13 mars 2015

Salon du Livre de Paris 2015 ou comment aller se rhabiller...


Si vous ne le savez pas (mais ça m'étonnerait), au mois de mars, à Paris, il y a un salon, qui se veut prestigieux, rameutant toute la France parmi ses visiteurs et une foule d'écrivains ultra-connus. Je parle du Salon du livre de Paris.

L'an dernier, alors que je n'avais jamais osé, mais parce que je voyais que les copines blogueuses le faisaient sans se gêner, j'ai demandé une accréditation presse (comprendre un pass qui vous donne droit d'aller et venir dans le salon, de ressortir, de rentrer de nouveau, le tout gratuitement). Je n'y croyais pas vraiment, je m'y suis prise très tard et en fin de compte, sans aucune difficultés, on donné le précieux sésame ! J'étais ravie ravie ravie !
Ca tombait bien, parce que ça faisait des années que je n'allais plus au Salon : le Pass Education ne fonctionne plus pour y rentrer ; je lis beaucoup et en tant que grande lectrice, je ne me voyais pas payer 10€ l'entrée et encore moins en ayant un blog de littérature... 
J'avais des souvenirs du salon d'un temps où les blogs n'existaient pas, où j'étais partie rejoindre une copine de fac en stage chez Grasset, retrouver des amis avec lesquels on harpentait les travées jusqu'à l'épuisement, pour repartir avec nos belles découvertes sous le bras. C'était l'époque où Amazon n'existait pas, Internet était balbutiant et donc, pour nous le Salon, c'était le moyen de voir tout ce qui était publié. Si je me rappelle bien, même à l'époque j'avais réussi à me débrouiller pour ne pas payer l'entrée...

Bref, cette année, avec le bon souvenir du salon de l'an dernier et de l'impulsion que ça a eu sur mon blog (qui est plus actif grâce aux débats auxquels j'ai assisté, aux rencontres que ça a enclenché et aux idées que cela m'a donné en matière de lectures), j'ai demandé l'accréditation dès le mois de janvier. Je ne me faisais pas trop de souci, j'étais confiante. Ouais, ils étaient sympas au salon, ils ont les moyens financiers...

Mais il y a quelques jours j'ai reçu le même email que 99,99% des "vieux" blogueurs littéraires que je connais ayant fait une demande : 

"Nous avons le regret de vous informer que votre dossier n°  n’a pas été validé

Cependant, si vous le souhaitez, il vous sera possible d'accéder au salon avec un tarif préférentiel (6€ au lieu de 12€).
Pour ce faire, il vous suffira de vous présenter à l’accueil PRESSE et de retirer une contremarque qui vous permettra de bénéficier du demi-tarif en caisse principale.
Pour toute question vous pouvez écrire à accreditationpresse@facondedepenser.com, en précisant votre n° de dossier.
Cordialement,
L’équipe du Salon du livre de Paris"

On ne connaît tous plus ou moins et on s'est rendu compte qu'on avait tous reçu cette réponse quasiment en même temps. (un publipostage d'une lettre type de refus, du moins ça y ressemble grandement).
Ne pouvant me satisfaire d'une réponse pareille, sans aucune explication (pour la cordialité, il faudra repasser), j'ai demandé une explication. Comme d'autres, d'ailleurs.
Elle est tombée hier soir et me laisse un mince espoir en lisant entre les lignes (mais franchement, ça me laisse assez perplexe parce que de toute façon je suis moi et je n'ai qu'un blog...).
D'autres ont reçu des réponses stupéfiantes, avec du Vigipirate inside.
Et puis hier, on nous dit qu'il y a eu 500 demandes d'accréditation et que 150 blogueurs littéraires ont été accrédités. Ah oui ? Mais alors sur quels critères ? Pourquoi certains et pas d'autres ? C'est un tirage au sort ?  Un chiffre qui paraît d'ailleurs assez énorme pour la blogo littéraire (si l'on s'en tient à ceux qui habitent en Région parisienne). Des chiffres un peu trop ronds de surcroît. Etrange.
La seule chose que je vois depuis hier soir, ce sont des places à gagner sur certains blogs. Et là ça me fait vraiment rire !!!
Il est hors de question que j'aille, en tant que blogueuse, aller jouer chez les copines pour gagner une place. Soit je suis accréditée, soit je ne viens pas.

Je ne vais pas me prostituer pour obtenir un pass, je pourrais payer 6€, ma vie ne va pas s'effonder si je n'y vais pas, mais franchement, je ne pense pas ruiner le salon en demandant à ce qu'on me laisse entrer sans payer. Le Salon du livre de jeunesse de Montreuil l'a fait sans problème. Merci le Conseil général de Seine-Saint-Denis !  Reed Expo est une entreprise privée. Il me semble qu'elle perd de vue le but d'un salon consacré à la littérature.
L'an dernier, la journée professionnelle consacrée à la traduction a été annulée parce que les participants devaient payer... pour participer.
Cette année, la journée professionnelle du monde des bibliothèques ne verra pas le jour pour le même problème.
Certains petits éditeurs n'ont pas les moyens de se payer un stand parce que c'est hors de prix.
Même le groupe Hachette a décidé de ne venir qu'une année sur deux.
L'entrée a augmenté de 2€ (10€ l'an dernier contre 12€ cette année) et devient plus chère qu'une place de cinéma. Ca devient rédibitoire comme tarif pour le visiteur lambda !

