01 septembre 2012

Un homme sur la plage

467288

4e de couverture : "Une femme, dans une maison isolée, à la sortie d'un village, au bord de la mer, en Irlande.
Il y a comme une magie du roman irlandais, qui place les êtres au cœur de tensions extrêmes.
Dans ce pays, chaque élément réclame sa part aux vivants : les exigences de la politique, du paysage, de l'amour, de tout ce qui, au terme du récit, prendra le nom de destin.
Chacun des personnages de ce livre paraît précieux, fragile.
Son héroïne, Helen, femme mélancolique, son fils, Jack, proche des milieux politiques extrémistes, ce jeune Damian, faune étrange qui ne semble que passer.
L'Anglais enfin, original défiguré par la vie et qui retape les gares désaffectées.
Avec Un homme sur la plage, Jennifer Johnston nous offre une violente romance."

Helen Cuffe est une femme blessée par la vie : son mari, Dan, a été assassiné des années plus tôt, en 1975, à Derry. Enseignant en mathématiques, il était parti rendre visite à l'un de ses élèves, dont le père était inspecteur à la Royal Ulster Constabulary (RUC), les forces de police d'Irlande du Nord. On lui a tiré dessus par erreur sur la personne, c'était l'inspecteur qui était visé. Depuis, Helen s'est retirée dans un village perdu du Donegal où elle peint. Son fils, Jack, qui était enfant quand son père a été assassiné, lui rend visite de temps à autre. C'est un garçon ombrageux et secret (et pour cause, il appartient aux "Provo", branche de l'IRA extrêmiste) et ses fréquentations ne sont donc pas des meilleures.
Dans ce même village s'est installé un Anglais, Roger, que la vie n'a pas épargné non plus : blessé pendant la Seconde Guerre mondiale, estropié (borgne et manchot, rien que ça...). Sa seule passion est maintenant de redonner vie à la gare du village et à remettre en marche son aiguillage. Tous les habitants le prennent pour un original, voire un cinglé... Damien, un jeune Irlandais l'aide à retaper la gare et ils s'entendent à merveille.

On le devine, Helen et Roger sont faits pour se rencontrer. C'est évidemment ce qui va se passer. Les deux estropiés vont reprendre goût à la vie, dans les magnifiques paysages du Donegal, qui devient leur Paradis. Seulement d'autres à l'esprit étriqué, en ont décidé autrement...

Je viens juste de refermer ce roman et ouch,  quelle fin !
Pourtant, depuis le début on se doute qu'il va y avoir un drame... Ca monte en pression doucement, mais sûrement. Mais Jennifer Johnston, qui semble écrire un roman convenu renverse la tendance à la toute fin du livre. Elle y dénonce avec force la violence gratuite et le gâchis humain. Une folie irlandaise qui n'a plus lieu d'être. Le roman a été écrit en 1991.
J'apprécie le charme désuet qu'elle distille dans ce roman, qui contraste avec la violence du drame et rend l'histoire encore plus poignante. Une belle lecture.
J'ai découvert l'écriture de Jennifer Johnston il y a des années avec Petite musique des adieux qui m'avait déjà beaucoup plu. Une grande dame de la littérature irlandaise, c'est certain.

 


18 août 2012

Coups du sort

Trevor-Elleston-Coups-Du-Sort-Livre-896815605_ML

Titre VO : Fools of fortune
"Vivre loin des troubles qui déchiraient l'Irlande au début du siècle, telle semblait être la destinée de la famille Quinton : l'acte sauvage et gratuit de soldats aveuglés  par la haine détruira cette harmonie pour trois génération".


Ce roman n'est plus édité en France (mais on le trouve dans les bonnes bibliothèques ou d'occasion) et c'est vraiment dommage : sans doute le meilleur que j'ai lu de William Trévor.

Somptueusement écrit, envoûtant à souhait, un zeste gothique avec une demeure bourgeoise qui vire à la ruine, il raconte l'histoire de Willie, (fils d'une Anglaise ayant épousé un Irlandais, comme ce fut aussi le cas de sa grand-mère), de sa cousine Marianne et d'Imelda (je ne peux pas vous dire qui c'est sous peine de "spoiler")....

Le lecteur traverse l'histoire irlandaise sans aucune date mais beaucoup d'indices et croise même à un moment donné Michael Collins, le grand leader ayant arraché la plus grande partie du pays au joug britannique. Le roman est construit sur une alternance de points de vue et de manière chronologique. C'est Willie qui prend la parole en 1983 et qui s'adresse à une personne féminine dont on ignore l'identité. Puis c'est au tour de Marianne de s'exprimer et là le puzzle commence à prendre forme. Le meilleur étant évidemment pour la fin !

