27 décembre 2013

Imaqa : une aventure au Groeland

 

13629894

4e de couverture : "Martin, instituteur danois de trente-huit ans qui ressent un vide dans son existence, demande sa mutation dans la province la plus septentrionale du Danemark, le Groeland. Il prend ses fonctions dans un hameau de cent cinquante âmes. Nunaqarfik, à plus de cinq cent kilomètres au nord du Cercle polaire. Armé de ses bonnes intentions, encombré de sa mauvaise conscience coloniale et de ses idées préconçues, Martin découvre une communauté solidaire, dont la vie s'organise en fonction de la nature environnante - et pas malgré elle."

Flemming Jensen est un défenseur de la culture inuit et il a mis vingt-cinq ans à écrire ce roman assez rocambolesque et qui dépayse à souhait le lecteur occidental. A l'instar de Martin, on découvre un mode de vie à des années lumière du nôtre (bon, je sais, ce n'est pas un scoop) et dans lequel une maladresse occidentale est vite arrivée.... surtout si l'on arrive avec tout un tas d'idées "bien pensantes" déculpabilisant. Et c'est bien le problème de Martin, au début du moins. A trop vouloir être gentil pour mieux se déculpabiliser, on finit par se faire rouler dans la farine, comme partout ailleurs. Car les Inuits, en plus, adorent faire des blagues, comme pour oublier le rude climat dans lequel ils vivent. Martin finit par s'intégrer dans cette société refermée sur elle-même mais conviviale, où la solidarité est le maître-mot : il s'y fait des amis, rigolent avec eux, (mais aussi se dispute quand le bouchon est poussé un peu trop loin). Il tombe amoureux. Il découvre  "un peuple chez qui survivre était la tâche quotidienne de chacun, alors que pour ses camarades danois, c'était plutôt le genre de choses qui relevaient des services de santé".

Ce roman est bourré d'humour, en particulier au moment où le lecteur découvre une créature bien étrange : le tupilak. Quézako ? C'est quelque chose comme ça :

 

images

Son cri est si caractéristique qu'on ne peut pas se tromper : "toc toc, toc.... uuuuuuuuh!" Comme les Inuits, les tupilaks craignent les "Danois parce qu'eux aussi avaient de très grands pieds" !

Flemming Jensen prend tout au long du roman la défense des Inuits et cela donne des moments de lecture poignants et criants de vérité :

"L'organisation pour la protection de l'environnement Greenpeace, ainsi qu'une blondine française vieillissante avait mobilisé toute une coterie branchée et "tendance" en jouant sur le sentimentalisme totalement déconnecté des faits réels, et, à la suite d'une émission de télévision où l'on avait filmé d'indéniables cruautés commises sur des bébés phoques par un groupe de Norvégiens près de Terre Neuve, avaient appelé du jour au lendemain au boycott des peaux de phoques. (...) Il y avait des manifestations de protestations dans le monde entier et des nations qui elles-mêmes tuaient industriellement des poules, des porcs et des veaux après leur avoir offert une vie de misère, se permettaient de montrer du doigt un petit peuple qui, en accord avec la nature, chassait des animaux dans la mesure où il en avait besoin pour se vêtir et se nourrir."

J'ai aimé ce roman pour son humour, son humanisme, sa description soignée de la culture inuit. Je lui reprocherai juste une chose : les aventures rocambolesques à répétition de Martin finissent par lasser un tout petit peu le lecteur.  Mais néanmoins, c'est un livre à découvrir pour tous ceux qui s'intéressent aux cultures nordiques. Il y existe d'ailleurs, à Copenhague un musée dont une partie est dédiée à ce peuple et que je vous recommande vivement si vous avez l'occasion de vous rendre dans la capitale danoise.

 

 

 

Posté par maevedefrance à 14:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


21 septembre 2013

Miséricorde

51KZ85P2ESL

4e de couverture : "Pourquoi Merete Lyyngaard croupit-elle dans une cage depuis des années ? Pour quelle raison ses bourreaux s'acharnent-ils sur la jeune femme ? Cinq ans auparavant, la soudaine disparition de celle qui incarnait l'avenir politique du Danemark avait fait couler beaucoup d'encre. Mais, faute d'indices, la police avait classé l'affaire. Jusqu'à l'intervention des improbables Carl Mørck et Hafez al-Assad du Département V, un flic sur la touche et son assistant d'origine syrienne. Pour eux, pas de cold case ... Couronné par les prix scandinaves les plus prestigieux, le thriller de Jussi Adler-Olsen, première enquête de l'inspecteur Mørck, est un véritable phénomène d'édition mondial."

Cela faisait un moment que ce livre me faisait de l'oeil à chaque fois que je passais en librairie. La petite vignette du Grand Prix des Lectrices de Elle ne faisait que renforcer mon envie de découvrir Jussi Adler Olsen, d'autant que les autres livres qu'il a publiés ont l'air d'avoir autant de succès que celui-ci, signalé partout comme un best seller. Et en plus Jussi Adler Olsen est... danois !  Voilà beaucoup d'indices de tentation pour un seul et même écrivain ! Et hop, ce livre a embarqué avec moi dans l'avion...

J'ai rapidement été absorbée par ma lecture qui a réussi à me faire oublier l'affreux gamin qui gesticulait à côté de moi pour voir si son père accéderait à son caprice... En effet, ce thriller vous prend aux tripes dès les premières pages. Les personnages sont attachants, surtout les deux compères qui mènent l'enquête, Carl Mørck le Danois et Hafez al-Assad le Syrien (oui, vous avez bien lu !) au passé trouble, maîtrisant encore mal la langue danoise et roi de la gaffe. Son boss, Carl est aussi plein de préjugés donc cela n'aide pas mais donne un couple détonnant, avec un zeste de suspicion :

"Tu t'appelles Hafez al-Assad. C'est ce qui est écrit sur les papiers que les services de l'immigration ont établi à ton nom, en tout cas."
"Ca doit pas être facile de traîner un nom pareil ?" "Le nom d'un dictateur qui a gouverné la Syrie pendant vingt-neuf ans ! Tes parents étaient membres du parti Baas ?"

On apprend que Hafez est un réfugié politique syrien mais que Carl l'ignorait car "le petit homme", comme il l'appelle (ce qui m'a passablement agacée) lui a caché la manière dont il est arrivé au Danemark, car sa vie lui a fait du mal et que c'est sa vie et pas celle de son boss.

Bon mais autant vous dire que c'est à peu près la seule chose que l'on apprend sur le pays de la Petite Sirène et que ce n'est qu'une anecdote secondaire dans ce thriller qui reste d'une facture très classique, et en fin de compte très anglo-saxonne. Je n'y ai pas retrouvé la "patte" nordique que j'ai l'habitude de fréquenter. Mis à part, peut-être que la victime qui est une femme politique, Merete Lyyngaard, qui incarne l'avenir du Danemark. On ne peut évidemment que penser à Borgen et son héroïne Birgitte, pour ceux qui connaissent cette excellente série danoise (postérieure à ce thriller, d'ailleurs).

Mais le comparaison s'arrête là. Ici on ne suit pas la vie publique et privée d'une femme politique, mais tout simplement l'enterrement vive d'une jeune femme qui se retrouve enlevée puis enfermée pendant cinq ans. Personne ne sait ce qui lui est arrivé, encore moins son petit frère handicapé.

Si j'ai aimé le suspense que j'avoue très bon, j'ai beaucoup moins aimé l'aspect un peu "gore" que prend ce thriller par moment. Je n'en vois pas l'intérêt. J'ai trouvé la fin un peu trop (attention SPOILER !)  "happy end" et miraculeuse pour être totalement crédible.

Une lecture divertissante mais sans doute pas inoubliable à mes yeux, j'ai lu nettement mieux avec Je ne porte pas mon nom de Anna Grue et je doute de renouveler l'expérience avec les deux autres romans qui sont la suite à celui-ci.

 

 

 

 

14 septembre 2013

Je ne porte pas mon nom

51t+uKUIdhL

4e de couverture : "Rien de pire que l'ennui, même pour un dépressif notoire comme Dan ! Au repos dans sa villa de Chistianssund, acquise grâce à une brillante carrière dans la pub, le mystère s'invite dans sa vie. Son ami le commissaire Flemming fait appel à lui : une employée de son agence a été tuée et, étrangement, personne ne connaît son nom. Dan enquête..."


J'ai décidé cet été de me plonger dans la littérature danoise, littérature méconnue dans l'Hexagone (mis à part Karen Blixen - et encore, je me demande si tout le monde connaît sa nationalité - et évidemment le célébrissime Hans Christian Andersen -  parce que non, La Petite Sirène n'a pas été inventée par Disney mais fait partie d'une légende.).

Le pays lui-même reste énigmatique aux Français puisque ce n'est pas vraiment le pays de prédilection pour leurs vacances. Et pourtant, ce petit pays plat de 5 millions d'habitants vaut le détour. Heureusement, il y a Borgen, l'excellente série diffusée par Arte en ce moment même qui permet de lever le voile et peut-être aux gens d'aller visiter Copenhague.

Bref, mes lectures m'ont fait découvrir Anna Grue, donc Je ne porte pas mon nom est le premier livre traduit en français. Et quelle belle découverte ! Décidémment ce sont les journalistes qui écrivent les meilleurs polars. Et ici, l'originalité c'est que celui qui mène l'enquête n'est pas un commissaire ou inspecteur de police, mais tout simplement Dan, un publicitaire dépressif, dont un meurtre sur son lieu de travail va redonner goût à la vie. Il faut dire que son meilleur ami est le commissaire Flemming. Mais, comme le constatera le lecteur, on ne peut pas dire qu'il soit très efficace. Dan prend donc la voie dangereuse d'une enquête officieuse qui nous parle du Danemark d'aujourd'hui et de ses problématiques.

Oubliez le pays des Vikings et de la Petite Sirène, ici on n'est pas vraiment dans la légende et le fabuleux mais plutôt dans le trafic et les embrouilles administratives. Evidemment, comme elle écrit un polar, Anna Grue ne présente pas son pays sous le meilleur jour. Rendez-vous ici avec le travail dissimulé, les violences faites aux femmes, le trafic humain, le problème de l'intégration. Certes ce n'est pas une chose propre au Danemark, mais bizarrement, j'ai été un peu surprise qu'il y ait là-bas aussi, dans ce petit pays, autant d'immigrés clandestins, sans papiers (ou avec de fausses identités),  contraints de rester cachés, préférant vivre comme des fantômes de peur d'être expulsés, sachant le châtiment qui les attendent :

"Toutes ces femmes avaient trois points communs : elles étaient étrangères, elles vivaient cachées ici, à Christianssund et elles n'osaient demander aucune aide sociale de peur d'être expulsées du Danemark. (...) Si elles essaient d'aller à la police, on les renvoie au pays au plus tard trois mois après - et dans de nombreux cas, elles sont immédiatement renvoyées au Danemark, ou dans un autre pays, munies de nouveaux papiers".


Le pendant de tout ça, évidemment, c'est qu'il y a des profiteurs. Mais j'ai aimé l'analyse fine d'Anna Grue, la manière dont elle montre comment certains d'entre-eux se présentent en bienfaiteurs, et comment, en fin de compte, la corruption a la vie belle. L'inefficacité de la police est aussi montrée du doigt, parce que les meurtres s'accumulent et l'équipe du commissaire Flemming n'en pédale pas moins dans la semoule !

Bref, pour une première présentation littéraire du Danemark, je n'ai pas choisi un roman qui fait dans la dentelle mais dans le réalisme. Je me suis régalée. Dan le dépressif est en plus un personnage attachant. Et en plus, il n'y a pas qu'un seul coupable. Mais chuuuut, j'en ai vraiment dit trop dans ce billet !

J'ai hâte de découvrir Le baiser de Judas qui paraît au format poche dans les prochains jours.

 

 

 

27 novembre 2012

Le marin américain

41BtmcJnOsL



4e de couverture : "En l'an 1902, un trois-mâts fait naufrage au large de Skagen, à l'extrême nord du Danemark. Le seul survivant, un marin américain, aux cheveux et aux yeux noirs, est hébergé chez un jeune couple.
Le marin disparaît à l'aube, sans laisser de trace. Neuf mois plus tard naît un enfant qui ne ressemble pas aux autres. Tout au long de sa vie, Anthon sera surnommé Tonny, ou l'Américain, et devra supporter les rumeurs persistantes sur ses origines. Mais sa réussite en tant que patron-pêcheur de haute mer lui permettra de surmonter ce qui est un véritable handicap dans cette petite ville du nord, où chacun est blond et sait d'où il vient.

Un siècle plus tard, au cours duquel Skagen est passé d'un gros bourg de pêcheurs aux maisons basses à une ville riche de ses pêcheries industrielles et célèbre par les peintres qui s'y sont installés, un homme roule de nuit le long des dunes, dans le paysage lunaire, balayé par les sables. Il se sent investi d'un obscur devoir de réhabilitation et veut élucider le mystère qui plane sur les origines de son grand-père, ce secret qui pèse sur la famille depuis quatre générations."

Il y a quelques mois je vous avais emené dans le Spitzberg norvégien avec Zona frigida. Je vous propose aujourd'hui une balade dans le Jutland danois, avec ce très joli roman sur la vie des pêcheurs du début du siècle à nos jours, grâce au petit-fils de la narratrice qui mène l'enquête sur sa famille pas tout à fait comme les autres. Pensez- donc, il y a un brun dans la famille, alors que celle-ci est blonde aux yeux clairs etc. Tout de suite, la rumeur se propage. Mais l'essentiel du roman n'est pas là. C'est avant tout l'excellence des pêcheurs danois, bien plus doués, au début du siècle, que les Anglais, grâce à la pêche à la senne. C'est aussi la guerre qui vient chambouler leur vie tranquille. Et puis la dérive de la pêche devenue "industrielle", avec ses excès. Mais aussi la manière dont Ana fait fortune avec l'ouverture d'une conserverie de poissons, une des premières à en avoir l'idée !

On se prend une grande brassée d'air avec ce très joli roman, revigorant et rafraichissant. Les amateurs de grand air seront ravis !

 

Posté par maevedefrance à 19:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 mai 2010

Tête de chien

41RLQoPbBGL__SL500_AA300_

4e de couverture :" Nous, on aimerait vraiment savoir comment il a survécu, pour être franc, on aimerait vachement le savoir. On voudrait savoir comment il s'en est sorti, ce qui explique que moi, le plus jeune, et ma soeur Stinne, l'aînée, nous sommes venus au monde. Mais Grand-Père se referme comme une huître et descend du schnaps. Il refuse de raconter ce que les Allemands lui ont fait. "La peste ou le choléra", dit-il à la place. " Entre Norvège et Danemark, des années trente à nos jours, ce récit cocasse célèbre la famille, pour le meilleur comme pour le pire. De la rencontre d'Askild et de Bjerk naît une ribambelle de personnages tous plus loufoques les uns que les autres. Morten Ramsland réussit à conjuguer bonheurs et malheurs avec une impertinence et une légèreté tout enfantine, sans oublier l'amour."

Tête de chien, c'est le surnom du narrateur (Asger, de son vrai nom) qui raconte l'histoire de sa famille, transbahutée entre la Norvège et le Danemark.

Tout commence par le grand-père Askild, échappé d'un camp de concentration en Allemagne, en échange de la vie d'un autre. Un passé dont ce grand-père, alcoolique notoire et peintre cubiste à ses heures, ne se remettra jamais et engendrera une descendance haute en couleurs. De sa rencontre avec (Grand-mère) Bjork, qui, à l'époque avait pour marque de fabrique d'avoir les gencives qui saignent, naîtra Niels Junior, autrement nommé Feuille de chou (à cause d'une paire d'oreilles digne de Jumbo l'Elphant), tête de turcs des autres gamins jusqu'au jour où son cousin Tête de Pomme lui montre comment décocher des coups de pieds à l'endroit sensible masculin pour se faire respecter et dont la voix - imaginaire - de la Dent Dure lui révèle comment faire fortune au port de Bergen grâce à la chasse aux crabes géants. Feuille de Chou est le frère aîné d'Anne Katrine l'attardée mentale, dite La Merdeuse (qui deviendra une grosse tata au quintal gélatineux, moquée par Tête de chien, son neveu, et sa nièce, Stinne, qui passe leur temps à la traiter de "grosse tomate". Anne Katrine est la grande soeur de Knut, le petit frère qui a mis les voiles pour la mer le jour de ses 14 ans en lui promettant de revenir la chercher pour l'emmener avec lui en voyage en bateau où elle pourra boire des jus de fruits à longeur de journée.

Car fiche le camp est une spécialité des enfants de cette famille : Feuille de chou disparaît dans la forêt ensorcelée du Nordland, habitée par des personnages et animaux fantastiques. Il y entre adolescent boutonneux pour en ressortir une semaine plus tard, homme, ayant rencontré 2 jeunes filles féériques, une blonde et une brune ! Seulement voilà, il aurait mangé des champignons hallucinogènes...

Le cousin Tête de Pomme a pris le large à bord d'un bateau pour fuir ses responsabilités vis-à-vis d'une jeune fille. Mais c'est pour mieux revenir, transformé en héros des temps modernes, en mec, en vrai, tatoué et tout (je ne vous dirai pas où!) aux yeux de Knut qui suivra son exemple.

Tête de chien à son tour, fuit à Amsterdam pour ses études de peinture.

Des personnages qui passent leur temps à fuir une réalité économique et familiale un peu difficile : Askild se fait virer chez tous les employeurs à cause de son alcoolisme, les affaires de Tête de chou adulte péréclitent, les grand-parents sont trop envahissants. Etre ailleurs pour être "comme des coqs en pâte", selon l'expression d'Askild. Voici donc un petit aperçu de cette famille pas tout à fait comme les autres.

Un roman dense, très drôle et bourré de tendresse, parfois triste aussi. Un saga familiale danoise que je lâche difficilement. J'espère qu'un jour Morten Ramsland écrira la suite car franchement, c'est génial. Une narration vive et franche où un chat s'appelle un chat, sans fioriture, mais d'où la poésie n'est cependant pas absente.

Une belle découverte avec cet écrivain danois dont j'ignorais jusqu'à l'existence il y a peu.

Je remercie les Editions Gallimard et Babelio pour l'envoi du livre, dans le cadre de la 8e édition de la Masse Critique.

Posté par maevedefrance à 20:58 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,