J'ai adoré Festival America (où je suis allée sans accréditation), je suis très intéressée par Etonnants Voyageurs et Les Boréales.  Je me dis que ces festivals littéraires semblent avoir une âme, contrairement au SDL qui la perd à force de ne penser qu'à engranger de l'argent. C'est du moins l'impression que ça donne. J'adore les rencontres en bibliothèque et en librairie (qui sont gratuites, plus intimistes et qui permettent un dialogue avec l'écrivain, beaucoup plus facilement qu'au SDL.

Personnellement, je n'ai pas l'impression que mon blog a été lu par les "accréditeurs" (on voit le nombre de pages lues par une même personne dans les statistiques de l'interface et même parfois d'où ça vient). Je pense que c'est surtout un coup du sort, un jeu de dés. Je regrette les billets que j'ai consacré au SDL l'an dernier. Je les laisse sur le blog parce que j'avais passé une belle journée grâce au programme que je m'étais concoctée. Je n'aurais fait que arpenter les allées, je supprimerais tout.

Je pense que les blogs littéraires participent à la diffusion de la littérature, même passivement. Les avis sont lus par des lecteurs réguliers ou occasionnels. Je lis entre 40 et 70 livres par an... (quand un Français achète en moyenne 5 livres, d'après une statistique récente).

stat-achat-livre-par-pays1



Voici les provenances des connexions d'aujourd'hui, juste par curiosité...

Paysblog



Voilà, c'était le récit d'une déception et d'une logique qui ressemble à de l'absurdité.
Heureusement, il reste les auteurs et les éditeurs, avec qui je partage de beaux moments toute l'année, sans compter. :)

Voir ce que pense George, une grand habituée du SDL, de tout ça ici


 

Posté par maevedefrance à 18:36 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :


12 mars 2015

Sans prévenir

sansprevenir

 Traduit par Marie Hermet

4e de couverture : "A quinze ans, Francis Wootton est passionné de vieux films, de musique rock et de lectures romantiques. Mais avant tout, il ne se prend pas au sérieux. Sans prévenir, un jour, la vie bascule. On lui diagnostique une leucémie. A l'hôpital où il entre pour son traitement, il rencontre Ambre, son caractère de chien, son humour, sa vulnérabilité."

Après Un voyage à Berlin de Hugo Hamilton qui parle du dernier voyage de Nuala O'Faolain malade d'un cancer, j'ai lu un autre roman sur la maladie pendant mes vacances d'hiver, sans pourtant avoir choisi ce thème expres...
On a beaucoup comparé Sans prévenir à Nos étoiles contraires de John Green. La quatrième de couverture le stipule aussi.  Pour avoir lu John Green, je dirai qu'à part le thème de la maladie pendant l'adolescence, ces deux livres sont assez différents, tant par le ton du livre que par le caractère des deux adolescents malades. Je ne vais pas me livrer à une comparaison parce que ça ne rime à rien, mais j'ai trouvé celui-ci beaucoup plus gai.

Beaucoup de personnages peuplent ce roman. Francis nous décrit sa famille : un frère aîné qui ne s'est pas vraiment remis de la mort de Curt Cobain ; un père qui a quitté le foyer ; une soeur jumelle morte à l'âge de sept ans écrasée par un camion sous les yeux de sa mère... Et pour parfaire le tout, une leucémie qui lui tombe dessus, sans prévenir.
L'hospitalisation. Une chambre avec deux autres ados qui sont très différents de lui, moins matures. L'arrivée d'Ambre qui va bouleverser sa vie d'ado malade et le faire tomber amoureux pour la première fois alors qu'il se bat contre la maladie. Un amour réciproque, perturbé par leur cancer. Mais heureusement, le texte s'attarde pas sur la souffrance, les détails scabreux de la maladie, et si l'auteur décrit par moment les symptômes dus au traitement et les moments de grande fatigue deux adolescents, il s'attache surtout à décrire la vie et c'est ce que j'ai vraiment apprécié. Ca tourbillonne de vie, même. Beaucoup d'humour avec le franc parler de ces gamins qui continuent malgré tout de vivre leur adolescence comme (presque) tous les adolescents. Entre coups de gueule, moqueries et même une grosse bêtise qui les mènera visiter le poste de police. Le personnage d'Ambre est une vraie tête brûlée qui, en plus d'un caractère ombrageux, n'a pas peur de grand chose mais elle a le coeur sur la main. Francis, beaucoup plus discret, se réfugie dans la littérature, les vieux films, le rock. Leur film fétiche sera  Certains l'aiment chaud...

Des gamins attachants issus de milieu social différent. Deux mères hors normes toutes les deux, un peu déjantée chacune à leur manière, qui vont se regarder en chien de faience avant de devenir amies. Deux familles qui finalement seront liées à vie, au-delà de la mort.