William Trevor rétablit une vérité oubliée. J'ai vraiment apprécié ces personnages hors normes, loin des caricatures et du clivage traditionnel irlandais.
Je maintiens le suspense...
En tout cas, c'est un coup de coeur, qui d'ailleurs a obtenu le Whitbread Award du meilleur roman en 1983










 

Posté par maevedefrance à 09:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

30 juin 2012

Toute la famille sur la jetée du Paradis

51luC+HGuTL

4e de couverture : "Irlande, 1915. La famille Goold Verschoyle vit au rythme de l'aristocratie protestante irlandaise : le manoir familial qu'elle possède dans le comté de Donegal est le théâtre de jours heureux et paisibles. Mais l'Europe gronde et ne tardera pas à disperser les uns et les autres sur les routes du chaos. Montée des conflits sociaux et guerre fratricide en Irlande pour certains, idéologie communiste ou Espagne franquiste pour d'autres : tous devront affronter l'enfer de ce siècle dans l'espoir de retrouver le paradis perdu de leur enfance. En s'inspirant d'une histoire réelle, Dermot Bolger dresse le portrait d'hommes et de femmes unis par une mémoire commune : les souvenirs d'une époque disparue. Avec la virtuosité d'un grand conteur, il nous livre le récit d'une famille prise dans la tourmente de l'Histoire."

Un roman envoûtant, un roman fascinant : ce sont les premiers mots qui me viennent après l'avoir refermé. Je découvre ici Dermot Bolger, écrivain irlandais, par ce gros pavé de plus de 650 pages écrit serré. Quel régal !

Eva, Brendan, Maud, Thomas et Art sont les cinq enfants de la famille Goold Verschoyle qui vit à Manor House, grande propriété ancestrale. Les Goold Verschoyle sont protestants et cette maison représente la fortune amassée par leurs aïeux,  qui ont spolié les terres aux Irlandais de "souche", les catholiques. Seulement, cette famille, à commencer par "Père" et "Mère" ne sont pas comme tous les autres protestants d'Irlande : ils ont un complexe par rapport au passé. Ils cherchent donc à réhabiliter leur nom par la générosité et l'ouverture d'esprit. Tout de suite, on les aime, mais on les trouve aussi un peu naïfs...

Leurs meilleurs amis s'appellent les Ffrench (avec 2 F) et ils sont communistes. Mr French décide un jour d'aller faire un séjour en Union soviétique, vivre dans un kolkhose. Seulement voilà, il est perçu là-bas comme un capitaliste pété de fric (ce qu'il est, pour le fric). Victime de préjugés de la part des communistes russes, la vie qui lui sera faite sera tout sauf idyllique. Il rentrera dans le Donegal sans toutefois révéler la vérité. Ce qui est bien dommage, car son idéal communiste va déteindre sur l'aîné des garçons Goold Verschoyle, Art, mais aussi sur le petit dernier de la famille, Brendan, qui n'a d'yeux que pour son frère. Eva, quant à elle, paraît bien plus conventionnelle, même si elle est artiste dans l'âme et surtout grande rêveuse. Quant à Maud et Thomas, si le lecteur sait qu'ils existent, ils sont quasiment absents du roman, retenus en Afrique du Sud à cause de leur nom.

Les Goold Verschoyle ont tout pour être heureux : leur magnifique demeure mais surtout un environnement digne du Paradis avec la jetée sur la mer qui se trouve à Dunkineely, où il fait bon plonger dans les vagues. La forêt, qui entoure la proriété, qui est le meilleur des refuges pour artiste en herbe. Seulement, cette famille a un souci d'identité : en Irlande, parce que protestant et donc non irlandais de "souche" de par l'histoire du pays, ils sont considérés comme des étrangers et surtout des intrus par les catholiques qui sont pauvres. C'est donc, en quelque sorte pour se faire une place respectable dans la société irlandaise que Art et Brendan vont se convertir au communisme, suite aux éloges faites par Mr Ffrench. La redistribution des richesses et la solidarité envers les plus pauvres sera leur cheval de bataille. Un programme ambitieux et utopique ! Mais nos héros sont des romantiques jusqu'au bout des ongles et c'est ce qui va les détruire, surtout lorsqu'en plus l'Histoire s'en mêle pour les transformer en pantins...

Le lecteur suit la vie de cette famille de 1915 à 1946 et va traverser avec eux l'Enfer de l'Histoire, en espérant retrouver le Paradis du début du livre !
Les personnages sont à la fois attachants et agaçants, surtout Art ! Il veut tellement arriver à son idéal sociétal qu'il oublie de penser par lui-même, bien trop endoctriné par le stalinisme qu'il a appris par son séjour en Union soviétique. On a même envie de lui coller des claques, parce que nous, lecteur, nous savons ce qui est arrivé à son petit frère Brendan (je ne peux le révèler sous peine de "spoiler" mais c'est vraiment terrible !). Il va se retrouver pieds et poings liés.
J'ai beaucoup plus apprécié le personnage d'Eva : aussi romantique que ses frères, mais dans un autre genre: c'est l'éternelle jeune fille, qui, même mariée et mère de famille, se retourne sans arrêt sur son enfance et son premier amour qu'elle a laissé filer... Mariée à Freddie Fitzerald (nom d'origine anglo-normande), un protestant caricatural, elle parviendra tout de même à se concocter un petit paradis, fragile comme une bulle de savon.

Ensuite, Eva est celle qui délivre les fantômes. Parce que oui, ce roman a un côté gothique ! Et ça ce fut une vraie bonne grosse surprise littéraire ! Les grandes demeures de Manor House et Glanmire House se transforment en ruines, au fur et à mesure que l'on avance dans l'intrigue. Mais surtout, l'ancienne cave à vins transformé en chambre de Manor House est habité par un fantôme qui demande qu'on le délivre ! Dermot Bolger m'a soufflée par cette touche d'originalité !

Reste un style magistral, à la fois simple et poétique, qui vous fait voyager loin ! On ne s'ennuie pas un seul instant, les rebondissements vont bon train. Dermot Bolger règle son compte à toutes les doctrines et comportements extrêmistes, que ce soient ceux de l'IRA, des fascistes ou des soviets - même si je l'ai trouvé dur avec l'IRA !!

Dermot Bolger rejoint mon panthéon des meilleurs écrivains irlandais contemporains, avec Joseph O'Connor, Sebastian Barry, Nuala O'Faolain et Roddy Doyle ! J'ai hâte de découvrir le reste de son oeuvre !

Ce roman est tiré d'une histoire vraie...

Je clôture donc ce mois irlandais en beauté, qui aura été celui de belles découvertes, mais je ne pouvais pas terminer ce mois sans vous montrer quelques photos du Donegal, justement !

 

P8060121

P8060113

P8033128

P8033141

P8033174

 

 

 

Posté par maevedefrance à 18:22 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

22 juin 2012

Peig

41F80M1D1EL

 

A vrai dire, je trouve que la couverture de l'édition française est plutôt ratée... Pourtant il suffit de retourner l'ouvrage pour trouver quelque chose de plus agréable : la photo d'une femme joviale, fumant...  la pipe (eh oui !) !
Je préfère largement les couvertures des éditions en anglais :

 

41ZATFWH3GL 

51mPRoh3GeL(édition audio, visiblement)

 

 

J'ai découvert ce livre en lisant L'homme des îles de Tomas O'Crohan et je pensais que c'était l'autobiographie d'une femme née dans les îles Blasket. Et c'est même l'annonce de la 4e de couverture : " La vie de Peig Sayers (1873-1958). Femme des Iles Blasket". Ca se discute ! Peig Sayers est née à Dun Chaoin (Dunquin), c'est-à-dire sur le "continent" irlandais, juste en face des Blasket (péninsule de Dingle). Et si elle a vécu la majeure partie de sa vie dans les îles en épousant un homme de là-bas, ici son autobiographie concerne surtout son enfance et sa vie de jeune femme à Dun Chaoin et Dingle où elle est partie travailler comme servante dans un magasin puis dans une ferme. C'est seulement page 210 (sur 290) que l'on entraperçoit un départ vers les îles et qu'ensuite elle raconte sa vie là-bas.

Cela dit, il s'agit d'un très beau témoignage sur la vie d'une femme irlandaise issu d'un milieu paysan de la fin du XIXe siècle, au tournant du siècle suivant. A la différence de Tomas O'Crohan, elle a vécu l'évacuation des îles.  Comme chez Tomas O'Crohan, ce livre laisse une impression de joie de vivre, malgré la dureté des conditions de l'époque et un attachement inconditionnel à son pays. Jamais Peig ne se plaint, elle est toujours optimiste et elle dotée d'un sacré caractère ! Peig, qui commence travailler comme servante à l'âge de douze ans voit tout d'abord dans ce travail une manière de rester indépendante. Cependant, son ambition facille assez rapidement après une expérience chez un patron bien peu attentionné envers son personnnel. Lorsque son père la donne en mariage à un homme des îles, elle y voit une manière d'échapper à cette vie de servitude et d'être maîtresse de son propre foyer. A l'époque, les mariages arrangés étaient monnaie courante. Peig fait totale confiance à son père et à l'un de ses frères, Sean : ce qui est bon pour eux est bon pour elle, pense-t-elle. Elle aura, effectivement, une belle-famille tout à fait aimable et attentionnée.

Peig attire l'attention sur la difficulté de la vie dans les îles Blasket : elle explique qu'à cette époque, les gens n'avaient pour manger que du poisson et des pommes de terre - parfois du lait, mais c'était un luxe. Tomas O'Crohan en parle aussi dans son livre, mais, comme il est né là-bas et n'a pas connu autre chose, on ressent moins, chez lui, cette idée de manque de nourriture. Peg précise cependant que cela n'empêchait pas les enfants de grandir : c'est juste le manque de variété de nourriture, sans doute, qui l'a stupéfaite. Ce n'est pas tout à fait clair, en fait, car à quelques pages de distance elle se contredit. Tout d'abord, elle affirme qu'on ne manquait de rien dans l'île et, un peu plus loin, elle dit le contraire... Cela m'a frappée !

Cependant, cet ouvrage n'est pas un roman mais une autobiographie.  Elle a en plus la particularité d'avoir été retranscrite de l'oral, et plus précisément de l'irlandais. Peig ne savait pas écrire (bien qu'elle soit allée à l'école) : elle a dicté le récit de sa vie à l'un de ses fils. Le livre sera ensuite édité, sur l'idée de deux étudiantes irlandaises.

