07 août 2014

La princesse des glaces

index

Erica est écrivain. Un jour, de retour dans son village natal, elle apprend la mort d'Alex, la fille qui l'avait tant impressionnée quand elle était gamine. Elle avait été sa meilleure amie avant qu'Alex rompe tout contact sans explications. Alex a été retrouvée dans sa baignoire, les veines tranchées. Pourtant, personne ne croit au suicide. L'inspecteur Patrick Hedström est chargé de l'enquête. Quelle n'est pas sa surprise de tomber sur Erica au cours de son enquête : c'est la fille dont il était amoureux quand il était ado ! Une dimension qui va s'ajouter aux écheveaux de l'énigme à démêler, et pas qu'un peu !

Les deux personnages sont au point mort dans leur vie sentimentale : Patrick est tout juste divorcé et sans enfant ; Erica vit quasiment recluse chez elle, soumise aux contraintes éditoriales de son prochain roman. Ses parents sont décédés et elle est en discorde avec sa soeur Anna concernant le devenir de la maison familiale. Paradoxalement, le meurtre d'Alex va redonner un sens à la vie de Patrick et d'Erica, tous deux lancés dans une enquête sur le voisinage mais aussi sur eux mêmes.

Cela fait des années que j'entends parler de Camilla Läckberg et de ce polar en particulier. Mais, comme Millenium, je n'arrivais pas à m'y "coller", parce que sans doute on en parlait trop. J'en attendais donc beaucoup, compte tenu des éloges entendues. J'ai bien apprécié le début, avec l'univers de l'écrivain en proie au doute de soi et des contraintes liées à la publication éditoriale :
"Personnellement, elle devait chaque fois faire un énorme effort pour s'installer devant son ordinateur. Pas par paresse, mais à cause d'une terreur profondément ancrée d'avoir perdu sa capacité depuis la dernière fois qu'elle avait écrit."
"Le retard qu'elle avait pris avec son livre la stressait énormément (...) et elle se dit qu'elle allait soulager un peu sa conscience et écrire un moment."
Erica est un personnage très attachant car l'image de l'écrivain est ici complètement démythifiée : c'est une personne comme une autre, même quelqu'un qui doute beaucoup de ses capacités - sauf en matière de cuisine ! De plus, c'est une gaffeuse. Elle empiète allégrement sur les plates-bandes de Patrick et le lui dit sans vraiment prendre conscience des conséquences de ses actes pour l'enquête.
Patrick est un gros nounours amoureux, qui n'arrête pas de se tortiller comme un ver de terre à la moindre émotion. Il n'arrête pas de se faire asticoter par sa collègue à cause de sa relation avec Erica. Les deux tourtereaux tombent en effet rapidement dans les bras l'un de l'autre (enfin, plutôt dans le lit!). Bon, c'était sympa, c'était amusant, mais à force de tirer trop sur la corde sentimentale, Camilla Läckberg en fait une caricature de couple "guimauve" à la limite de la crédibilité. Ce fut ma première déception ! Dommage parce que l'idée du couple écrivain-flic était plutôt amusante !

Concernant l'intrigue à proprement parler, elle est très emberlificotée et il faut aller jusqu'au bout du bout du livre pour avoir une résolution qui finalement laisse un peu perplexe. L'intrigue n'est pas un prétexte à la description de la société suédoise etc. (comme chez l'Islandais Indridasson ou chez Mons Kallentoft, pour citer un autre Suédois) : elle est bien au coeur de la narration et nous fait croiser foule de personnages. Camilla Läckberg revient sur le passé des personnages pour révéler des secrets de famille bien salaces et des ego surdimensionnés. Si l'intrigue m'a tenue en haleine, en fin de compte, je l'ai trouvée peu fouillée. C'est un lavage de linge de famille peu reluisant, mais pas vraiment davantage. Ce fut ma deuxième déception. Rien d'innovant là-dedans.

L'histoire se lit facilement par son style alerte et moderne. Mon oeil a néanmoins heurté une drôle de phrase : "Patrick se tortillait comme un ver de terre sur sa chaise". Je ne sais pas si c'est moi, mais ça prête à confusion... C'est une broutille parce que le texte est bien traduit (= on oublie que le texte qu'on a sous les yeux n'est pas le texte original), mais ça m'a fait sourire !

Bref, une lecture bien partie au début mais qui finalement m'a un peu déçue. J'attendais beaucoup plus d'originalité et d'innovation, depuis le temps que j'entendais parler de ce livre. C'est dommage parce que l'idée de l'héroïne écrivain est vraiment sympa. Je ne me suis pas franchement ennuyée mais j'ai fini par me lasser un peu tout de même. A côté, Mons Kallentoft est beaucoup plus distrayant (et Arnaldur Indridason aussi, pour citer un écrivain islandais).







 

 

 

 

 


13 juillet 2014

Les anges aquatiques

51tjgj4P3JL

 

A la fin de La Cinquième Saison, je me posais la question de savoir s'il y aurait une suite aux aventures de l'inspectrice Malin Fors. Alors, qu'elle ne fut pas ma joie quand, aux hasards des pérégrinations Internet, je suis tombée sur ce sixième volume, paru il y a peu. Un bon gros pavé de presque
500 pages, qui prend bien de la place sur les étagères...

Le problème récurrent avec une publication tous les un an et demi, c'est qu'on ne sait plus exactement où on a laissé les personnages. Et avec Malin, "l'enquêtrice le plus brillante de toute la police de Linköping [qui] possède un don rare de foutre en l'air sa vie privée et s'attirer des ennuis", il y a presque de quoi être inquiet : aurait-elle fait des siennes même entre deux volumes ? Bon, heureusement, pour les mémoires de linotte, la situation personnelle des personnages est brièvement récapitulé dans chaque volume. Ce qui n'empêche pas qu'il faut absolument lire les livres dans l'ordre parce que, justement, la vie des personnages occupent une dimension primordiale chez Mons Kallentoft. Elle influe sur la manière dont ils mènent une enquête dans l'équipe de police, sur la manière dont ils ressentent les choses, surtout pour Malin, femme ultra-sensible, dotée d'une sorte de sixième sens.

Patrick et Cecilia Andergren sont retrouvés sauvagement assassinés dans le jacuzzi de leur luxueuse villa du quartier de Hjulsbro à Linköping. Leur fille, Ella, cinq ans, reste introuvable. En fouillant la maison, l'équipe de Malin découvre le portrait de la gamine : type asiatique. En creusant davantage, Malin apprend qu'Ella est a été adoptée et qu'elle est d'origine vietnamienne.... tout comme Tess, la fille de Karin, de la police scientifique. Et hop, cette affaire d'enfants adoptées va embarquer Malin dans une nouvelle enquête qui la tient à coeur, d'autant que blessée lors de la précédente aventure, elle ne pourra plus avoir d'enfants. Ce qui n'est pas franchement du goût de Peter, son dernier compagnon. Alors pour faire face à l'horreur, à l'inadmissible et aux blessures personnelles, la tequila est aussi de retour dans la vie de Malin.

Autant vous dire qu'il ne se passe finalement pas grand chose dans ce polar dimension roman noir, ou plutôt que si vous cherchez un thriller, passer votre chemin. L'enquête prend son temps, piétine à souhait et pourtant, on ne lâche pas ce bon gros pavé très bien documenté sur la société suédoise contemporaine (pas étonnant, Mons Kallentoft est aussi journaliste !). La disparition de la gamine adoptée est l'occasion d'évoquer le scandale du trafic d'enfants entre le Viêtnam et la Suède, jusqu'à ce que le pot aux roses soit découvert : celui des enfants volés à leur famille, un enfant contre un cochon... La Suède a rompu ses accords en matière d'adoption avec le Vietnam, mais pas le Danemark. L'occasion pour Malin de décharger sa haine des Danois, un pays de  racistes par excellence selon elle, puisqu'il a fermé ses frontières. Pour elle, Copenhague est "une ville de brique et d'immondices. De gaz d'échappement, de fumée de cigarette et de couenne de porc". Et si Mons Kallentoft évoque par la voix de son héroïne, de manière récurrente, le cochon, le porc, ce n'est pas un hasard.

Malin est toujours aussi peu lisse (et donc d'autant plus crédible), mais les autres aussi, notamment Karin, que l'on découvre sous un autre jour. Personnage pétri de contradictions, et jusqu'à beaucoup de violence dans ce volume, on se dit que parfois elle exagère vraiment trop, qu'il faut qu'elle se calme sérieusement. A tel point qu'on se demande si ce ne sera pas là, vraiment, sa dernière enquête - mais il y a des scènes pas piquées des hannetons, qui valent le détour !

J'allais oublier que les morts parlent toujours mais on se demande pourquoi parce qu'ils ne donnent pas vraiment d'indices supplémentaires au lecteur, contrairement aux autres volumes, où la touche fantastique était franchement assumée et apportait une touche d'originalité. L'auteur devrait laisser tomber l'idée des morts qui parlent si ce n'est pas rien en faire, parce que l'idée qu'il y a derrière agace un peu. 

Reste une bonne analyse du désespoir humain jusqu'à l'aveuglement. De l'agence d'adoption à l'agence du crime organisé au nom du fric.

Un volume plus réussi que La Cinquième Saison : je me suis régalée malgré mes quelques réserves.


 NB : Pour info, un bug empêche depuis plusieurs jours de laisser des commentaires sur les blogs de la plate-forme...
Et je dirai même que là mon billet a carrément disparu : ça devient vraiment pénible !!

 

 

 

27 avril 2013

La 5e saison

51MJPrepvOL

4e de couverture : "Le printemps vient de commencer à Linköping. La célèbre inspecteur Malin Fors vit avec Peter, ne boit plus et envisage de faire un enfant. Mais ce calme est de courte durée. Très vite, les saisons se détraquent et la petite ville suédoise perd toute sérénité. Une femme atrocement mutilée est retrouvée au coeur de la forêt. Ses blessures rappellent l'affaire "Murvall". Maria Murvall, murée dans le silence depuis qu'elle a été agressée avec une rare sauvagerie. Malin n'avait jamais pu l'oublier et s'était jurée de découvrir un jour quel monstre l'avait plongée dans cet état. Les cadavres se succèdent. Malin doit faire vite. Maria est-elle une pièce de cet horrible puzzle ? Qu'est-ce qui relie la mort de ces femmes ? Et surtout, quel être humain est capable d'une telle brutalité ?"

J'attendais avec une grande impatience la sortie du 5e volume des aventures de Malin Force, l'inspectrice suédoise tellement imparfaite (apparemment celui qui a écrit la 4e de couv ne connaît pas le féminin du mot inspecteur, soit dit en passant, ce qui est bien dommage car les romans de Mons Kallentoft sont des romans féministes !).

Eh bien j'ai été déçue ! Je dirai que je me suis même plutôt ennuyée, ce qui est un comble au regard du talent de cet écrivain suédois, qui a vraiment su créer un univers littéraire original, avec un zeste de fantastique. Certes Malin est toujours aussi attachante et toujours aussi indécise sur la voie à suivre concernant sa vie personnelle, mais l'intrigue s'enlise. Pendant 400 pages, on a l'impression de redites. Et finalement, la fin s'avère assez banale. Une petite visite dans une cité suédoise s'avère néanmoins intéressante. Karim, le boss de Malin, d'origine étrangère, envisage même de "terminer l'écriture de son livre sur la question de l'immigration en Suède". Mais bon, cela ne va pas plus loin. Un peu de mafia russe, quelques hommes publics corrompus et le tour est joué. Cependant, Mons semble ici dénoncer la violence faite aux femmes à travers les crimes atroces sur lsequels il revient, à travers l'affaire Maria Murvall (on ne peut comprendre qu'en ayant lu Ete). Mais en même temps, à la lecture, il y a comme une pièce manquante.

Le seul vrai frisson ressenti concerne le devenir de Malin à la fin de ce volume.... Je me suis vraiment demandé si l'écrivain allait réserver le même sort à son héroïne que Henning Mankell à son inspecteur.

Malgré ma déception, sans doute me jetterai-je encore sur la suite des aventures de Malin, si Mons Kallentoft est décidé à les écrire. Et je vous encourage toujours à lire les précédents volumes qui sont un vrai régal !

Posté par maevedefrance à 11:22 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

02 mars 2013

Eva Moreno

51E2+RDFUaL

 

4e de couverture : " Mikaela disparaît après avoir rencontré son père pour la première fois... dans un hôpital psychiatrique. Cet homme chétif a-t-il vraiment tué une lycéenne il y a 16 ans ? En vacances dans une petite ville suédoise, l'inspectrice Eva Moreno recherche Mikaela, croisée en pleurs le jour de sa disparition. Difficile de lézarder quand le père s'évapore à son tour et qu'un cadavre est retrouvé sous le sable !"

Sur la couverture de cette édition, on peut lire que l'auteur, Hakan Nesser, "occuppe le premier rang des auteurs suédois", (d'après The Sunday Times). Je dois dire que ce roman, par la mise en scène d'une inspectrice suédoise qui se démêne à la fois sur une enquête et sur sa vie privée et la mise en scène météorologique, m'a tout de suite fait penser à mon auteur suédois chouchou, Mons Kallentoft. Comme dans Eté, la Suède est ici en proie à une vague de canicule ! 

Mais la comparaison avec Mons s'arrête ici. Ce polar est d'une facture toute classique et sans grande surprise. L'héroïne et l'intrigue sont bien moins creusées que chez Kallentoft et il n'y a pas d'originalité d'écriture (rappelons que chez Kallentoft, les morts parlent au lecteur). Ca se lit facilement mais avoir enchaîné cette lecture après le sublime Etranges Rivages d'Arnaldur Indridason me l'a fait paraître bien fade. Et j'ai été un zeste agacée par une traduction qui nomme l'héroïne systématiquement par son prénom + son nom. En français, ça sonne faux. Reste un peu d'humour qui ne rend pas ce polar désagréable. Mais voilà, ce ne sera pas une lecture inoubliable et l'on n'apprend pas grand chose sur la Suède. Hakan Nesser n'occupera pas donc pas pour moi le premier rang des auteurs suédois. Par contre, j'attends avec impatience la sortie de La Cinquième saison de Kallentoft, prévue en avril prochain. Et toc !

25 août 2012

Tea Bag

41f9DRmFYzL

4e de couverture : "Dans un camp de transit de la côte espagnole, les migrants attendent patiemment d'entrer en Europe. Tea-Bag, la jeune Africaine, tente d'oublier les cris de ceux qui ont péri dans le naufrage qui les a menés sur cette plage. Lorsqu'un journaliste lui offre, contre son témoignage, un voyage en Suède, l'espoir renaît. Parviendra t-elle à infléchir le cours de son destin ?"

 

Pour une fois la 4e de couverture ne révèle rien de l'histoire et de sa teneur. Juste un aperçu du sujet. D'ailleurs, en la lisant j'avais un peu peur d'un roman un peu convenu et dont l'issue était un peu trop attendue... Mais je savais pouvoir faire confiance à Henning Mankell. Je n'ai pas été du tout déçue !!

En effet, le journaliste dont parle l'éditeur ici ne fait pas du tout partie de la narration, juste une apparition de quelques lignes au début du roman. Ensuite, on passe tout de suite à autre chose, avec l'irruption de Jesper Humlin, poète raté, trop bronzé pour ne pas paraître superficiel. Son éditeur décide qu'il doit écrire un polar. Mais cet être qui semble à la fois vile, mou et hypocrite n'a pas la franchise de vraiment dire ce qu'il pense à l'intéressé, de peur de ruiner totalement sa carrière, déjà pas brillante... Mais voilà qu'il rencontre un ami de longue date, entraîneur dans un club de boxe dans une banlieue suédoise. A partir de ce moment-là Jesper Humlin pénètre dans un monde qui lui était inconnu, une autre face de la Suède dont il ne soupçonnait même pas l'existence : celle des immigrés clandestins et leur histoire. D'ailleurs, dans son univers feutré Jesper Humlin ne s'imaginait même pas qu'il puisse y avoir des immigrés en Suède ! La rencontre va s'avérer percutante, au propre comme au figuré !!

Parce que les gens dont il  va faire la connaissance sont complexes, souvent insasissables : Leïla l'Irannienne, Tea Bag la Nigérianne et Tania de l'ex-Union soviétique ont toutes une histoire douloureuse. La confiance en l'autre, elles ne l'ont plu. Alors souvent elles "mordent". Et elles vont se jouer de notre pauvre Jesper Humlin... La fin de l'histoire est inattendue et déjoue les clichés et le roman aussi, évidemment !

J'ai aimé ces quatre personnages attachants (parce que oui, même Jesper Humlin qui paraît au début un être détestable, finit par devenir sympathique par sa maladresse et sa naïveté). Tea Bag, la Nigérianne est la plus attendrissante avec son joli sourire - dont elle sait jouer - mais qui est l'arme du désespoir. Tania est la plus difficile du lot par sa violence (elle est franchement pénible !). Leïla ne comprend pas son père qui a fui l'Iran pour trouver la liberté  mais dont il la prive en surveillant tous ses faits et gestes : jamais elle ne peut se déplacer seule, il faut toujours que ses frères la suivent.

Jesper Humlin, à l'instar de l'écrivain Henning Mankell, laisse la parole aux clandestines pour qu'elles racontent chacun leur histoire. Ingénieux procédé de mise en abyme ! Notre poète a l'intention d'écrire un livre sur leurs vies pour faire connaître la vérité au monde. Vous saurez vous-même en lisant ce fabuleux roman que l'on dévore littéralement, s'il y parviendra ou pas. Mais une chose est sûre : Henning Mankell a réussi sa mission ! Un livre qui ne s'oublie pas !

Décidément, je n'ai pas fini d'aimer les Nordiques - je me répète, mais ils sont géniaux !





 

 

 

 

Posté par maevedefrance à 16:21 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,


30 avril 2011

Les chaussures italiennes

51jxN8OjZtL__SL500_AA300_

4e de couverture : "Fredrik Welin vit reclus sur une île de la Baltique. A soixante-six ans, sans femme ni amis, il a pour seule activité une baignade quotidienne dans un trou de glace. L'intrusion d'Harriet, l'amour de jeunesse abandonnée quarante ans plus tôt, brise sa routine. Mourante, elle exige qu'il tienne une promesse : lui montrer un lac forestier. Fredrik ne le sait pas encore, mais sa vie vient de recommencer. "

Voici un roman pour le moins étrange : une atmosphère tout ce qu'il y a de dépressif mais pourtant Henning Mankell parvient à la rendre agréable et poétique. On peut être inquiet au début, lorsqu'on s'embarque en lecture pour rencontrer Fredrik Welin qui vit reclus depuis 12 ans sur une île suédoise, avec pour seules compagnes sa chatte, sa chienne et une fourmillère géante qui a pris possession de son salon... Même le facteur, hypocondriaque passe pour passer mais sans jamais apporter de courrier. Mais très rapidement un autre personnage fait son apparition : Harriett, l'amour abandonnée 40 ans auparavant, traînant avec elle un cancer incurable.

A vrai dire, peut-être vaut-il mieux ne pas être dans le même état dépressif que Fredrik pour lire ce roman... Pourtant notre héros va peu à peu revenir au pays des vivants, grâce à des personnages tous plus déjantés les uns que les autres, tous atteints d'une folie douce ! Je ne peux pas en dévoiler davantage.

Ce roman est une réflexion sur la vie et sur sa pendante, la mort. Mais aussi sur la conséquence de nos actes dans nos destinées individuelles. Une écriture sublime et pourtant tout à fait simple. Un héros (ou plutôt anti-héros) particulièrement attachant. Et j'ai adoré le grand air iodé de cette île suédoise, avec ses tempêtes, ses saisons et ses oiseaux marins magistralement restitués.

Ce livre m'a réconciliée avec Henning Mankell que j'ai découvert il y a une dizaine d'années avec La cinquième femme et Le guerrier solitaire mais que j'ai ensuite abandonné rapidement car je reprochais à ses polars beaucoup de "bla-bla" et peu d'action (je n'aurais peut-être plus le même jugement aujourd'hui, faudrait que je les relise!). Une invitation à découvrir les livres qu'il a écrit depuis.

 

03 décembre 2010

Le cri de l'engoulevent

41AsofxZpGL__SL500_AA300_

4e de couverture : "Qui a vu l'engoulevent voit sa mort ", dit un proverbe tant suédois qu'iranien à propos d'un oiseau connu aussi pour annoncer le printemps. La ville tranquille d'Uppsala est le théâtre d'une série d'actes de vandalisme. Les vitrines de la rue commerçante volent en éclats et un jeune homme est retrouvé assassiné. Des groupes néo-nazis aux populations immigrées, tout le monde est suspecté, jusque dans les rangs de la police. À peine revenue de congé parental, la commissaire Ann Lindell partirait bien en vacances : elle peine à calmer les ardeurs de son collègue Ola, et on vient de l'inviter en voyage en Thaïlande. Qui ? Le bel Edvard. Son amant perdu, le seul homme avec lequel elle aurait bien voulu vieillir."

Que dire si ce n'est qu'une fois de plus, les Nordiques excellent dans le genre du polar "social". Après Mons Kallentoft, voici que je découvre Kjell Eriksson et je dois dire que j'ai a-do-ré !

L'écrivain allie avec brio le suspens à l'étude minutieuse de la société suédoise contemporaine. On croise dans ce roman un adolescent iranien et sa famille (qui se réume à une mère et à un attachant grand-père), des coeurs brisés, une commissaire toujours amoureuse d'un ex qu'elle croyait oublié, des immigrés, une police suédoise qui déraille, un assassin, des neo-nazis prêts à en découdre, des paysans suédois et le fameux engoulevent, cet oiseau si particulier, qui fait, dans le récit, le "lien" entre la Suède et l'Iran. Bref, un mélange détonant, un roman foisonnant, une étude au scalpel et une solution à l'énigme tout à fait suprenante ! Je ne peux pas en dire plus mais j'ai dévoré ce pavé de 381 pages sans m'ennuyer un seul instant.

Un coup de coeur pour mon jury, tout en sachant que l'autre roman policier proposé, dans un genre tout à fait différent, l'est également ! Dilemne cornélien ou ex-aequo, telle est la question...

Encore une série policière à suivre (d'autres livres du même auteur sont déjà parus en poche, avec le même personnage principal, la commissaire Ann Lindell.

Décidément, il y a de quoi être débordée avec les Nordiques : entre Arnaldur Indridason - qui devrait publier un nouveau roman en février 2011 -, Mons Kallentoft - nouveau roman en mars 2011 - et Kjell Eriksson, je ne sais plus où donner de la tête! Trop dure la vie :).

Du coup, j'en ai oublié l'anniversaire de mon blog le 28 novembre : un an déjà et quelle belle aventure !
Merci à toutes (et tous, pour les rares de l'espèce masculine à mettre les pieds ici) pour vos avis, lectures et commentaires. Ma PAL a explosé, s'y ajoute l'expérience tout à fait géniale du Grand Prix Littéraire des Lectrices de ELLE et quelques partenariats forts sympathiques. Je dois dire que je n'en attendait pas tant en me lançant dans la blogosphère littéraire et que je suis la première surprise ! Je manque juste de temps pour m'investir encore davantage, mais c'est déjà pas mal...

Lu dans le cadre du

54020855_p

17 juillet 2010

Hiver

41d4n5t5CuL__SL500_AA300_

4e de couverture : "Mardi 31 janvier, 7 h 22. Il fait encore nuit à Ostergotland. Cet hiver est l'un des plus froids que l'on ait connus en Suède. Ce matin-là, Malin Fors et ses collègues de la criminelle découvrent un cadavre, nu et gelé, pendu à une branche d'arbre. Mais comment diable cet homme a-t-il atterri ici ? Meurtre ? Suicide ? Et d'où viennent ces étranges blessures qui recouvrent son corps ? D'indice en indice, de nouveaux personnages apparaissent : les trois frères d'une certaine Maria, suspectés de viol ; Joakim et Markus, deux adolescents pas très nets ; Valkyria et Rickard Skoglôf, deux marginaux adeptes de cultes vikings. Les policiers sont perplexes. Pour la première fois en France, le public est invité à faire la connaissance de la célèbre Malin Fors, qui compte déjà des millions de fans en Scandinavie."

Que dire de plus si ce n'est que ce livre est tout simplement génial !
Le secret est bien gardé, jusqu'au bout. Et c'est du solide. Jusqu'au bout le lecteur, comme la commissaire Mal Fors et son acolyte Zakarias Martinsson (dit "Zeke") doutent devant les différentes pistes qui s'offrent à eux : le meurtre de "Bengt le Ballon" est-il l'oeuvre de petites graines de racailles en puissance ne supportant pas les personnes obèses ? Mais voilà également que le meurtre ressemble absolument à un rite du solciste d'hiver des adeptes des Ases, dieux ancestraux vikings. Et la famille Murvall, marginale "brut de décoffrage" est-elle simplement coupable de port d'armes illégal et de braconnage ? Tout se tient et tout est possible.

Comme dans Eté (le volume suivant que j'ai déjà lu), Mons Kallentoft démonte les ficelles d'un meurtre certes, mais aussi sur les événements d'une vie qui font que l'on peut devenir complètement fou, jusqu'à devenir un meurtrier.
Ici l'écrivain suédois fait la part belle à l'enfance maltraitée et aux enfants abandonnés à eux-mêmes. Il pointe du doigt les vrais responsables du désastre qui en découle. Et c'est ce qui est génial chez Kallentoft : même les meurtriers ont une part d'humanité.

Un superbe roman sur l'intoléranceégalement, dont chacun peut faire preuve à un moment ou un autre de sa vie, pour des raisons qui lui sont propres.
Mal Fors, devant le mode de vie des Murvall déclare : "Qu'on puisse vivre comme ça de nos jours en Suède [...] complètement en dehors de toute normalité. C'est étrange. Complètement anachronique."
Et Zeke de répondre : "Les allocations [...]. C'est la faute à ses maudites allocations. Je parie que tout le clan bénéficie des allocations chômage et de l'aide sociale, et Dieu sait de quoi encore. Et les allocations familiales pour tout ce troupeau, ça doit se monter à une petite fortune chaque mois" Puis de réfléchir un peu plus : "Dans notre société, il y a plus de marginaux que l'on croit. Ce n'est pas si inhabituel. Rappelle-toi le groupe à Borlange, la secte Knutby, les adeptes de Sheike, la putain de moitié nord de ce pays. Bien sûr qu'il y en a aussi chez nous, et tant qu'ils ne troublent pas l'ordre public, personne ne s'y intéresse. Laisse-les vivre leur vie misérable en paix, les gens normaux aussi ne s'occupent que de leurs propres soucis. Les pauvres, les fous, les immigrés, les handicapés. Tout le monde se fiche d'eux. Sauf quand il s'agit de se prouver à quel point sa propre vie est normale. Et qui sommes-nous pour juger la vie des autres ? Peut-être sont-ils mêmes plus heureux que nous."

Les personnages de ce roman, en particulier les deux héros' sont très attachants (même si on a parfois envie de coller des claques à Zeke). Mal Fors aime toujours l'alcool (la tequila a sa préférence) et regarde sa fille devenir une jeune adolescente amoureuse (j'adore ses réactions de "maman-poule"). Une héroïne toujours aussi seule dans la vie, naviguant entre un journaliste un peu pourave et le père de sa fille.

Bref, on passe un superbe moment avec ce roman. Pour moi c'est une des séries policière de l'été à lire ABSOLUMENT !
Vous voilà prévenus :) !

25 juin 2010

Eté

51jlOTzqGfL__SL500_AA300_

4e de couverture : "C'est l'été le plus chaud que Linköping ait jamais connu. La forêt qui borde la ville s embrase, les nuages de fumée planent dans le ciel obscurci et menacent les citadins. Les incendies n empêchent pas un pervers sexuel particulièrement sordide et cruel de faire régner la terreur dans la ville. L'enfer brûlant des flammes crée une sorte de solidarité parmi les gens, alors que la peur et l'angoisse face aux meurtres horribles du tueur font émerger des soupçons et des préjugés envers celles et ceux qui semblent différents. L'horreur devient totale, quand la propre fille de Malin Fors -l'enquêtrice des romans de Kallentoft et de Hiver - se fait enlever. Chaque minute compte, et Malin n a plus que son instinct de policier et de mère pour l'aider à sauver l'être qui lui est le plus cher au monde."

Si vous ne connaissez pas encore Mons Kallentoft, un conseil, jetez-vous sur ce nouvel écrivain suédois qui écrit des polars très bien, originaux et très bien ficelés. 12154Eté est le deuxième traduit en français.

Déjà, la Suède sous la canicule, ce n'est pas quelque chose de banal ! Ce n'est pas l'image d'Epinal que l'on attend. Et, à mon humble avis, ce n'est pas un hasard car ce livre est tout sauf un roman policier avec des idées toutes faites. Sur fond de dérèglement climatique et de pervers sexuel en goguette dans une ville brûlante, Mons Kallentoft prend la peine  de peindre le tableau de la société suédoise contemporaine. Ce n'est pas vraiment une peinture glorieuse, mais elle n'est pas pour autant en noir et blanc.

Le lecteur assiste à des méthodes policères peu orthodoxe de la part de ce Zeké aux préjugés tenaces. Très agaçant ce type souvent. Cependant, il n'est pas totalement méchant. Juste ignare. Même le monstrueux psychopathe qui tue les jeunes filles a une part d'humanité. Mais franchement, on n'a pas envie de croiser son chemin, c'est moi qui vous le dit !

Mons Kallentoft démonte les mécanismes qui ont amené cette personne à devenir ce qu'elle est : une meutrière perverse, une désaxée.

Malin, l'héroïne commissaire de police n'est pas une wonder woman, juste une citoyenne suédoise ordinaire, un zeste alcoolique parfois les soirs de cafard solitaire, puisqu'elle est seule dans la vie avec sa fille à élever. Elle se console parfois de ce vide avec un collègue journaliste, voire son ex-mari...

L'enquête qu'elle mène la conduit sur de fausses pistes, le prétexte pour l'auteur d'évoquer les préjugés sur les immigrés en Suède et sur le monde lesbien. Cependant, le rythme est hâletant, malgré les fausses pistes et le suspense va crescendo. Malgré la canicule suédoise, le lecteur frissonne par moment, surtout à la fin, avec des mises en scène d'une grande noirceur.

Autre originalité : dans ce roman, les victimes décédées, devenues des "anges d'été",  parlent ! Les personnages en vie ne les entendent pas. Mais elles dévoilent au lecteur leur point de vue et ce qui s'est passé,quand elles s'en souviennent.  Mais le romancier a la bonté de ne pas faire de toutes les victimes des décédés...

On passe un excellent moment avec ce roman policier intelligent et au style fluide. J'ai hâte de découvrir le premier volume déjà paru, Hiver,  et les deux autres qui seront disponibles en 2011 et dont vous aurez déjà deviné les titres.

Et une fois de plus, la couverture est fort sympathique !

Voir aussi le billet de Katell chez qui j'ai découvert l'existence de cet écrivain. Encore une belle découverte !

06 mars 2010

Le mec de la tombe d'à côté

51ngLYkEjHL__SS500_

4e de couverture : "Désirée se rend régulièrement sur la tombe de son mari, qui a eu le mauvais goût de mourir trop jeune. Bibliothécaire et citadine, elle vit dans un appartement tout blanc, très tendance, rempli de livres. Au cimetière, elle croise souvent le mec de la tombe d'à côté, dont l'apparence l'agace autant que le tape-à-l'œil de la stèle qu'il fleurit assidûment. Depuis le décès de sa mère, Benny vit seul à la ferme familiale avec ses vingt-quatre vaches laitières. Il s'en sort comme il peut, avec son bon sens paysan et une sacrée dose d'autodérision. Chaque fois qu'il la rencontre, il est exaspéré par sa voisine de cimetière, son bonnet de feutre et son petit carnet de poésie. Un jour pourtant, un sourire éclate simultanément sur leurs lèvres et ils en restent tous deux éblouis... C'est le début d'une passion dévorante. C'est avec un romantisme ébouriffant et un humour décapant que ce roman d'amour tendre et débridé pose la très sérieuse question du choc des cultures."

Autrement dit, c'est l'histoire d'une intello, veuve précoce, qui rencontre un paysan de son âge, vieux garçon, n'ayant jamais vécu qu'entre les jupons de sa mère.  Et de surcroît elle s'appelle Désirée et lui Benny. Ca fait un peu cliché, non ?

Le récit alterne entre le point de vue de Désirée et celui de Benny. Le lecteur s'aperçoit ainsi rapidement du fossé qui sépare les deux personnages, malgré leur histoire d'amour. Cela dit, on sent que ça ne va pas vraiment virer à la tragédie ni au pugilat.

En fait, je ne sais pas trop pourquoi j'ai acheté ce roman, dont ni le titre (un peu glauque au premier abord) et encore moins la couverture ne me plaisaient. Sans doute à force de le voir partout et en tête des ventes. Bref, j'ai cédé à la curiosité. Et je dois dire que j'ai passé un bon moment. Mais sans plus. C'est divertissant, bien traduit, plein de fraîcheur et d'humour. Un vrai roman de vacances. Cependant, il m'a manqué un je-ne-sais-quoi qui aurait fait la différence. Notamment la fin qui n'a pas été, pour moi en tout cas, une grosse surprise. Même si j'ai trouvé le stratagème un peu tiré par les cheveux... C'est "gentil", quoi.

Donc un avis mitigé en ce qui me concerne.  Dommage car c'est le premier roman suédois que je lis.