Je dois dire que la fin m'a vraiment surprise, interloquée même. Je suis revenue en arrière pour voir si j'avais bien lu. Mais oui...

Un roman qui ne s'achève pas sur la mort - même si on doit en passer par là pendant le récit - mais sur la vie qui continue.
Un livre avec beaucoup d'humour et quelques scènes savoureuses, loin de toute mièvrerie.






 

07 mars 2015

Frangine

 

frangine

 

C'est la rentrée. Joachim rentre en terminale et Pauline en classe de seconde. Ils sont frère et soeur. C'est Joachim nous raconte au quotidien ce qui s'est passé en ce début d'année scolaire dans un lycée tout ce qu'il y a de banal, ni pire ni meilleur qu'un autre. Un lycée de la France d'aujourd'hui. Lui, il est plutôt à l'aise dans ses baskets, bon élève et observateur. Surtout quand il s'agit de sa petite soeur qu'il voit se renfermer, pleurer...  Très secrète, Pauline n'ira pas d'emblée vers lui pour expliquer ce qui lui arrive.

Et quand il le découvrira, Joachim décidera de toute façon de ne pas en parler à ses parents, pour les protéger. Ses parents ce sont Julie et Maline...
Julie travaille dans une jardinerie et Maline est éducatrice dans un centre de rétention fermé pour ados en déroute. Deux femmes ce qu'il y a de plus normal. Et aux yeux de Joachim et Pauline, une famille comme les autres, avec les mêmes problèmes que n'importe quelle famille : des engueulades, des problèmes de boulot, de la fatigue, des rires, des pleurs, des grand-parents, des souvenirs, des albums photos.  Enfin deux ados avec des problèmes d'ados. Joachim en pince pour une fille de son lycée. Mais Pauline se morfond.

Parce que Pauline est harcelée par ses camarades qui ont appris qu'elle avait deux mamans. On la traite de "gouine" (ben oui, si vous avez des parents homos, forcément, vous l'êtes, dans leur tête), on insulte ses parents, on la menace sexuellement, etc. C'est le fait des élèves, mais les adultes qui apprennent la violence psychologique subie par cette gamine ne volent pas non plus forcément à son secours. Heureusement, il y a un prof de sport, à qui Joachim va se confier. Heureusement aussi Pauline est quelqu'un de courageux, qui, malgré son accablement, trouvera le moyen d'affronter ses adversaires à sa façon (bonne partie de rigolade au rendez-vous pour le lecteur !)

Un livre que je n'aurais pas ouvert si je m'en étais tenue à la couverture que je trouve très moche. Mais pour en avoir entendu largement du bien, je l'ai ouvert et je ne l'ai plus lâché, absorbée par le ton percutant de Marion Brunet qui aborde un sujet d'actualité : l'homophobie.

Un roman sur l'intolérance, les préjugés et la bêtise. Cependant, Marion Brunet n'élude pas non plus les problèmes : les deux adolescents se posent inévitablement des questions sur leur père génétique; Julie et Malin ont dû se rendre à l'étranger pour mener à bien leur projet de fonder une famille ; c'est Julie qui a porté les enfant, mais est-ce que Malin se sent moins mère pour autant ? Bref, qu'est-ce qu'un père et qu'es-ce qu'une mère ? C'est quoi une famille ?

L'auteur démontrer aussi, à travers la figure des grands parents dans ce roman, que les familles hétéroparentales ne sont pas forcément parfaites : les grands-parents sont divorcés ou alors ont rejeté leur fille quand elle leur a annoncé qu'elle était "gay" et qu'elle allait quand même fonder une famille.
Elle met en balance avec beaucoup de justesse la question de la "normalité". En fin de compte ce qui fait le plus de mal à ces ados et leurs parents, c'est l'intolérance des autres.

Un roman primé dont j'ai apprécié le ton juste (pas du tout moralisateur), le franc parler , l'écriture dynamique et l'humour qui pointe par moments.

Un autre roman est paru récemment, La gueule du loup : je sais déjà que je vais le lire.

Posté par maevedefrance à 16:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 mars 2015

Un voyage à Berlin

hugohamilton

Traduit par Bruno Boudard

4e de couverture : "Au gré de leurs pérégrinations dans Berlin, Liam et Una se retrouvent. Una est atteinte d'un cancer. Ce sera son dernier voyage. Chacun fait don à l'autre de sa propre histoire et de ses secrets avec pudeur, franchise, humour et tendresse. Una rêve d'assister à une représentation de Dom Carlos de Verdi, dont le personnage principal lui rappelle son frère aujourd'hui disparu. Liam, quant à lui, est obnubilé par le mariage de sa fille auquel, par égoïsme, il s'oppose.
On ne peut, en lisant ce texten ne pas penser à l'infini tendresse qui liait Hugo Hamilton à la grande romancière irlandaise Nuala O'Faolain, qui s'est éteinte en 2008."