J'ai aimé la verve de Peig, avec ses "sapristi !" et autres répliques bien senties ! J'ai moins aimé les notes en bas de page avec la traduction graphique et phonétique des noms de lieux et de personnes écrits en gaélique : ça alourdit un peu la lecture et cela n'a pas tant d'importance de savoir comment cela se prononce pour un francophone, d'autant qu'on se trompe presque toujours (parce que le gaélique est une langue tordue ) ! Reste que malgré la joie de vivre de la narratrice, il y a de forts moments d'émotions lorsqu'elle évoque la mort successive de ses jeunes enfants, puis celle de son mari et comment elle se retrouve seule, sans famille sur l'île. Reste les gens jetés à la rue comme des chiens lorsqu'ils ne pouvaient pas payer leur rente au propriétaire terrien, ce qui, à force de révolte et de résistance face à l'oppresseur, donna naissance à la Ligue Agraire en 1879 (puis devint la Ligue nationale irlandaise en 1882 et plaça l'auto-détermination en tête de gondole de ses revendications).
J'ai trouvé plus de gravité dans son récit que dans celui de Tomas O'Crohan.
Cependant, c'est la solitude dans laquelle elle se retrouve qui fera d'elle une grande conteuse. Pour distraire ses soirées, qu'elle partage avec l'unique survivant de la maison (son beau-frère), elle raconte des histoires, et avec talent, comme lui feront remarquer plus tard les étrangers de passage ! Le lecteur est témoin qu'elle sait accrocher son public !

On retrouve quelques histoires dans le récit et aussi deux annexées à la fin du livre.

Bref; une lecture hors du commun, un voyage dans l'espace et le temps et surtout un précieux témoignage d'une vie irlandaise sur la péninsule de Dingle, entre la fin du XIXe siècle et le milieu du XXe.
Mes lectures autobiographiques auront changé et approfondi mon regard sur cette région d'Irlande, que j'ai l'habitude de fréquenter depuis presque dix ans maintenant. Je ne me doutais pas des précieux trésors littéraires qu'elle cache ! Décidément, les mois thématiques peuvent mener à des découvertes formidables !

9506546-large

Peig Sayers

 

 

 

Posté par maevedefrance à 18:13 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

18 juin 2012

Le château de Leixlip

books

 

Bon, moi qui ne suis pas trop littérature fantastique, j'ai tenté la nouvelle de Charles-Robert Maturin, Le château de Leixlip, légende d'une famille irlandaise, que vous pouvez lire ici.
Solution de facilité parce que je ne voulais pas me confronter au pavé ultra-célèbre de Melmoth ou l'homme errant, qui est sans doute l'oeuvre la plus connue de l'écrivain.
En gros, c'est l'histoire d'une jeune fille qui fait appel à la magie noire pour se trouver un mari...

J'en sors avec un sentiment de perplexité qui fait que je n'ai rien pas grand chose à en dire, si ce n'est : "ah, tout ça pour ça..."

Je m'en remets donc à l'introduction de l'édition que je possède pour tenter de trouver quelque originalité à cette lecture :

fantastique

 

"Comme il arrive souvent à l'époque romantique, cette nouvelle en contient plusieurs : elle ignore quelques-unes des lois fondamentales du suspense ; enfin elle est écrite pour le pur plaisir de conter, sans souci excessif d'en expliquer le sens.
Pourtant, il y a bien un fil conducteur, fort et complexe. La sorcière ne joue pas le rôle de l'adversaire (...) mais celui de la servante au grand coeur qui veut rendre service. Son obligée n'entreprend pas de modifier le cours des choses (...) mais simplement de voir l'avenir. (..) Il faut un certain temps pour comprendre qu'il y a une faille entre elles."

Pour le plaisir de conter, en ce qui me concerne il faudra repasser... Je confirme qu'il n'y a pas vraiment de suspense. En outre, c'est plutôt embrouillée comme histoire. Mais la fin, on la devine.

"Maturin appartenait à la minorité protestante d'Irlande, alors toute-puissante et menacée : il savait que la majorité catholique, si docile en apparence, n'en pensait pas moins. De là, l'histoire du seigneur catholique habitant l'Ulster, unique province irlandaise à majorité protestante, et qui, dégoûté de sa situation, veut habiter une région catholique. Il n'a que des filles. La première n'atteint pas le stade du mariage. La deuxième ne le dépasse pas. La troisième se marie, avec avec un Ecossais protestant, au passé d'ailleurs douteux (...). Que s'est-il passé au bout du compte ? Ce manoir familial situé en Ulster, est passé d'un de ces sorciers de catholiques à un vrai protestant. Le fantastique a parfois des implications inattendues."

Charles-Robert Maturin, descendants de huguenots ayant fui les persecutions en France, était farouchement anti-catholique. Il est issu d'une famille aisée - comme la quasi-majorité des protestants d'Irlande (cf. Elizabeth Bowen, entre autres, VS Dermot Bogler qui est issu d'un milieu populaire), même s'il a vécu dans la pauvreté durant une bonne partie de sa vie.


Je n'aime pas son point de vue et son histoire embrouillée m'a laissée perplexe. Ce n'est pas demain que je lirai Melmoth !

Le château de Leixlip existe bel et bien en Irlande. Il est situé dans le comté de Kildare et il se visite : avis aux amateurs de châteaux de légendes !


 

images12

 (photo de la National Library of Ireland)

 NB : voici sans doute le billet le plus nul que j'ai écrit depuis le début de l'année...

 

 

 

Posté par maevedefrance à 06:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


11 juin 2012

Cet été-là

51fHX8-xLOL

4e de couverture : "Nous sommes à Rathmoye, petite ville d'Irlande, dans les années 1950. Lors des obsèques de la vieille et riche Mrs Connulty, Ellie, seconde épouse du fermier Dillahan, aperçoit aux abords de l'église un drôle de personnage qui photographie l'événement. Les endeuillés, le cortège, le cimetière... Florian Kilderry attire les regards, suscite la curiosité des indiscrets, mais lui n'a d'yeux que pour Ellie. L'amour s'empare d'eux. Ellie crois qu'elle va rompre avec la monotonie de sa vie, avec la tendresse sans relief et pourtant sincère de son époux. Mais Florian, jeune homme depuis peu orphelin, ne songe qu'à quitter l'Irlande. Il n'est que de passage...
Cet été-là est sans doute l'un des plus beaux romans de William Trevor, avec En lisant Tourgueniev."

William Trevor prend le temps de poser le décor de son roman : pendant une centaine de pages, il ne se passe rien, mis à part l'irruption de Florian Kilderry dans la vie monotone des habitants d'un petit village irlandais. Florian n'a rien fait de mal, juste pris des photos lors des obsèques d'une dame bien riche, Mrs Connulty, qui laisse deux orphelins, de grands enfants qui continueront à tenir la pension sans elle. Grâce à Miss Connulty, on sent rapidement que les cancans vont bon train dans ce trou perdu où les villageois ont une vie morne, avec des habitudes bien ancrées. Dès le début je n'ai pas aimé cette Miss Connulty : c'est bien la commère de l'histoire, celle qui brode alors qu'elle n'a pas vu grand chose, si ce n'est Florian marcher à côté d'Ellie Dillahan, une orpheline épousée par un fermier veuf dont elle était la domestique. Pendant tout le roman, on frissone pour cette pauvre Ellie à cause de cette bonne femme...
Parce qu'effectivement, Ellie aura une aventure, celle d'un été, avec Florian, elle qui a épousé un fermier non pas par amour, mais parce que c'était une opportunité : qui voudrait d'une orpheline ? Cet homme est doux et attentionné, donc Ellie n'est pas malheureuse. Elle a juste la vie très monotone d'une fermière. Florian va bouleverser tout cela .

Au début, on se méfie aussi de Florian, puisqu'on sait par avance, contrairement à Ellie, qu'il va quitter définitivement l'Irlande. Né d'une mère catholique italienne et d'un père irlandais protestant, on se demande si, finalement Miss Connulty a raison, si c'est un "oiseau de mauvais augure". Mais "comment peut-on traiter quelqu'un d'oiseau de mauvais augure, quand on ne le connaît pas ou qu'on ne sait rien de lui ?".

William Trevor, après avoir soigneusement planté le décor et brossé un portrait non dégrossi de ses personnages, amène le lecteur à voir au-delà des apparences et laisse le trio amoureux dévoiler ses blessures. Chacun d'entre eux est hanté par les fantômes de leur passé respectif.

Les personnages sont attachants. Ellie et Florian sont réellement amoureux mais la rupture, cette épée de Damoclès qui pèse sur tout le roman (avec comme pendant le risque du scandale), ne finira pas tout à fait comme on aurait pu s'y attendre au début du roman, même si elle a bien lieu : pas de tragédie déchirante, pas de pathos mais plutôt un sentiment de tranquillité retrouvée.

J'apprécie le style très lent et tranquille de William Trevor, son souci du détail et, surtout, toute la poésie de sa plume.

J'avais fait connaissance avec lui grâce  au Voyage de Felicia. Je confirme la réputation qui le suit depuis 1958 : c'est un très grand écrivain irlandais !
Originaire des environs de Cork, il est protestant et vit à Londres depuis 1954. L'Italie semble le fasciner car elle hante nombre de ses romans, dont celui-ci, qui pourtant qui sent bon la campagne irlandaise.

Je remercie Babelio et les Editions Phébus de m'avoir permis de découvrir ce roman.

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par maevedefrance à 06:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 juin 2012

L'homme des îles

 9782228896962

C'est en fouinant sur le net que j'ai découvert l'existence de ce livre, celui écrit par un habitant du Grand Blasket, Tomas O'Crohan. Il s'agit d'une biographie, mais bien plus que cela. Les îles Blasket ont été évacuées le 17 novembre 1953 parce qu'on y a jugé la vie des îliens comme étant devenue trop difficile. Cela fait donc plus d'un demi-siècle qu'elles sont inhabitées, si ce n'est pas des moutons redevenus sauvages, que des hommes vont tondre une fois par an. Elles sont redevenues le royaume de la faune et de la flore.

Pour situer, ces îles sont dans le prolongement de la péninsule de Dingle dans le Kerry (sud-ouest de l'Irlande)

blas2


Ce livre est donc la mémoire du Grand Blasket (le plus grands des petits cailloux rudoyés par les vents et les pluies). Tomas O'Crohan n'a pas écrit ce livre de lui-même, mais à la demande de Brian O'Kelly, un homme de Killarney, sensible à la mémoire de ces îles où l'on parle irlandais et non pas anglais. Tomas O' Crohan, né en 1856  a terminé ses écrits en 1926, et le livre est paru en 1929. Notre homme pose fièrement avec son ouvrage entre les mains sur la couverture !

Cet ouvrage a l'autre particularité d'être traduit directement du gaélique en français et non du gaélique en anglais puis en français. Les traducteurs (Jean Buhler et Una Murphy) l'ont souhaité pour coller au plus près de la version originale sans passer par une langue intermédiaire, bien qu'une édition anglaise existe depuis 1937. L'idée d'une version francophone date de 1949.

