13 août 2010

Emmeline

51Vm1W0UyqL__SL500_AA300_

4e de couverture : "Nous sommes à Londres, dans les années trente. Emmeline, vingt-cinq ans, est responsable d'une agence de voyages et partage son toit avec la veuve de son frère, Cecilia. Si tontes deux sont. jeunes, jolies et célibataires, leurs caractères sont aux antipodes : l'indépendante et romanesque Cecilia fascine la timide Emmeline. Leur recherche de l'amour va naturellement les conduire sur des chemins opposés. Tandis que Cecilia se lance avec habileté à la conquête d'un héritier, Emmeline, sous l'influence de sa belle-sœur et de sa vipère de tante, tombe dans les filets d'un égoïste quadragénaire... Face au Mal, l'Innocence dispose-t-elle d'un autre recours que la Vengeance ? "

Elizabeth Bowen offre avec Emmeline (titre VO : To the North) écrit en 1932, un roman so british. Un univers feutré mais où tous les coups bas sont permis pour obliger les réfractaires à rester dans les rails. J'ai détesté la tante Lady Waters ("Georgina, pour les intimes), la commère qui ferait bien de s'occuper de ses oignons. Je n'ai pas davantage apprécié Markie,  qui n'a pas vraiment le courage de ses opinions. J'ai trouvé que Cecilia était plus perfide et plus influençable qu'elle n'en avait l'air. Et qu'en fin de compte, la vraie femme forte dans cette histoire c'est bien Emmeline. Une vraie femme en avance sur son temps, à la tête d'une agence de voyage, qui se frotte au monde des affaires et du travail. A côté d'elles, Cecilia et Lady Waters paraissent d'un autre temps, la seule chose qui leur importe, c'est le mariage et surtout le "qu'en dira-t-on" ...

Le récit s'échappe parfois hors du salon pour donner à voir au lecteur un tout petit peu du monde extérieur. J'ai bien aimé l'épisode de la révolte de la secrétaire à l'agence,  qui, débordée de travail et en mal de reconnaissance, n'hésite pas à critiquer ses employeurs et à balancer à Emmeline : "Ce qu'il y a, c'est simplement que je suis humaine (...) si on mourait sur sa chaise ou si on s'évanouissait, simplement il se pourrait bien que vous le remarquiez! " Et les taxis parisiens, à cette époque déjà, avait la réputation de mal conduire, c'est ce que témoigne le voyage d'Emmeline et de Markie dans la capitale... Un cliché qui m'a fait sourire, un petit coup de dent britannique envers les froggies...

Elizabeth Bowen joue à merveille avec ses personnages et les apparences au fil du roman, ce qui invite le lecteur à s'interroger sur leur nature réelle. Le tout dans style fluide et poétique. J'ai regretté la fin tragique de l'histoire mais elle démontre à quel point les femmes étaient encore prisonnières des carcans d'une certaine société, en ce début de XXe siècle...

C'est le premier roman que je lis de cette Irlandaise, après avoir découvert sa mini-autobiographie il y a peu, avec Sept hivers à Dublin. J'ai déjà programmé d'en lire un autre d'elle, Dernier Automne, antérieur à Emmeline, qui évoque la vie des Anglo-irlandais au début des troubles en Irlande dans les années 20. Affaire à suivre donc et écrivaine à redécouvrir, c'est sûr !

Posté par maevedefrance à 00:05 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,


22 mai 2010

Sept hivers à Dublin

51H43FG9RBL__SL500_AA300_

4e de couverture : "Petite fille, je croyais que c'était toujours l'hiver à Dublin et que l'été ne finissait jamais dans le comté de Cork. " Enfant unique de parents anglo-irlandais, Elizabeth Bowen naquit à Dublin en juin 1899. Ce livre qu'elle publia en 1942 raconte ses sept premiers hivers dans cette ville. L'auteur évoque avec une franchise délicieuse sa famille et la vie quotidienne au 15, Herbert Place : la nursery baignée par les reflets du canal, les gouvernantes, les boutiques d'Upper Baggot Street et de Grafton Street, les cours de danse et les jours de fête. Entre 1923 et 1968, Elizabeth Bowen écrivit dix romans et près de quatre-vingt nouvelles. Son œuvre raffinée et originale la range parmi les plus grands écrivains de langue anglaise."

L'Irlande, et Dublin en particulier, vue par une petite Irlandaise d'origine anglo-irlandaise (autrement dit ses parents sont les descendants des Anglais envoyés en Irlande par Cromwell au XVIIe pour "faire la plantation" - envoyer des colons britanniques pour coloniser l'île rebelle). 