Un livre sorti il y a un mois et dont personne ne parle en France : pas un article dans la presse "traditionnelle", pas une interview. Silence total. Ca me choque parce que Hugo Hamilton n'est pas un inconnu, ni ici, ni en Irlande où il est l'un des plus grands auteurs de son pays. Et puis, comme le dit la quatrième de couverture, on ne peut pas ne pas penser à Nuala O'Faolain qui se cache derrière les traits de Una et ce n'est pas une inconnue non plus en Irlande Nuala !!  C'est "juste" une journaliste connue, qui, un jour, a décidé de prendre sa plume pour raconter son enfance, sa vie  personnelle et intime, à la première personne, dans laquelle beaucoup d'Irlandaises se sont reconnues. Si vous n'avez jamais lu On s'est déjà vu quelque part - journal d'une femme de Dublin et J'y suis presque, je ne peux que vous inciter à le faire.

Le narrateur ici, c'est Liam qui accepte d'accompagner Una à Berlin, une ville qu'elle veut absolument découvrir avant de mourir du cancer qui la ronge. Vêtue de Converse rouges et d'une casquette qui la fait ressembler à Steven Spielberg, Una se laisse pousser par Liam, dans son fauteuil roulant à travers Berlin, sous l'oeil professionnel et bienveillant d'un chauffeur, que tous les deux ont décidé de surnommer Manfred. Una ne se sépare jamais d'un sac à main un peu particulier qui se résume à un grand sachet en plastique transparent fermé par une glissière, où elle fourre toutes ses affaires et ses médicaments.

Pourtant ne vous attendez pas à faire une visite touristique de la capitale allemande en compagnie de ce couple détonnant. En effet, nos deux Irlandais n'ont pas vraiment la tête à Berlin mais bien ailleurs. Una précise que ses "poumons sont en Roumanie [sa] tête à New York, [ses] pieds à Berlin et le reste à Dublin". A chaque fois qu'Una fixe son regard sur un monument ou un tableau, le texte rebondit, s'échappe ailleurs, se joue de la géographie et du temps pour permettre aux personnages d'évoquer leurs blessures intimes.
Una est obsédée par son frère mort, persuadée jusqu'à la fin de ses jours qu'il a été tué par son père et sa mère. Elle raconte son enfance difficile, entre une mère alcoolique et un père journaliste violent. Elle raconte comment ils ont fait d'elle, malgré eux, ce qu'elle est : une femme libre (au caractère sacrément bien trempé et jusqueboutiste), une femme qui "voulait voir les femmes gagner la liberté d'être elle-même, sans avoir à porter des bébés si elles ne le désiraient pas, de devenir artistes, écrivains ou musiciennes au lieu de sacrifier leur existence entière à élever des enfants, ainsi que l'avait fait sa mère".
Liam raconte son père très sévère : pas de fish & chips parce que le fish & chips n'est pas fait à la maison mais cuisiné ailleurs, alors hors de question ! Un oncle jésuite qui a "fauté".  Une enfance douloureuse qui faisait qu'il se sentait étranger en Irlande. On devine forcément un trait autobiographique de l'écrivain car Hugo Hamilton est de père irlandais (ultra-nationaliste) et de mère allemande. Ce qui lui a valu bien des déboires en Irlande quand il était enfant (il faut lire Sang mêlé et Le marin de Dublin). Liam est aussi obsédé par Maeve, sa fille, du moins l'a-t-il cru pendant longtemps, parce qu'il dira à Una quelque chose que personne ne sait, mais qui a fait basculer sa vie d'adulte.

Si vous vous attendez à un roman sur la maladie, ce n'en est pas un. Ce n'est pas non plus une histoire de couple. C'est avant tout une histoire d'amitié sincère et fidèle jusqu'à la mort :
"Nous n'étions pas liés l'un à l'autre, ni ne vivions sous le même toit, tels des amoureux, nous n'étions pas mariés ni apparentés d'une quelconque manière, comme avec sa famille. Nous étions bon amis, c'est tout. Nous nous sommes rencontrés à un moment où notre vie était un peu en vrac. Elle était mon aînée en livres, en tout." "Nous nous sommes trouvés des atomes crochus simplement en échangeant, en riant ensemble, je suppose."

Un roman où l'humour est loin d'être absent, superbement écrit, fidèle à l'image que l'on garde de Nuala O'Faolain, qui transpire à travers les traits de Una pour chaque lecteur qui a lu ses livres et ses articles (réunis dans Ce regard en arrière) . Le roman d'une grande lectrice, "qui avait la faculté de lire comme si rien ni personne n'existait au monde, en dehors de son livre", d'une journaliste à l'oeil aguerri sur son époque et finalement d'un grand écrivain.

Un magnifique hommage par le très discret Hugo Hamilton qui écrit ici un roman à la fois très intimiste et très pudique. Un livre dont on savoure Every Single Minute (titre original).



 

 

26 février 2015

Les chiens de Belfast

 

leschiensdebelfast

Traduit par Patrick Raynal

4e de couverture : "En 1978, à Belfast, une femme est violée puis tuée par des inconnus, son cadavre laissé en pâture aux chiens errants. Nul n'a payé pour ce crime horrible. Mais vingt ans plus tard, une mystérieuse blonde sème les cadavres un peu partout en ville... Pour Karl Kane, détective privé qui mène l'enquête sur l'une des victimes, il vaudrait mieux ne pas barrer la route à ce qui a tout l'air d'une vengeance en règle."

C'est avec un an de retard, mais j'ai enfin rencontré le détective privé belfastois Karl Kane !  Un personnage haut en couleurs, et en proie à des crises hémorroïdaires qui lui pourrissent la vie. Heureusement qu'il a Naomie (son assistante mais pas que...) qui finit par lui prendre un rendez-vous chez le toubib. Non mais sans blagues : si on a une carrure de détective privé et qu'on jure toutes les trois secondes sur sa virilité, on n'a pas peur du docteur !

Rappelez-vous que le créateur de Karl Kane fait parler ses personnages "cash". Ames sensibles s'abstenir mais vous raterez encore un bon polar à la sauce Sam Millar.
Karl Kane, tout détective viril qu'il pense être, se voit embarqué un peu malgré lui dans une sordide affaire où les cadavres s'accumulent, jusqu'au cadavre de la personne qui lui a demandé l'enquête (c'est "ballot" !).  En même temps, Karl Kane n'a pas trop le choix des enquêtes qu'il mène car son cabinet de détective est accablé de dettes et les factures à payer s'accumulent. C'est donc presque plus les enquêtes qui le mènent que le contraire !
Au fil des pages, il est question d'une mystérieuse blonde qui hante les pubs de Belfast en buvant du drambuie. Elle semble cacher d'autres cordes à son arc. Et comme si ce n'était pas suffisant, il y a beaucoup de gens dans l'univers belfastois que fréquente Karl Kane qui se dissimulent derrière de faux noms. A commencer par la personne qui lui a demandé d'enquêter (décidément, ce n'était pas un cadeau ce "client"!). Et puis, la police de Belfast est pourrie jusqu'à l'os. Mais le meilleur est pour la fin !

Derrière ce roman très noir, ce héros viril, on devine un personnage au grand coeur, plus fragile qu'on ne le pense. Il découvre une histoire douloureuse, tellement affreuse qu'elle l'atteint au coeur, le laisse au bord de la crise cardiaque :
"Son coeur faisait ça de temps en temps, il trébuchait, battait irrégulièrement. Ca n'arrivait pas souvent, peut-être une ou deux fois par mois, et ça le laissait momentanément la tête un peu vide. Pas cette fois. Cette fois il se sentait dangereusement proche de la mort
Pauvre fille..."

Pourtant l'humour n'est jamais absent dans les romans de Sam Millar. Le lecteur a tout de même droit à quelques moments sacrément drôles, notamment dans les échanges entre Karl et Naomie qui ne manquent pas de piquant quand ils s'agacent mutuellement :
"C'est toi qui bredouilles un galimatias incompréhensible, genre Mary Poppins sous LSD !" .
Heureusement que Naomie est le genre de femme à porter le pantalon. Du coup, ils forment à eux deux une équipe de choc au milieu d'une foule de personnages qui ne leur veulent pas du bien.

Sans doute le roman le plus noir que j'aie lu de Sam Millar, avec Poussière tu seras. Un roman qui montre une corruption à tous les étages à Belfast, jusque chez ceux qui sont censés veiller sur vous. Un roman qui vous passera l'envie d'appeler les flics si vous séjournez dans la ville et que vous avez des problèmes !

Par moments s'il n'était pas rappelé que le roman se passe de nos jours et à Belfast, j'aurais pensé qu'il se passait dans les années 50 aux Etats-Unis. L'histoire se déroulait d'ailleurs dans ma tête en noir et blanc, comme un bon vieux film américain, avec une blonde aux cheveux crantés à l'écran (mais qui boit du Drambuie !)
Par moments aussi, ça m'a fait penser à du Tex Avery aussi !!

Alors je ne sais pas si c'est mon imagination mais ce fut ma lecture des Chiens de Belfast. : un mélange d'humour irlandais et de roman noir américain, de Tex Avery, le tout arrosé de Drambuie. 
Un bon moment de lecture même si ce n'est peut-être pas mon roman préféré de Sam Millar qui reste pour l'instant The Redemption Factory.

Un roman noir façon expresso très serré. A découvrir.

 

 

 

 

 


23 février 2015

Les nuits de Reykjavik

 

lesnuitsdereykjavikjpg

Traduit par Eric Boury

Un anorak vert flotte dans une mare. D'habitude, on trouve plutôt des balles de golf dans les anciennes tourbières de Reykjavik, aujourd'hui terrain de jeu des enfants. Mais c'est une macabre découverte que font ce jour-là trois gamins embarqués sur leur radeau. Pourtant, la police a rapidement classé l'affaire sans suite : celle d'un ivrogne qui s'est noyé. C'est ce qui revient en mémoire à Erlendur, un an après le drame.  Son quotidien nocturne dans les rues de la capitale islandaise, ce sont les tapages, les disputes familiales, les accidents de la circulation, les femmes battues, les drames de l'alcoolisme sous toutes ses formes. Pour la police, tous ces drames sociaux passent avant les clochards retrouvés morts. Quant aux femmes battues, on ne peut pas dire qu'elles reçoivent soutien ou secours. Alors les femmes qui disparaissent...


Autant dire que notre Erlendur va y trouver du grain à moudre ! Il s'embarque dans une enquête officieuse et solitaire, lui qui n'est que simple agent de police, même pas inspecteur, encore moins enquêteur. Personne n'en saura rien, même pas Gardar et Marteinn, ses deux collègues de patrouille nocturne.

Erlendur avant Erlendur, ou presque. J'ai vu une chronique intitulée "Erlendur simple flic".  Oui, en quelque sorte, mais quand même bien plus que ça ! On retrouve notre observateur favori de la société islandaise, celui qui s'attache aux marginaux, à ceux que personne ne considère, même pas la police.   Juste peçus comme des masses alcooliques sans nom. Erlendur lui-même se demande si ce n'est pas "sa passion pour les destins tragiques qui l'[a] conduit à s'engager dans la police". Nous, lecteur qui le connaissons bien savons que oui (ou du moins pensons le connaître bien, parce qu'Arnaldur Indridason lui-même dit qu'il ne sait pas trop qui est ce type-là !), c'est bien ça. Au point de négliger sa vie privée, qui passe bien après.

Erlendur le solitaire qui "préfèr[e] rester à la maison à lire, à 'écouter la radio ou de la musique", Erlendur qui se moque des "discours enflammés de Gardar sur les hamburgers et les pizzas" qu'il considère comme des "élucubrations d'allumés". Erlendur le marginal, finalement, presque double  d'Hannibal, le clochard mort dans la mare tourbeuse. Il va s'interroger sur les motivations qui ont poussé cet homme à rejeter le monde dans lequel il vivait avant. Parce qu'Hannibal n'a pas toujours été solitaire. Il a même une famille. Il a même eu une épouse.

Les personnages que côtoie ici Erlendur sont des gens qui ont eu des accidents sur la route de la vie. Le motif de l'accident hante d'ailleurs ce roman noir. C'est presque obsessionnel. C'est par accident que la boucle d'oreille d'une femme disparue pratiquement au moment de la mort d'Hannibal se retrouve dans le pipeline où il vivait. C'est par accident qu'Erlendur a perdu son frère un jour de tempête dans la région des fjords de l'Est. C'est par accident qu'Hannibal a perdu son épouse. C'est par accident que Gustav fera ce qu'il a fait. Enfin, c'est par accident qu'Erlendur  va être papa et se caser avec Halldora. Un tir de balle de golf raté sur des destinés.

J'ai passé deux jours dans le caison du pipeline où Hannibal avait trouvé refuge, sur les pas d'Erlendur et d'autres sans domicile fixe. La vie est rude en Islande quand vous vivez dehors. Alors quand on a froid et qu'on n'a pas d'argent, on demande à une âme charitable d'aller vous acheter des réserves d'alcool à 70°C à la pharmacie en guise de gnôle. Ou bien des tickets pour faire des tours de bus et avoir l'impression de voyager !

J'ai retrouvé l'humour (noir), un rien sarcastique d'Erlendur au grand coeur mais tellement imparfait. Vous ne pourrez jamais faire du golf avec lui, parce qu'il est totalement persuadé que "ce sport [a] été inventé pour distraire les gentlemen anglais et écossais qui n'avaient rien de mieux à faire de leur temps".

Un excellent moment de lecture  qui plaira à ceux qui se plaignaient de ne plus voir Erlendur dans les tomes précédents. Là, il occupe la scène tourbeuse du crime et pose les germes de sa destinée. 

J'ai juste trouvé le roman trop court (mais il ne l'est pas plus que les autres). On est addict à Arnaldur Indridason où on ne l'est pas ! J'en suis et j'assume, alors vivement la suite !

 

16 février 2015

Jeg er Dansk

 

 

10960200_684974228278772_7984534512139541098_o

For the Sweet Danish Way of Life.
Petit voyage au pays de la Beauté.

098

096

105

120

122

125

140

 

 

059

075

050

153

 



Posté par maevedefrance à 09:18 - Commentaires [8] - Permalien [#]

14 février 2015

Viscères (Wolf)

viscères

Traduit par Jacques Martinache

4e de couverture : "Il y a quinze ans, deux amoureux ont été retrouvés sauvagement éviscérés dans le bois attenant à la maison de campagne des Anchor-Ferrers. Le principal suspect, qui a avoué les crimes, est depuis sous les verrous. Mais aujourd'hui, alors que Oliver, Matilda et leur fille, Lucia, n'ont pas oublié cette découverte macabre, l'histoire se répète, plongeant la famille dans la terreur. En grand peintre de l'angoisse, Mo Hayder nous livre une série de tableaux sanglants, dans lesquels le commissaire Jack Caffery, toujours hanté par la disparition de son jeune frère, est plus vulnérable que jamais."