Au regard de ses cailloux posés sur l'Atlantique, on pourrait s'attendre à un récit relatant la difficile vie de ses habitants. Eh bien ce n'est pas le cas ! Il y a beaucoup de gaité et d'humour dans le récit de Tomas O'Crohan : jamais une plainte, jamais une lamentation, rien de tout cela. Au contraire, il y a de la joie de vivre dans ce livre, alors qu'on avalait à cette époque "des pommes de terre, du poisson une tombée de lait quand il y en avait", c'est tout. Pourtant ces îliens qui étaient à la fois des marins et des paysans ne ménagaient pas leurs forces. La pêche était leur quotidien l'été. Le lecteur savoure les pêches aux homards, à la langouste mais aussi évidemment au poisson. Toutes ces besioles marines vivent à profusion dans les eaux des Blaskets, ce qui finira par susciter la convoitise des "étrangers". Quand ce n'est pas la pêche qui les monopolise, ce sont l'apparition de quelques phoques qui permettra de remplir le garde-manger. Quand ce n'est pas les phoques ou le poisson, ce sera les lapins bien gras qui pullulent dans le collines, sans oublier les oeufs de poules que l'on peut ramasser... sur les toits de chaume des maisons (eh oui, c'est que les poules du Grand Blasket sont assez dégourdies pour voler sur un toit de maison !). Parfois, les navires échoués sont des aubaines pour les îliens qui récupèrent leur chargement !

Parfois, une institutrice fait son apparition, mais jamais bien longtemps car elle trouve le moyen d'être demandée en mariage par quelqu'un de la "grande île" (comprendre "l'Irlande" ). Mais l'institution de l'éducation "nationale" trouve tout de même le moyen d'envoyer des inspecteurs, sous le regard étonné des gamins, surtout quand il s'agit d'un inspecteur à "quatre yeux" (avec des lunettes) !

Malgré cela, l'île n'échappe pas aux famines ni aux épidémies, ni aux accidents mortels. Tomas O'Crohan raconte comment il a eu 10 enfants qui lui ont tous été repris ou presque par la vie, tout comme sa femme. Passage très touchant où l'écrivain pourtant ne sombre pas dans le pathos.
Il explique également que tous les îliens, malgré la promiscuité du Grand Blasket (5 km de long et 1 mile de large - et c'est la plus grande des îles!) s'entendaient bien. Ils se serrent les coudes pour chasser les autorités qui tentent de saisier leurs biens parce qu'ils ne paient pas le fermage en vigueur à l'époque : les pierres sont presque les meilleurs armes pour empêcher les intrus d'accoster, c'est bien connu !

"Je n'ai pas dit toutes les souffrances qui s'abattaient parfois sur nous", avoue Tomas O' Crohan à la fin de son livre. Mais peu importe. Il a réussi son pari : rendre son écrit inoubliable et son île immortelle !
Autant vous le dire tout de suite : j'ai fini le livre les larmes aux yeux.
Je ne peux pas m'empêcher d'extrapoler sur ce qu'il aurait pensé aujourd'hui : il est mort en 1937 et il n'a donc pas connu l'évacuation des îles en 1957.

Il existe 3 autres écrivains ayant écrit la vie des Blaskets : Peig Sayers (son livre existe en français), Micheal O'Gaoithin et Maurice O'Sullivan. Leurs récits vaut sans doute également le détour pour toute personne s'intéressant aux îles d'Irlande ! Je suis curieuse de lire les écrits de Peig, qui est une femme...

En tout cas, je ne peux que vous recommander l'expérience de la lecture de L'homme des îles. Malgré quelques redites et petites longueurs parfois, c'est un magnifique témoignage !

 

 

Posté par maevedefrance à 06:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 juin 2012

Paula Spencer

51kFzTcGrbL

4e de couverture : " A Dublin, le boom économique des années 2000 efface peu à peu les traces de la pauvreté. Dans sa petite maison, où vivent encore ses deux enfants, Leanne et Jack, Paula livre sa guerre personnelle à son propre passé. Elle vient de fêter ses quarante-huit ans et a décidé que ça suffisait : elle ne laisserait plus l'alcool détruire sa vie. Depuis quatre mois et cinq jours - précisément -, elle ruse avec ce tueur à la fois séduisant et repoussant. Déployant mille stratégies pour l'abattre, elle mène une guérilla de tous les instants. Fascinés par son courage, enchantés par son piquant, nous partons avec elle à la reconquête du boheur.
D'un sujet difficile, Roddy Doyle tire un roman d'une pétulance revigorante. Usant de cet humour décalé déjà à l'oeuvre dans la "triologie de Barrytown", il crée avec Paula Spencer un personnage inoubliable, symbole d'une Irlande surmontant lentement les traumatismes de son histoire."

Roddy Doyle est surtout connu en France pour The Committments (autrement dit, les "engagés")  et Paddy Clake ha ha ha. Pourtant il a écrit quantité d'autres romans, que pour ma part, je préfère. Il y a un peu plus d'un an j'ai La femme qui se cognait dans les portes que j'avais adoré. En tout cas, ce qui tombe bien, c'est que les Editions Robert Laffont viennent de publier la suite et j'ai retrouvé avec plaisir Paula Spencer. Je précise qu'on peut tout à fait lire ce roman sans avoir lu la premier volume - même si c'est mieux de l'avoir fait !

Ce roman a été écrit, tout du moins publié en 2006, autrement dit en plein boom du Tigre Celtique qui ne savait pas encore qu'il aurait une fin catastrophique. N'empêche, Roddy Doyle n'a pas son pareil pour décrire avec humour le quotidien d'une femme irlandaise ordinaire et pauvre. Comme dans La femme qui se cognait dans les portes, on oublie totalement que l'écrivain est ici un homme : il parvient à se glisser dans une peau féminine avec tellement d'aisance que ça en est stupéfiant !

Paula, qui a jeté son alcoolique de mari à coups de pied au cul après des années de maltraitance, a toujours, dans cet opus, un caractère bien trempé mais aussi un coeur gros comme une maison.
C'est avec étonnement et curiosité qu'elle regarde la nouvelle Irlande cosmopolite, elle qui n'a jamais passé la frontière de Dublin et qui ne connaît même pas toute la capitale irlandaise. Elle fait des ménages et ses collègues de travail sont roumains et nigérians et, en plus, ce sont des hommes, observe-t-elle avec malice : "Voilà un autre grand changement, peut-être le plus grand de tous. Les hommes de ménages. Des Nigérians et des Roumains." Elle n'hésite pas à engager la conversation avec les caissières du supermarché hard-discount de son quartier, où "les caissières sont presque toutes étrangères" et ça aussi, c'est un vrai changement. Notre héroïne ouvre son coeur au monde, sans a priori mais avec pas mal d'étonnement.

Peu à peu Paula acquiert une autonomie financière qui lui permet de se faire des petits plaisirs à elle et surtout aux siens. Elle découvre la société de consommation qui se développe comme un cheval au galop en Irlande - ce qui ne veut pas dire qu'elle n'existait pas avant non plus ! Les supermarchés sont mêmes ouverts 24h/24 pour certains.
Cependant, son quotidien n'est pas sans nuages : sa fille Leanne, qui a assisté petite au passage à tabac de sa mère lorsqu'elle était enfant, et qui s'interoposait pour la protéger, est aujourd'hui une jeune femme très fragile... Jack (le plus jeune fils de notre héroïne) semble parfois douter sa mère. Paula doit affronter le regard critique de sa progéniture. Et comme si cela ne suffisait pas, une de ses soeurs doit aussi vaincre le pire...
Mais les femmes de ce roman sont toutes des femmes fortes ! Autant dire que la fin ne vous fera pas pleurer !!

Roddy Doyle nous livre ici un roman plein de tendresse et doté d'un humour qui fait mouche, le tout surmonté d'une bonne bouffée d'optimisme irlandais. A se prescrire sans modération !

Franchement j'espère qu'il y aura une suite aux aventures de Paula Spencer ! Je me suis délectée avec cette lecture qui est un coup de coeur.

 

 

 

Posté par maevedefrance à 06:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 juin 2012

Les îles Aran

Synge_Aran

 

Et voilà, c'est le Mois irlandais ! Pour votre premier voyage, je vous embarque sur les îles Aran en compagnie du grand John Millington Synge.

280px-Aranislandssatmap

Ce n'est pas sans quelque appréhension que j'ai ouvert ce livre : John Millington Synge est un tel "monument" de la littérature irlandaise que cela avait quelque chose d'effrayant de l'aborder ainsi en novice ! Parce que je ne suis pas une bête de course pour une lecture en VO, je me suis procurée l'édition française, admirablement traduite par Pierre Leyris.

Les iles Aran (Aran Island) a été publié en 1907 et Synge y relate ses quatre voyages entre 1898 et 1905. Il est parti s'aérer l'esprit là-bas, sur les conseils de Yeats, qu'il a rencontré à Paris,  pour lutter contre la mélancolie qui le ronge. Il laisse donc tout derrière lui, les amours malheureuses, les querelles littéraires, il s'en va.
Il ne s'attarde pas trop sur Inishmore, qu'il juge plutôt défigurée par le tourisme (rappelez-vous, nous sommes en 1898, que dirait Synge aujourd'hui ?). Il réside surtout sur l'île du milieu, (Inis Meain, en gaélique, Inishmaan, en anglais), mais visite aussi l'île du sud, Inisheer (ou Inis Oirr, en gaélique).

"Dans les pages qui suivent, je donne un compte-rendu direct de la vie que j'ai menée dans ces îles et de ce que j'y ai rencontré, sans rien inventer ni rien changer d'essentiel", écrit-il en introduction de son récit de voyage. Et c'est bien cette fraîcheur, cette manière de dire les choses sans embages qui m'a séduite.
Synge parvient à embarquer le lecteur avec lui et à lui faire vivre sa vie là-bas. J'ai été bluffée par son écriture très simple et ce regard d'anthropologue à qui rien n'échappe. Il y a un peu de naïveté parfois : il trouve des différences entre les femmes de ces trois îles, dans la forme de leur visage par exemple...

Il n'a aucun a priori, il parvient à approfondir son gaélique, à participer aux fêtes où l'on danse jusqu'à n'en plus pouvoir sur Le Noir Coquin. Il teste la poteen (alcool clandestin). Il vadrouille en pampooties, sandales locales, il embarque à bord des coracles (barques des îles Aran qui servent à tout : transporter du bétail, de la tourbe, ou les habitants). Il admire les tenues des femmes, vêtues de jupons rouge foncé, dans ces îles noyées de brouillard - mais parfois aussi arrassées par le soleil. Il n'y a pas un arbre ici : un arbre, pour les îliens d'Aran, c'est un buisson ! Synge est saisi par la rudesse de la vie ici, mais aussi admiratif de la simplicité des habitants qui pourtant savent faire beaucoup plus que les habitants du "continent" : pêcher, naviguer sur cet océan atlantique souvent agité, jardiner sur ces terres arides, bricoler, faire de la soude avec le varech, s'occuper des bêtes, parler deux langues (gaélique mais aussi anglais)  et... raconter des histoires !

Captivée, j'ai écouté avec lui les récits de vieilles personnes sur les fairies (traduite par le mot "fées", mais le traducteur précise qu"'il faut se souvenir qu'en Irlande, fairy désigne très souvent des petits êtres masculins, des sortes de lutins") qui sont des êtres malfaisants. Elles sont omniprésentes parmi les habitants, ils vivent avec elles et les craignent.
Ils montrent à Synge leurs repères : "Vous voyez cette paroi rocheuse toute droite ? (...). C'est là que les fées jouent à la balle pendant la nuit, et on peut voir les marques de leurs talons quand on vient le matin, et trois pierres qu'elles ont pour marquer la limite, et une autre grosse pierre sur laquelle elles font rebondir la balle. C'est bien souvent que les gars ont enlevé les trois pierres, mais elles sont toujours revenues là le matin".

Autant dire que ce livre est enchanteur à bien de titres et que c'est avec un pincement au coeur que je l'ai refermé ! Je ne peux que vous conseiller l'expérience de ce voyage fabuleux !
Il me reste à découvrir ses pièces mais aussi ses autres récits de voyage dans l'Irlande qu'il affectionne (parce que oui, il y en a d'autres !).

Quelques mots sur l'écrivain : John Millington Synge (1871-1909) appartient à la bourgeoise protestante d'Irlande. Il est né dans le comté de Dublin. Son père avocat, meurt en 1872 et il grandit dans un univers de femmes. Sa mère, fervente protestante, lui inculque le sens du péché et la crainte de l'Enfer. Il s'intéresse beaucoup à l'histoire naturelle. Il apprend le gaélique à Trinity College à Dublin. Il est séduit par les écrits de Darwin. Il va substituer à sa foi ébranlée par l'évolutionnsime des intérêts littéraires et culturels profondément irlandais. La Renaissance littéraire irlandaise satisfait sa spiritualité. Lors de la création de la Ligue gaélique, son enthousiasme pour la langue irlandaise s'intensifie encore. Cela lui coûte une demande en mariage. En 1895, il s'installe à Paris dont il fréquente les Irlandais de la capitale, étudie le breton, suit des cours de civilisation celtique et de vieille irlandais à la Sorbonne.
Avec Aran island, il a souhaité "to do for the west of Ireland what Pierre Loti had done for the Bretons".
(pour la biographie de l'auteur, j'emprunte ici à Jacqueline Genet et Claude Fierobe, La littérature irlandaise, éditions Lharmattan)

images aran 2

images aran 1

(Les photos sont de Synge).

 

Voir aussi le billet de ma copine québécoise Mélodie qui a lu d'autres récits de voyage de Synge : c'est ici

 

J'espère d'ici la fin du mois pouvoir vous emener aux îles Blasket, du côté de la péninsule de Dingle, grâce à un livre traduit directement du gaélique !



24 mars 2012

Crépuscule irlandais

51fjTxpnFiL__SL500_AA300_ 

 

4e de couverture : "Dans un hôpital de Dublin, la vieille Dilly s'étiole. Elle attend une visite, celle de sa fille Eleonora, brillante romancière qui a très tôt fui l'Irlande pour mener une vie libre et tumultueuse, comme elle-même en rêvait autrefois. Il faudra la douleur du deuil pour qu'Eleonora découvre enfin le vrai visage de sa mère et le lien indéféctible qui ne cessera jamais de les unir."

Je ne vais pas y aller par quatre chemins : je me suis royalement fait suer avec ce roman. Je n'avais jamais encore lu la sulfureuse Edna O'Brien, qui fit scandale dans les années 60 en Irlande et je dois dire que là, j'ai dû vraiment m'accrocher pour terminer le livre. Une écriture qui imite parfois le langage oral, dans des phrases à rallonge qui rappelle Proust (mais sans réussir à faire le même effet parce que son écriture est "raide"), des temps narratifs qui s'embrouillent finissent par donner une impression de fouillis : on ne sait plus trop où l'on en est, on en perd le sujet et on se demande où est-ce qu'elle veut en venir...

Vraiment dommage, parce que l'histoire annoncée par la quatrième de couverture était bien alléchant et cela faisait un moment qu'Edna O'Brien m'intriguait, que je voulais découvrir son univers littéraire si décrié dans son pays il y a quarante ans et par certains aujourd'hui encore. On l'a dit féministe etc. Bref, elle avait tout pour me plaire. Peut-être faut-il lire ses premières oeuvres...

En plus je n'aime pas dire du mal de la littérature irlandaise, alors je suis doublement frustrée !

 Pour en savoir plus sur elle, c'est  

imagesCAZ7QWLF 

 

Posté par maevedefrance à 09:07 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,