25 avril 2015

Academy Street

 

academy street

Traduit par Madeleine Nasalik

Tess a sept ans quand sa mère décède de la tuberculose, dans l'Irlande des années 40. Dès cet instant, la petite fille a le sentiment que sa vie sera difficile, comme si le sort en était jeté. C'est d'ailleurs comme une malédiction qu'elle interprète le regard insistant d'une petite fille des gens du voyage à son égard. Tess lui tire la langue (espérant attirer son attention) et plus tard, elle apprend que la gamine est morte. Elle en perdra l'usage de la parole pendant quelques temps.
Dès les premières pages, la vie de Tess semble être sous le signe de la malédiction, de la solitude, du silence et de la mort. Elle s'imagine même que c'est Easterfield, la vieille maison où vit la famille qui "a cet effet-là, tout le monde y devient silencieux". Son instituteur lui apprendra que des gens y sont morts, du temps de la Grande Famine, enterrés dans le domaine après avoir été couverts de chaux pour éviter la propagation de la maladie...

Sa soeur aînée s'envole pour New-York où elle a trouvé du travail par le biais d'une tante. A son tour, sur les traces de sa soeur, Tess s'envole outre Atlantique, laissant sa famille en Irlande. Là-bas, elle devient infirmière, celle qui par son métier même soigne les maux des autres. Elle se fait des amis. Mais se sent toujours seule. On pense, pendant un moment que Tess va rompre sa solitude, avec l'arrivée dans le récit d'un beau jeune homme, originaire de Dublin, avocat. Elle se sent pousser des ailes pour changer sa vie. Mais c'est un fiasco et l'oiseau, après avoir obtenu ce qu'il voulait, disparaît, lui laissant, au passage, un embarrassant souvenir, le genre de souvenir qui fera s'éloigner sa famille restée en Irlande...

Le plus agaçant dans cette histoire, c'est que Tess ne se révolte pas. Elle n'a rien d'une femme exceptionnelle. Si elle n'entre pas dans le "moule" de la femme mariée avec des enfants, stéréotype de l'époque, ce n'est pas  par choix. Elle sera mère célibataire et indépendante davantage parce qu'elle accepte son sort faute d'arriver à faire aboutir désirs personnels, ses voeux les plus chers. Elle a quelque chose qui dépasse un peu l'entendement. Même son fils Théo qui dira : "Ca ne t'est jamais venu à l'idée que ce sont peut-être les autres qui se sentent dépassés par toi ?"  C'est mon sentiment via-à-vis de ce personnage. 

Des années 40 à nos jours, Mary Costello  peint le portrait d'une femme désepérement seule et fataliste. Le traumatisme du décès de sa mère pendant son enfance lui fera porter sa vie comme un fardeau, pendant que la mort s'amoncelle autour d'elle.
Une écriture qui s'attache aux détails avec beaucoup de poésie. Un roman qui accorde une grande importance aux bruits, aux jeux de lumières, au passage des saisons, au temps qui s'écoule inexorablement.
La vie de Tess n'est pas décrite avec pathos, juste donnée à voir.  Mais la fin du roman est  tellement tragique que le lecteur en a les larmes aux yeux. Prit par surprise, il se révolte et se dit que la vie de Tess n'est pas juste.

Voici le premier roman de Mary Costello traduit en français. Une belle découverte qui ne laisse pas de marbre. Pour ma part j'ai trouvé Tess agaçante sans pourtant la trouver antipathique. On se prend même vraiment d'empathie pour ce personnage un peu trop accablé par la vie quand arrive la fin du roman.
Un tour de force littéraire.




 

Posté par maevedefrance à 12:40 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,


31 janvier 2015

Bonnes feuilles irlandaises hiver et printemps 2015

 

Outre l'excellent Dermot Bolger (Le sort en est jeté) que j'ai présenté dernièrement, il y a une quantité incroyable de romans irlandais qui sortent en France en ce moment. A tel point que je commence à me sentir larguée parce que je peine à suivre le rythme (j'ai encore un Dermot Bolger, un Sebastan Barry et un Adrian McKinty non lus pour les publications récentes - je ne parle même pas des autres...). Pourtant je n'ai pas l'impression de chômer !

L'Irlande, peuplée de 5 millions d'habitants nous livre en France, par moins de six romans ces temps-ci :

En ce mois de janvier, le non moins excellent Sam Millar nous revient est Le Cannibale de Crumlin Road

 

millarjpg

"Dans Belfast qu'épuise une vague de chaleur inhabituelle, le privé Karl Kane affronte un homme qui est un loup pour l'homme, ou plutôt pour de très jeunes femmes. Des junkies, des laissées-pour-compte de la société, dont on retrouve les corps atrocement mutilés : foie et reins ont été prélevés. Initiée par la plainte d'une cliente dont la soeur a disparu, l'enquête prend un tour personnel, et spécialement dramatique, lorsque Katie, la propre fille de Kane, prunelle de ses yeux, est enlevée à son tour. Kane aura d'autant plus de mal à épingler l'homme qu'il soupçonne, Bob Hannah, que celui-ci est un membre estimé de l'establishment..."


C'est aussi la sortie en poche des Chiens de Belfast (que je lirai format poche d'ailleurs, parce que je n'ai jamais reçu ce livre gagné sur Babelio lors de sa sortie grand format l'an dernier. D'autant plus étrange que j'ai toujours reçu tous les livres qu'on m'a envoyés... M'enfin...)

cdb

 

Janvier, c'est également le retour de Benjamin Black (alias John Banville) mais pas pour ma série fétiche avec le Dr Quirke. Pour un roman-hommage à Philip Marlowe, La blonde aux yeux noirs

 

black


"Nous sommes au début des années 1950, Philip Marlowe est en petite forme, business et moral en berne, lorsqu'un nouveau client pousse sa porte : une jeune femme, belle, richement vêtue. Clare Cavendish, héritière d'une des familles les plus fortunées de Bay City, Californie, veut engager le détective pour retrouver son amant, officiellement disparu dans un accident de voiture deux mois plus tôt. Marlowe ronchonne mais accepte, évidemment – Clare Cavendish est incroyablement séduisante. Et c'est le début de ses ennuis... Un pari littéraire sous forme d'hommage parfaitement réussi : seul John Banville, alias Benjamin Black, maître du genre et styliste hors pair, pouvait le tenter et le relever avec autant de brio et de naturel."

Cela étant, le dernier volume des aventures du Dr Quirke vient de sortir en poche (jolie couverture) :

mort en été

 

Dans un registre très différent, Eoin Colfer propose le deuxième tome de la série SF WARP (j'avoue que je ne suis pas fan de SF, sans doute la raison pour laquelle je ne me précipie pas sur cet écrivain. Je sais que j'ai tort.)

eoin

"Londres, XXe siècle... La révolution boxiste a eu lieu. Les plus célèbres monuments ont été rasés. Une statue du colonel Box se dresse là où, autrefois, se tenait Big Ben...Chevie Savano, jeune agente du FBI, est soupçonnée d'espionnage. Il lui faut à tout prix réussir à retourner dans le passé et retrouver Riley, l'apprenti magicien, afin d'empêcher le colonel Box de bâtir son empire totalitaire. Mais avec quelles armes peut-on réécrire l'Histoire ?"

Demain nous serons en février. Et le 5 février, Hugo Hamilton revient après plusieurs années d'absence en France avec un récit autobiographique, Un voyage à Berlin, où l'on retrouvera Nuala O'Faolain. Ca va sans dire que celui-ci, je vais me jeter dessus !

hamilton

"Ce livre est inspiré d'un voyage à Berlin que fit Hugo Hamilton avec son amie Nuala O'Faolain (publiée chez Sabine Wespieser). C'est le dernier voyage de la grande romancière, atteinte d'un cancer. Nous accompagnons les deux amis dans leurs pérégrinations qui sont un prétexte à se souvenir, mais aussi à se confier : à vivre pleinement une amitié de haute volée, de haute densité.
Sous des prénoms d'emprunt, Liam et Ûma, ils évoquent leurs familles respectives avec pudeur, franchise, insolence et tendresse. Ûma rêve d'assister à une représentation du Don Carlos de Verdi, dont le personnage principal est pour elle à l'image d'un frère mal aimé et aujourd'hui disparu. Liam, quant à lui, est obnubilé par le mariage de sa fille auquel, par égoïsme, et c'est ce que lui reproche son amie, il s'oppose.
Dans le décor somptueux de l'hôtel Adlon, chacun fait don à l'autre de sa propre enfance et de ses secrets. L'amitié est, elle aussi, une étreinte."

Enfin, en mars, quand le printemps commencera à pointer le bout de son nez, ce sera l'arrivée de deux écrivains irlandais totalement inconnus en France jusque-là :
Mary Costello, avec Academy Street qui sort le 5 mars

constello

"Tess a sept ans lorsque sa mère meurt de la tuberculose. Nous sommes en Irlande dans les années 40, dans le vaste domaine familial d’Easterfield. Avec cette perte, se creuse en l’enfant silencieuse une solitude fondamentale.
Tess a vingt ans lorsque des études d’infirmière la poussent à Dublin ; peu après, sa sœur Claire lui propose de venir tenter comme elle sa chance à New York. La vaste métropole et le tourbillon des années 60 emportent la timide jeune femme vers son destin.
Portrait lumineux d’une vie en marge, Academy Street balaie plus d’un demi-siècle avec l’ardeur et la délicatesse de son inoubliable anti-héroïne. Roman couronné par l’Irish Book of the Year Award 2014"

 Donal Ryan avec Un coeur qui tourne, le 5 mars aussi 

DonalRyan_Bk_2015

"Dans un petit village irlandais frappé par la crise économique, des tensions émergent et se multiplient dangereusement Un meurtre est commis, un enfant kidnappé, et c’est une communauté tout entière qui se retrouve en état de choc.
Bobby Mahon était le contremaître d’une entreprise contrainte de fermer ses portes, et dont le patron s’est enfui avec la caisse. Chacun des autres personnages – une jeune fille inquiète des difficultés financières de ses parents, une mère célibataire, un ouvrier, une prostituée, un père tyrannique, un maçon d’origine russe… – se trouvera lié à lui d’une façon ou d’autre, et tous chercheront à raconter leur propre vérité, dressant un portrait émouvant de l’Irlande rurale d’aujourd’hui et de la condition humaine, de la fragilité des relations et des sentiments.
À la manière d’un roman choral, dont la construction ambitieuse n’est pas sans rappeler le Faulkner de Tandis que j’agonise, Donal Ryan donne ainsi la parole à vingt et un personnages dont il fait se succéder les voix, créant un chœur puissant à travers lequel les perceptions divergentes des protagonistes face à la réalité ne déroulent au final qu’une seule et même histoire.
Né en 1976 à Tipperary en Irlande, Donal Ryan est LA révélation des lettres irlandaises 2013. Son premier roman Le cœur qui tourne, vendu à plus de 150 000 ex. dans son pays, a été élu « Meilleur livre de l’année » en Irlande, finaliste du Man Booker Prize en Angleterre et lauréat du Guardian First Book Award.
"

 

Joli programme, non ? Et je suis totalement persuadée que j'en oublie. Cette liste a d'ailleurs été en partie établie grâce à ma copine Hélène de la page Facebook Lettres d'Irlande. Parce que quatre yeux - voire six - valent mieux que deux, au regard de la phénoménale production littéraire irlandaise !