Ames sensibles, ne partez pas en courant en voyant la couverture et le titre de ce livre que je trouve complètement ratés ! Le roman est bien autre chose qu'une histoire de viscères (d'ailleurs, on se demande pourquoi, finalement c'est un lombric au bout d'un hameçon qui est représenté !). Le titre original du livre est Wolf, qui correspond beaucoup mieux à l'histoire, pour ne pas dire tout à fait. Bref, il y a des choses que je ne comprends pas si ce n'est que, sans doute, un titre bien glauque et bien morbide ça doit faire attirer l'oeil et faire vendre. Si je ne connaissais pas la plume de Mo Hayder, j'aurais passé mon tour quand Babelio m'a proposé ce bouquin. Parce que, franchement : beurk ! (J'en profite pour préciser que le traducteur n'est pour rien dans le titre : c'est l'éditeur qui le choisit)

Je garde un souvenir impérissable de Tokyo, (lu il y a des années), pour son côté documentaire, son suspense haletant et sa noirceur à la japonaise. C'est ici un thriller très différent qu'elle propose, très anglais (et beaucoup plus soft, finalement que Tokyo). Nous sommes dans le Somerset. L'action se passe essentiellement dans une grande maison, telle qu'on les imagine parfaitement dans la campagne anglaise. Il y a quinze ans, un double meurtre horrible, d'un couple retrouvé éviscéré hante le coin. Et la maison. Parce que la fille d'Olivier et Mathilda Anchor-Ferrers, Lucia, a psychiquement et intimement été atteinte par cet assassinat : elle venait de mettre fin à la liaison qui l'attachait au jeune homme retrouvé vidé de ses tripes. L'assassin s'était lui-même livré à la police et avait été jeté en prison. Mais cette famille bourgeoise est toujours habitée par ce crime, Lucia reste psychologiquement fragile. Quand les Anchor-Ferrers se retrouvent de nouveau confronté à un meurtre et ce qui ressemble à des viscères aux abords de leur maison, leur imagination s'enflamme. Deux hommes, a priori des policiers, se présentent à leur domicile pour leur poser des questions.

Ce livre doit se lire avec beaucoup d'attention. Mo Hayder y détaille chaque fait et geste des personnages. Ce n'est pas anodin pour la suite des événements. Elle prend son temps pour planter le décor.
Un thriller, oui, mais dont l'action n'est pas fulgurante. Et pourtant, ça n'empêche pas des renversements de situation, complètement surprenants mais qui se tiennent parfaitement. Les personnages tombent des masques successifs au fur et à mesure et on se demande où cela va s'arrêter. Le seul fiable finalement, c'est le commissaire Jack Caffery, même un zeste ivrogne quand il a le blues. Ici affublé d'une petite chienne, retrouvée avec un morceau de message d'appel au secours caché dans son collier, ils forment un duo de choc pour l'enquête qui va les mener sur la trace de loups (peut-être pas ceux qu'on imagine d'emblée !).

Un roman qui rend un peu paranoïaque une fois la lecture terminée, mais un sacré bon pavé (presque 500 pages), un soupçon gothique, à l'intrigue sacrément emberlificotée ! Un thriller-frisson qui tient ses promesses, sans scènes gore à profusion,  ni tripes à toutes les pages. Je n'ai pas lu les autres volumes des aventures du commissaire Caffery, mais ça ne pose pas de problème (contrairement à des polars à la Arnaldur Indridason).

Je remercie Babelio et les éditions des Presses de la Cité pour l'envoi.



 

Posté par maevedefrance à 11:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 février 2015

Mentine tome 1 : Privée de réseau !

 

mentine,-tome-1---privee-de-reseau---581829

Illustration : Margaux Motin

Mentine Green, douze ans et sept mois, le QI d'Einstein, passe en classe de troisième avec une moyenne de... 9,5. Depuis ses cinq ans, âge auquel un psy s'est aperçu qu'elle savait lire, elle se trimbale l'étiquette :  IEP-  enfant intellectuellement précoce (et hypersensible). "Une grosse tête au coeur d'artichaut". Elle adore faire enrager ses parents en s'obstinant à avoir de mauvaises notes. Pour elle, une manière de s'intégrer dans le monde impitoyable du collège où être trop bon, c'est pas cool.
Seulement, pour ses parents, cette fois-ci la coupe est pleine : 9,5 de moyenne pour une surdouée, c'est juste inadmissible ! Avec une tête de serial killer, son père lui annonce qu'il l'expédie pour l'été dans le Larzac, histoire de lui remettre les idées  en place.
Finie l'hyperconnexion avec les copines et les vacances branchouilles à Biarritz ! Dans le Larzac, pas de réseau, ou si peu. Et voilà Mentine en pension chez Raoul, ex-chef de file pacifiste de la révolte paysanne des années 70-80. Un caractère aussi bien trempé que celui de la gamine. Une alliance qui n'est pas gagnée d'avance et c'est le début des frasques de Mentine qui ne manque pas d'air...

Chacun va camper dans son rôle : Raoul dans celui du dur à cuire - qui avouera plus tard qu'il aurait bien renvoyé sa "livraison" en Colissimo à ses géniteurs ; Mentine dans celui de la gamine chiante à souhait. Un duo explosif au premier abord.

Un recadrage en règle se met en place, qui rabaisse le caquet de la surdouée, qui traîne son étiquette depuis son plus jeune âge, mais qui, finalement, ne cherche qu'à être considérée comme quelqu'un d'ordinaire.  Chose que les adultes ont du mal à comprendre : "Qui à douze ans et demi peut rêver de devenir économiste ?" se demande Mentine avec justesse.
Sa précocité intellectuelle est autant un avantage qu'un handicap, dans la société normée qui est la nôtre. Elle en fait la douloureuse expérience dans son coup de foudre pour Eric, le stagiaire de dix-sept ans qui aide Raoul : "J'avais envie de l'embrasser, ce garçon de dix-sept ans. De me jeter sur lui. Etais-je trop en avance ? Intellectuellement et sentimentalement ? Je n'en sais rien. Et puis, de toute façon, j'en avais marre de ces normes, de ces baromètres qui me classaient sans cesse dans des catégories. Trop. Pas assez. Merde !"

La gamine, toute surdouée qu'elle est, va se passionner pour la vie rurale et se faire de nouveaux amis. Elle revoit ses préjugés, le travail à la ferme lui donne le sentiment d'être utile et ordinaire. La campagne va la faire grandir, parce qu'elle n'a que douze ans. Des vacances aux allures de sauvetage.

Un roman d'apprentissage très récréatif, bourré d'humour, qui questionne la normalité, les préjugés, la manie de vouloir mettre les gens dans des cases. Le comportement de Mentine peut paraître farfelu, peu crédible : un surdoué, dans l'imaginaire collectif,  c'est censé être hyper sérieux, hyper mûr etc. Eh bien non, pas forcément ! Quand on est surdoué, on réussit dans la vie. Eh bien non, pas forcément !
Un portrait de "surdouée" très vraisemblable.

Une lecture sympathique, avec un seul bémol : on devine un peu trop facilement l'issue de cet été dans le Larzac. Mais je me demande ce que réserve le tome suivant.


Merci à Flammarion de m'avoir permis de découvrir cette série.

 

 

Posté par maevedefrance à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

07 février 2015

Respire

respire

4e de couverture : "Charlène est une enfant comme les autres, qui vit sans trop se poser de questions, prend ce qu'on lui donne et ne demande rien. Elle habite un immense appartement à Paris avec ses parents, pas très aimants ni très amoureux.
Charlène souffre : elle est asthmatique, se sent incomprise, mal aimée. Avec l'entrée au collège commencent de longs mois difficiles, de solitude et d'attente. Jusqu'à l'arrivée de Sarah, brillante, magnétique. Une amitié naît, qui pour Charlène est un don inespéré de la vie, un émerveillement. Avant les petites déceptions, les souffrances, la passion puis le désespoir.
Un roman d'une vérité hallucinante écrit par une jeune fille de 17 ans."

Un roman publié pour la première fois il y a 14 ans, en 2001, qui a l'air connu de beaucoup mais dont je n'avais jamais entendu parler. La sortie du film adapté du livre et la réédition en poche, avec cette jolie couverture a fini par me tenter. J'étais plutôt curieuse de voir ce que quelqu'un de seulement 17 ans pouvait écrire. D'autant que tout le monde quasiment porte ce roman aux nues.

Je vais être brève.
Ce roman est exceptionnellement bien écrit, le style est remarquable et fouillé. Pourtant je me suis bien ennuyée. Il n'y a pas de suspense : on sait dès le départ que "Charlie" a tué. On comprend vite, au bout de quelques pages, qu'elle a tué une certaine Sarah. Quand le roman débute, Charlie parle depuis la prison où elle est enfermée. Elle a 19 ans et raconte la ruine de sa vie par son amitié avec cette fille.

Je n'ai eu aucune empathie pour les deux personnages, avec d'un côté la pauvre fille, seule, bêtasse-trop gentille victime et de l'autre la grosse méchante manipulatrice, du genre pervers narcissique, qui se prend pour la star du collège puis du lycée. Deux personnages trop stéréotypés.
Et puis, il ne se passe pas grand chose : Charlène et Sarah deviennent amies. Et puis Sarah se montre arrogante, méprisante, méchante et sadique envers Charlie. On se dit que celle-ci va lui rendre les claques qu'elle se prend. Ben non : elle tend l'autre joue. Une fois, deux fois, et rebelote pendant un peu moins de deux cents pages...  La seule rébellion sera le meurtre à l'aide un oreiller...
Un peu dans l'excès tout ça !

Un roman court et ça tombe bien parce que c'est glauque, violent, pessimiste, impitoyable. A la limite du crédible. L'histoire d'une haine finalement. Il y a mieux pour respirer.

Posté par maevedefrance à 16:12 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,