29 juillet 2015

Carnets de thèse

 

61JQR7b+YeL

Jeanne est prof dans un collège en ZEP. Jusqu'au jour où elle apprend qu'elle est acceptée en thèse de doctorat. Euphorique, elle se met en disponibilité de l'Education nationale et se lance, sans le savoir, dans l'Enfer.

Cela faisait un moment que je lorgnais sur cette BD, j'ai craqué et je l'ai lue !
Les personnages sont caricaturaux à souhait. Jeanne cumule tous les handicaps et tous les déboires imaginables.
Elle n'est pas financée et accepte donc un poste d'enseignant vacataire,

11825659_949854415056753_5634338428808877320_n



dans un domaine dont elle n'est pas spécialiste, pour en rajouter une couche  : il va falloir qu'elle donne des cours de littérature médiévale alors que sa thèse porte que Kafka ! Mais pour en rajouter encore une couche, l'administration de l'université s'aperçoit qu'elle ne peut pas donner des cours comme vacataire, une fois qu'elle les a donnés ! Ironie du sort, la solution pour manger va être d'intégrer ladite administration !
Le timing pour sa thèse va en prendre un coup, parce que donner des cours, évidemment, demande un minimum de préparation.  Mais travailler toute la journée comme secrétaire, c'est encore plus chronophage !

L'Administration de l'enseignement supérieur est vraiment un alien dans cette BD. Elle ne paie pas. Elle fait des erreurs.Les secrétaires sont des loques impitoyables.

DSC00333

11811576_949854655056729_1487669584175755935_n


DSC00331

 

Et puis, il y a les profs...

DSC00336

Et puis encore pas de bol pour Jeanne, son directeur de thèse est un fantôme

DSC00334

Piètre personnage là aussi.

4615086_6_5b45_2015-04-13-49bf533-11716-su3a2m_8b569457603e5d3186318d3375461b69

Et puis au milieu de tout ça, il y a Jeanne qui se débat avec sa thèse proprement dite (son plan, ses fiches de lecture, une rédaction qui est aussi bordélique que sa tête), et qui se fait larguer par son petit ami qui a l'impression de faire un ménage à trois avec Kafka. Sans parler de ce que pense la famille qui ne comprend pas pourquoi Jeanne fait une thèse en littérature : ça va changer quoi au monde, hein ? Par contre, les thésards scientifiques, c'est du caviar !
Sans parler des normaliens à l'ego démesuré, chouchoux des directeurs de recherche, qui font de l'ombre aux autres thésards (mais ne s'en font pas moins exploiter).

J'ai globalement bien aimé cette BD qui m'a fait rire et sourire par son caractère outrancier et caricatural - où perce quand même une certaine vérité, même si ce n'est pas très glorieux. Elle a le mérite de mettre le doigt là où ça fait mal. Mais je n'ai eu aucune bonne  surprise. J'ai donc fini par m'ennuyer un peu.






Posté par maevedefrance à 12:27 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,


18 janvier 2014

James Joyce l'homme de Dublin

51h1ZAvvTxL

Il y a quelques temps, j'ai découvert cette BD consacrée à Joyce sur un blog, une BD dont on n'a pourtant pas beaucoup entendu parler.
Je redoutais un peu la mise en BD d'un écrivain : j'ai lu, il y a longtemps un BD consacrée à l'oeuvre de Proust, (je ne sais plus quel tome d'A la recherche du temps perdu) et c'était tout juste une cata ! S'agissant d'une biographie mise en image, je me disais que ça pouvait être aussi un tantinet casse-gueule aussi ! Eh bien, c'était une erreur car cette BD de plus de 200 pages est un vrai régal !!

Elle est très bien documentée sur la vie du fameux écrivain irlandais, qui en fait, s'il a écrit Dubliners, n'a quasiment pas vécu en Irlande de sa vie. Très jeune, il s'est exilé avec Nora (sa compagne) hors de l'Irlande pour voir du pays. Il a trainé surtout en Italie et en France, mais aussi en Suisse, où il est décédé). Je ne vais rien vous apprendre en vous disant que c'était un sacré bonhomme ! Imbu de lui-même, alcoolique, courant la gueuse, mais malgré tout un homme attachant et drôle à sa façon, un esprit torturé, désespéré de ne pas être reconnu (pétard, il en a vraiment bavé pour se faire publier !), un esprit préoccupé aussi par l'état de sa fille....

J'ai un vrai coup de coeur pour cette BD qui parvient à restituer un Joyce complexe, à la fois agaçant et attachant. On rit beaucoup, parfois jaune, parfois aux éclats. On s'émeut aussi. La fin, à ce propos, est particulièrement réussie.

Quelques images - de très mauvaise qualité parce que j'ai juste un souci d'appareil photo en ce moment...

1511780_10152095759164350_876261484_n

1601046_10152095759714350_2046441408_n

1532114_10152095759509350_393372502_n

1509131_10152110537804350_932729614_n

1012231_10152110537034350_1917436879_n

1535709_10152110536379350_214492802_n

1511191_10152110535604350_93923831_n

1511110_10152110535459350_825099567_n

1005928_10152110535299350_840501709_n

29582_10152095758464350_670501426_n

Les vignettes à la fois simples et détaillées, agréables à lire. J'ai aimé la manière dont sont dessinées les jambes de Joyce se promenant (oui, détail un peu incongru, mais ça rend bien le promeneur qu'il était). Et l'image de Joyce après sa mort, c'est carrément une extra-bonne idée !

Bref, un coup de chapeau à Alfonso Zapico. Le livre se termine par une postface : le texte écrit par Valery Larbaud pour une conférence consacrée à Joyce en 1922, qui restitue le contexte littéraire de l'époque.

Avec ce livre, on apprend beaucoup en se divertissant. Je le classe parmi mes coups de coeur de l'année !

Posté par maevedefrance à 15:45 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,