Elizabeth Bowen nous fait pénétrer dans son univers feutré, richissime. Une tout autre Irlande de celle dont on a l'habitude : "Ma mère n'était pas originaire du comté de Cork, non plus que de ceux de Tipperary ou de Limerick, comme tant d'autres épouses de la famille Bowen. La demeure ancestrale de sa famille, les Colley, établis en Irlande depuis le règne de la reine Elizabeth, était le château de Carbery, dans le comté de Kildare. (...) A l'époque du mariage de ma mère, les Colley habitaient le domaine de Mount Temple, à Clontarf."

La description aussi d'un univers guindé, où les gens disent des choses davantage parce que, dans leur milieu, il est de bon ton de penser ceci plutôt que cela. Cependant, les parents d'Elizabeth sont un peu particuliers dans cet univers osmosé : "Les familles de mes parents partageaient le même point de vue de propriétaires terriens protestants et les mêmes opinions politiques unionistes. Mon père et ma mère étaient, cependant, deux fortes personnalités qui se distinguaient de tous les autres types familiaux. On sentait, certes, derrière eux le poids de la tradition qui, pour les affaires sans importance, modelait leur façon de penser. Mais sur les sujets qui les tenaient profondément à coeur, ils arrivaient à des conclusions qui leur étaient propres".

C'est donc dans cet univers familial un peu particulier que grandit Elizabeth, entourée de nurses et de gouvernantes,dans la petite maison d'hiver de Dublin où "les tables étaient jonchées de livres" jusqu'à l'âge de ses sept ans où elle part vivre en Angleterre avec sa mère et prend conscience du monde.

J'ai pénétré là dans une Irlande qui m'est totalement étrangère, celle des Anglo-irlandais comme ils se nomment eux-mêmes. Deux peuples totalement différents sur une même île. "Ce ne fut qu'après la fin de ces sept hivers que je compris que nous autres protestants étions minoritaires (...) Mon père et ma mère évoquaient tous deux les catholiques romains avec une courtoise désinvolture qui ne leur accordait même pas la moindre dimension mythique. Leur existence me paraîssait aller de soi, mais je n'en cotoyais guère et ils ne m'intéressaient absolument pas. Ils n'étaient, en somme, que "les autres" dont l'univers existait parallèlement au nôtre, mais sans jamais le toucher".

Elizabeth raconte d'ailleurs que si on lui a parlé des fées, elle ignore tout des fées irlandaises, tout comme elle ignore tout des quartiers de la rive nord de la Liffey à Dublin. "Nul marécage, nulle jungle ne pouvait receler davantage de menaces que les quartiers tacitement interdits de votre propre ville."

De très jolies descriptions de quartiers chics de Dublin qui donne envie de faire plus attention à la prochaine visite de la ville.

Je vais bientôt entâmer la lecture de mon premier roman signé Elizabeth Bowen et je trouvais intéressant de commencer par elle-même. Cette petite (91 pages) mais dense autobiographie  m'a donné un avant-goût intéressant. J'apprécie le recul qu'elle a sur l'univers dans lequel elle a grandi. C'est prometteur pour ma découverte littéraire la concernant :-) !

16 mai 2010

Encore du nouveau dans ma PAL

Bon, un week-end de quatre jours, ça m'a inspiré littérairement parlant car j'ai ENCORE craqué pour :

511SZAD2KVL__SL500_AA300_

(mon chouchou nord-irlandais qui écrit des polars très "poilants").

Une autre Irlandais que je ne connais pas encore :

51luC_HGuTL__SL500_AA300_

Notre amie Elizabeth Bowen (again) : cela faisait un moment que je lorgnais ce livre :

51Vm1W0UyqL__SL500_AA300_

Enfin, un roman indien (une grande première car je pense que je n'ai rien lu de ce pays ou si peu que je ne m'en souviens pas).

51TQK0PTY8L__SL500_AA300_

Et maintenant, va falloir que je me calme :). Pas trop difficile vue le mois chargé qui m'attend.

Posté par maevedefrance à 13:51 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 mai 2010

Nouveau dans ma PAL

Ce sera une découverte pour moi car je n'ai encore jamais lu un de leurs livres et ça faisait un moment que j'en avais envie :

51H43FG9RBL__SL500_AA300_51g_98CKn8L__SL500_AA300_

4100NEA61QL__SL500_AA300_

Par contre, quelques plumes que j'ai déjà fréquentées avec bonheur :

419WC15XE4L__SL500_AA300_51GJ3NJEPYL__SL500_AA300_

Et je termine un excellent thriller (même si je trouve le terme inscrit sur la couverture un peu inaproprié). J'en parle bientôt !

Et je viens d'apprendre que je suis sélectionnée par Babellio dans le cadre de Masse Critique pour lire :

41CqO_q2CCL__SL500_AA300_

Je rêve aussi de lire le dernier Douglas Kennedy (écrit en fait en 1985), écrivain que j'aime beaucoup, mais je fais un effort pour me détourner de cette tentation pour l'instant...

Posté par maevedefrance à 17:42 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , , ,