41z64859LDL

 

Delphine, qui a publié Rien ne s'oppose à la nuit, est victime de son succès, dépassée par les événements au point d'en être fatiguée et déprimée. Au Salon du livre, elle s'entend refuser une signature à une lectrice. Quelques jours plus tard, elle rencontre une étrange femme chez une amie. Elle ne sait pas encore qu'à cause d'elle, sa vie va changer. Cette femme c'est L. Un écrivain nègre pour des célébrités. Delphine est fascinée par le personnage qui est son presque exact opposé, du moins au début. L. est une femme sophistiquée, toujours tirée à quatre épingles et au grand pouvoir de séduction. Dès le début, on est mal à l'aise avec cette personne très intrusive, qui veut tout savoir de la vie de Delphine, jusqu'aux choses les plus personnelles. On sent bien qu'il y a un truc qui cloche. Comme par hasard, L. se trouve souvent où est Delphine : en bas de chez elle, à Monoprix etc. Drôles de coïncidences. Puis Delphine s'aperçoit que physiquement L. se met à lui ressembler de plus en plus.
Un jour, L. demande à Delphine de l'héberger temporairement, le temps qu'elle retrouve un autre logement. Complètement sous l'emprise de cette femme, fascinée parce qu'elle est celle à qui elle aimerait ressembler, qu'elle a besoin qu'on la prenne en main sa dépression et sa solitude (ses enfants sont partis faire des études un peu loin, elle n'habite pas avec François, son compagnon), elle accepte.
Peu à peu L. vampirise l'auteur de Rien ne s'oppose à la nuit, au point de lui dicter la manière et les sujets sur lesquels elle doit écrire. Au point que justement, Delphine ne parvient plus à écrire une ligne, à ouvrir un fichier Word ou à répondre à ses mails. Et voilà que L. se fait passer pour elle, lui fait mentir à son éditrice, se rend à sa place à une rencontre lycéens, répond à son courrier.... "L. était une méduse légère et translucide, qui s'était déposée sur une partie de mon âme", raconte Delphine.  Et j'en ai largement assez dit.

J'avoue que je ne fais pas dans l'originalité avec cette lecture : on voit ce livre partout en cette rentrée littéraire. Mais j'avais adoré Les heures souterraines et No et Moi. Je n'ai pas lu Rien ne s'oppose à la nuit.  Donc voilà un De Vigan que je lis après des années après ses premiers romans. Et qui m'a laissé une impression ambivalente pendant toute ma lecture.

C'est très à la mode de brouiller les pistes en mettant un narrateur-écrivain qui porte le même nom que l'auteur du livre, de mêler fiction et réalité, et de jouer sur l'effet de réel. Amélie Nothomb le fait souvent (cf le truculent Pétronille), ou encore Eric Reinhardt (L'amour et les forêts) pour ne citer qu'eux. Donc de mon point de vue, Delphine de Vigan n'a rien inventé. On note qu'elle met en exergue Misery et La part des ténèbres de Stephen King. Evidemment, on ne peut que penser à Misery au fur et à mesure qu'on avance dans le roman qui vire au fur et à mesure au thriller.
Mais le suspense est arrivé trop tard à mon goût, même si la fin est très réussie et c'est ce qui fait la force de ce livre. Je me suis souvent un peu ennuyée parce qu'il ne se passait rien, que ça tournait en rond avec l'emprise de L. sur Delphine, avant que l'action ne reprenne le dessus, façon boomrang.

Le personnage de L. est vraiment flippant, vraiment glauque. Et quand L. se met à ressembler  tellement physiquement à Delphine qu'elle peut prendre sa place lors d'une rencontre écrivain-lecteurs, et que personne n'y voit goutte, là j'ai vraiment commencé à douter de la crédibilité de la chose. Je ne peux pas vous dire pourquoi mais il y a une raison à cela qui a sa solution dans la fin du roman.

Saurez-vous un jour qui est L. ? C'est une bonne question ! Et de ce point de vue, le livre m'a plu par sa fin, qui est une pirouette très habile. En tout cas, faites attention à vous...

Quant à la dissertation sur "seule la littérature permet d'accéder à la vérité" mais "toute écriture de soi est un roman. Le récit est une illusion", ça n'a rien de très nouveau comme réflexion. Les (ex) étudiants en littérature connaissent Le récit est un piège de Louis Marin (1978), pour ne citer que lui.


Delphine de Vigan joue avec une réalité multiple qui attache l'attention émotionnelle du lecteur. Un roman habile mais dont certaines longueurs ont gâché mon plaisir.


6a00e54efb0bbe8833014e8b4ad663970d