages vivant dans des coins reculés, où les blancs avaient encore jamais mis les pieds : ils se promenaient nus comme des vers et mangeaient leurs bébés, qu'ils disaient. Ils tuaient tous les blancs qu'ils rencontraient et leur arrachaient le coeur."

Mais si les habitants de cette terre sont racistes et méfiants vis-à-vis des autochtones noirs, ils le sont aussi entre blancs : ceux qu sont arrivés libres regardent d'un oeil condescendant ceux arrivés bannis et maintenant affranchis. Et puis, parmi ces Anglais, il y a également des Irlandais. Dont un originaire de Cork, le gentil Mr Daunt, désargenté et sa gouvernante, Maeve. Daunt est en fait un Anglo-Irlandais et il explique à Sarah qu'il ne parle pas la langue originelle de Maeve (le gaélique).

Ce roman est donc aussi celui de l'Australie du melting pot contraint ou voulu car oui, les sangs s'y mêlent pour conduire à des histoires d'amours, entre noirs et blancs, entre métis et Maoris, entre Anglais et Irlandais. Le sang est hélas aussi celui du crime, qui est le nerf narratif du secret révélé dans le roman, et du poids de la culpabilité qui s'ensuivra.

J'ai aimé le personnage de Sarah, héroïne très attachante par son courage et son grand coeur, quelqu'un sur qui on peut compter. Une jeune femme qui saura s'affranchir du poids de la culpabilité qui pèse du sa famille. 
J'ai aimé la suivre dans les méandre du fleuve Hawkesbury, qui à chaque recoin révèle un paysage étonnant. Et puis observer avec elle et sa fille Sadie, les kangourous dans le Bush, m'embarquer avec le mal de mer en Nouvelle-Zélande pour rencontrer les Maoris.

Un roman très divertissant, on ne s'ennuie pas une seule seconde. Je le classe parmi mes coups de coeur de l'année. C'est le livre de Kate Grenville que je lis. J'y reviendrai parce qu'elle vous rend addict !

Je remercie Anne-Charlotte des Editions Métailié de m'avoir permis de découvrir ce roman : excellente proposition !

 

 

Posté par maevedefrance à 10:06 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , ,


16 juin 2010

La séance

The_seance

4e de couverture : "Angleterre, fin de l'ère victorienne. Constance Langton reçoit la visite d'un avocat, John Montague. Celui-ci lui annonce qu'elle vient d'hériter d'un manoir de famille dans le Suffolk, Wraxford Hall, et lui conseille de vendre la propriété sans perdre une seconde. Wraxford Hall jouit en effet d'une sinistre réputation : ses précédents propriétaires y sont morts dans d'étranges circonstances et une jeune femme, Eleanor Unwin, y a mystérieusement disparu avec sa fille. Quels terribles secrets renferme Wraxford Hall ? Au fil du journal intime d'Eleanor et des recherches de Constance, deux femmes dont le désir d'indépendance dénote en pleine époque victorienne, se lèvent peu à peu les mystères qui entourent l'étrange demeure. Pièges machiavéliques et coups de théâtre en cascade, terreurs intimes, étranges obsessions et secrètes inconvenances, tout est réuni pour faire de cet hommage très moderne au roman gothique et victorien un chef-d'oeuvre du genre."

Attention, ce roman a de réels pouvoirs hypnotiques !! Si vous êtes insomniaque, c'est le livre qu'il vous faut ! Si vous êtes fan du roman gothique, ce livre est pour vous ! Une fois en main, impossible de le lâcher et difficile de dormir ! Je pense même qu'il a le pouvoir de re(lancer) la mode du roman à énigmes à la sauce victorienne !

Tout est réuni pour vous faire frissonner : le manoir anglais délabré - aux abords d'un bois bien peu avenant - où les différents propriétaires des lieux disparaissent tour à tour de manière bien étrange : volatilisés, disparus, à chaque fois le soir d'un orage un peu étrange, après avoir invoqué les esprits lors de séances de spiritisme.

John Harwood reprend habilement tous les topoï gothiques pour mieux en jouer et c'est ce qui fait de ce roman un livre parfaitement étonnant. L'imagination du lecteur est mise à rude épreuve : on se demande tour à tour si l'on ne devient pas fou (thème récurrent d'ailleurs dans le livre) ou plutôt quel personnage est vraiment "net". Nous sommes sans cesse promenés dans un jeu d'illusions, où rêve et réalité finissent pas s'entremêler. Une quête de la vérité se met en marche...

La véracité des faits est appuyée par une série de récits enchâssés.  Par le récit de Constance Langton, le lecteur découvre, outre son histoire,  l'existence du sinistre manoir de Wraxford dont elle vient d'hériter. Son avocat pour cette affaire, John Montague, lui envoie une série de paquets contenant différents différents témoignages dont le journal d'Eleanour Wraxford, propriétaire des lieux et épouse du sinistre Magnus, maître dans l'art de l'hypnotisme - surtout dans celui de la manipulation !

Un double jeu se met en place, tant au niveau du récit qu'au niveau des personnages : qui manipule qui ? Qui est qui ? L'identité devient de plus en plus incertaine au fil des pages. Un suspens qui va crescendo accompagne le lecteur jusqu'au dénouement. Le secret est bien gardé et tient parfaitement "la route" ! J'ai adoré cette satanée armure !

Par ailleurs, ce livre en tant qu'objet est une oeuvre d'art par le soin de sa couverture et les petits détails des premières pages.

Bref, il a vraiment tout pour plaire et il m'a vraiment beaucoup plu, comme vous l'aurez remarqué !

Je remercie vraiment Solène et les Editions du Cherche-Midi de m'avoir permis cette belle découverte !

Voir également les avis enthousiastes de Keisha et de Lou.

Posté par maevedefrance à 19:39 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , ,